Geoffroy Garétier : « C’est le charme de l’investissement, on ne sait pas vraiment ce qu’il va se passer »

DaGrosa, Hugo Varela

Geoffroy Garétier, le journaliste et consultant du groupe Canal, a été questionné par notre site sur le phénomène des rachats des clubs français par les fonds d’investissement, comme les Girondins de Bordeaux.

« Des sentiments bizarres. Le premier sentiment est plutôt positif parce que qui dit fonds d’investissement, dit investisseurs, dit développement. Là-dessus, on est tous d’accord pour dire que c’est favorable de retrouver de la croissance et du développement. Le coté négatif qui se réalise ou qui est en train de se réaliser, est quand les investisseurs ne tiennent pas leurs promesses. Pour arriver à rentabiliser leurs investissements, ils font du « cost-killing », en coupant les coûts de manière très importante. C’est ce qui est en train de se passer à Lens par exemple. Les gens arrivent de l’extérieur, mettent de l’argent dans l’équipe première, mais par derrière licencient, sabrent des personnes à l’administratif ou dans le secteur commercial. C’est à se demander si cela rend service au club. Il ne faut pas oublier qu’un club est un ensemble d’interactions humaines avant d’être un objet de business et de produits. Je serais à la place des patrons de la Ligue, je serais content d’avoir des investisseurs pour relancer des clubs.

Ce serait mauvais s’ils ne s’entouraient pas bien, justement. Tout l’art d’un investisseur ou même d’un chef d’entreprise est de savoir s’entourer. On ne peut pas répondre de manière immédiate. Quand McCourt, qui ne connait pas le football plus que ça, prend l’OM, il s’entoure de personnes qui sont censées amener de la compétence. Eyrault connait le sport, Zubizarreta et Garcia aussi. La base c’est de s’entourer. C’est un phénomène de miroir : il faut que vous soyez dans le bon club, dans l’environnement qui vous convient, qui que vous soyez, entraîneurs, joueurs ou dans le staff. C’est la dimension la plus compliquée à capter. C’est le charme de l’investissement, on ne sait pas vraiment ce qu’il va se passer. Quand vous allez quelque part, il faut essayer de voir ça en valeur absolue sans toujours considérer les tenants et les aboutissants du club que vous rachetez ».

Retrouvez l’intégralité de l’interview ICI, sur Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des