Pablo Castro : « L’adaptation a été compliquée, le climat, ma femme n’était pas bien… Et l’idée de pouvoir revivre ça… »

Pablo

Photo FCGB

Pablo Castro est revenu, en janvier dernier, métamorphosé en comparaison de son premier passage aux Girondins de Bordeaux. Notre défenseur explique ce qui a changé chez lui.

« Je pense que dans une équipe, où vous avez un joueur qui oriente ses coéquipiers, qui connaît bien les compétences de chacun, vous arrivez à avoir une équipe bien en place, solide, compacte. Et maintenant, avec tout ce que j’ai appris, je réussi à mieux communiquer avec mes coéquipiers, à mieux les orienter. Au final le football vient après, dans un premier temps il y a la communication, la capacité à aider les coéquipiers pour mieux couvrir le terrain, pour créer ou fermer des espaces. Je pense que j’ai progressé là-dessus et l’équipe aussi. Tout le monde s’aide et ça marche mieux, avec beaucoup d’entraînement aussi ».

Puis le brésilien revint sur cette offre de Krasnodar de 12 millions d’euros, qu’il refusa après réflexion.

« Il y a eu une proposition du club de Krasnodar en Russie pour 12 millions d’euros. Il y a eu une négociation qui a duré environ un mois et demi mais au final j’ai beaucoup réfléchi (à mon salaire, discuté avec ma femme et mon argent) et au final j’ai décidé de ne pas accepter la proposition de contrat […] Premièrement je me suis rappelé mon arrivée en France, l’adaptation a été compliquée, le climat, ma femme n’était pas bien… Et l’idée de pouvoir revivre ça… J’ai beaucoup pensé à ma famille, à mon fils, et j’ai décidé de ne pas y aller. Ça c’est l’un des facteurs, après la Russie est un championnat moins fort, et je n’avais pas envie de m’éloigner des radars. Je pense toujours à la sélection brésilienne, aux grands clubs d’Europe. Ce sont toutes ces raisons qui font que je ne vais pas en Russie ».

Traduction Girondins4Ever de Radio Bandeiriantes, par David Martins, merci à lui :)

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des