Une victoire au poil

2015740_w2

 

Le résumé :

 

Dans une position peu favorable en championnat, Bordeaux n’a pas entamé cette édition 2013-2014 d’Europa League de la meilleure des manières. Pire, Francis Gillot a été grandement pointé du doigt pour son turn-over dans cette compétition, imposé ou non par les mauvais résultats nationaux,  tant par les médias que les supporters.  Profitant d’une petite éclaircie en championnat (une victoire et un match nul), l’entraîneur bordelais aborde cette rencontre face aux chypriotes de l’Apoel Nicosie avec un turn-over plus léger, avec les titularisations notamment de Jérémie Bréchet et Matthieu Chalmé. On peut également noter les retours de Carlos Henrique, suspendu le week-end dernier face à l’Olympique Lyonnais, Maxime Poundjé, Abdou Traoré, mais aussi de Diego Rolan, qui avait marqué les esprits lors de ses deux dernières rencontres en réalisant trois passes décisives. Cette composition sera t-elle suffisamment offensive pour permettre aux bordelais de continuer à espérer une qualification pour le prochain tour ?

 

 

 

 

 

Le rythme de ce début de rencontre est plutôt contenu, même si les Girondins prennent peu à peu le contrôle de ce match, sans se montrer dangereux toutefois. L’Apoel peut compter sur son dernier rempart, Urko Pardo, qui veille au grain pour contrecarrer les timides offensives girondines. Le centre de Diego Rolan à la 9ème minute est parfaitement capté par le gardien chypriote. L’uruguayen confirme sa confiance retrouvée, et se montre de nouveau à son avantage trois minutes plus tard, mais n’est malheureusement pas accompagné par ses coéquipiers, et plus particulièrement Henri Saivet. A la 16ème minute de jeu, il ne parvient pas à conserver ses appuis sur un service d’Henri Saivet, mais garde cependant la possession du ballon. La première frayeur sur le but bordelais intervient à la 19ème minute. Battu dans son duel aérien, Jérémie Bréchet ne peut repousser un centre de l’Apoel, repris finalement de la tête au dessus du but de Cédric Carrasso. Rolan, toujours lui, est présent à la réception d’un centre de Ludovic Obraniak, mais ne peut ajuster sa tête qui est finalement captée sans difficulté par Pardo. Perdant la balle par excès de confiance après un gri-gri, Abdou Traoré se rattrape, et tente de lancer Diego Rolan dans la profondeur. Mais la passe du malien est contrée par l’arrière-garde chypriote et termine sa course hors du terrain. Gregory Sertic se place au poteau de corner et le place idéalement sur la tête de Lamine Sané au premier poteau, qui envoie le cuir au fond des filets. 24ème minute de jeu, 1-0 pour les Girondins. L’ouverture du score girondine est plutôt méritée en ce début de rencontre.

 

 

 

 

 

 

Contrairement à leurs habitudes, les bordelais poursuivent leurs efforts après ce premier but, et tente d’enfoncer le clou. Malheureusement, les imprécisions sont toujours présentes, à l’image de ce hors-heu de Ludovic Obraniak à la demi-heure de jeu. Deux minutes plus tard, le franco-polonais ne profite pas de l’excellent appel croisé de Diego Rolan et de la passe d’Henri Saivet et vient finalement buter sur Urko Pardo. Il multiplie d’ailleurs les mauvais choix et se retrouve de nouveau en position illicite à la 37ème minute, et manque totalement sa passe dans la surface une minute plus tard. Le danger arrive enfin sur le but de Nicosie à la 39ème minute, suite à un débordement de Maxime Poundjé dans son couloir gauche. La latéral bordelais centre alors en retrait, mais il est finalement contré. Placé à l’entrée de la surface, Gregory Sertic récupère le ballon, et préfère écarter subtilement sur Obraniak, esseulé dans la surface. Ce dernier, après avoir crocheté son défenseur, met à contribution Urko Pardo d’une frappe au premier poteau. Dommage. Omniprésent durant cette première période, Diego Rolan donne le tournis à ses adversaires en éliminant plusieurs défenseurs dans la surface de réparation de l’Apoel. Tardant néanmoins à lâcher le ballon, l’uruguayen manque de précision sur sa passe. On se dirige doucement vers un retour aux vestiaires avec cet avantage bordelais. C’était sans compter sur les chypriotes et une défense girondine totalement dépassée, permettant à Esmaël Gonçalves de se retrouver seul au second poteau, et ainsi d’égaliser dans cette rencontre. 1-1.

 

 

 

 

 

 

Un premier changement intervient dès la reprise de cette seconde période. Victime d’un coup (sans gravité vraisemblablement, simple précaution), Gregory Sertic cède sa place à Cheick Diabaté. Henri Saivet coulisse donc dans le couloir, tandis qu’Abdou Traoré prend place aux côtés de Lamine Sané. A l’image de la première période, Diego Rolan est le principal danger offensif des bordelais ce soir. Il déborde de nouveau la défense du club chypriote à la 50ème minute, et trouve Lamine Sané en retrait. Cependant, le franco-sénégalais manque totalement sa frappe. L’attaquant portugais de l’Apoel, Esmaël Gonçalves, buteur en fin de première période, aurait pu doubler la mise à la 53ème minute de jeu, en se retrouvant seul plein axe, mais manque sa tentative. Les bordelais tentent alors de combiner rapidement via les couloirs, en contournant la défense Chypriote. Servi par Lamine Sané, Matthieu Chalmé profite des appels de Diego Rolan pour le servir dans la profondeur. L’uruguayen prend le dessus et parvient à centrer, mais aucun bordelais n’est présent dans la surface de réparation. Gonçalves toujours, répond à cette offensive girondine, mettant ainsi Cédric Carrasso à contribution. L’attaquant se retrouve de nouveau seul dans la surface à la 57ème minute, mais le gardien bordelais est vigilant. Peu en vue en première période, Ludovic Obraniak prend sa chance d’une frappe du pied droit à la 58ème minute, qui passe largement au dessus du cadre du but d’Urko Pardo. Trois minutes plus tard, le franco-polonais se trouve à la réception d’un centre d’Henri Saivet, dévié de la tête par Cheick Diabaté. Il prend le temps de contrôler afin de se replacer parfaitement, et décoche une frappe qui termine sa course sur le poteau de Pardo. Quel dommage !

 

 

Les chypriotes ne se laissent pas intimider, et répondent instantanément aux bordelais. Sur la contre-attaque qui suit, Efstathios Aloneftis récupère le ballon à l’entrée de la surface girondine, et place lui également sa frappe sur le montant de Cédric Carrasso. Ouf, il y avait le feu ! En moins d’une minute, chacune des deux équipes aurait pu prendre l’avantage dans cette rencontre. Toujours aussi combatif, Diego Rolan n’est pas récompensé sur un excellent contrôle orienté devant son défenseur, totalement dépassé, et n’obtient pas la faute. Dommage. L’uruguayen est trop court pour reprendre le centre d’Henri Saivet à la 66ème minute. Trois minutes plus tard, il s’arrache pour empêcher une passe en profondeur de Ludovic Obraniak de terminer sa course en sortie de but. Il parvient d’ailleurs à redresser parfaitement son ballon pour trouver la tête de Cheick Diabaté au point de penalty, qui passe finalement au dessus du but de Pardo. Trois minutes plus tard, il est de nouveau en action, en se trouvant à la réception d’une combinaison malienne entre Cheick Diabaté et Abdou Traoré. Diego contrôle le ballon dans la surface et frappe instantanément d’un extérieur mal ajusté cependant. L’intention était là.

 

 

 

 

 

 

Non-contents du partage des points, les bordelais poursuivent leurs offensives, et souhaitent à tout prix inscrire ce second but. Cheick Diabaté pousse Urko Pardo à la parade à la 79 ème minute sur un superbe enchaînement contrôle poitrine/reprise de volée. Il reste alors dix minutes aux Girondins pour trouver la faille. Diego Rolan, un peu usé par son activité, reste quelque peu en retrait, mais parvient malgré tout à apporter le danger. Placé le long de la ligne de touche, l’uruguayen distille un excellent centre pour la tête de Cheick Diabaté, captée par le portier chypriote. Le malien ne déroge pas à sa réputation, et n’hésite pas à aller au contact, le poussant parfois à la faute. Et la délivrance viendra à la dernière minute du temps réglementaire de cette rencontre. Obtenant un coup-franc sur le côté gauche, Diego Rolan est désigné pour botter ce coup-de pied arrêté, en l’absence de Gregory Sertic, Ludovic Obraniak ou encore Henri Saivet. Une chance, puisque l’Uruguayen va trouver la tête du brésilien Carlos Henrique dans la surface de réparation, qui va propulser le ballon au fond des filets (aidé par l’épaule de Cheick Diabaté ?) et ainsi offrir la victoire aux siens. 2-1.

 

 

 

 

 

 

Le temps additionnel semble alors durer une éternité, et la peur que le syndrome bordelais ne se répète plane alors dans les esprits de tous les supporters. Mais les bordelais conserveront intelligemment cet avantage jusqu’au coup de sifflet final de M. Martin Strömbergsson, l’arbitre suédois de ce match. Une victoire sur le fil qui devrait faire du bien dans les têtes girondines, et permet ainsi de garder l’espoir d’une qualification pour le prochain tour d’Europa League.

 

 

 

 

Les joueurs :

 

Match assez calme pour le portier girondin ce soir. Peu d’interventions à réaliser, mais Cédric Carrasso était présent pour réaliser les parades nécessaires, même s’il est également suppléé par son montant droit pour détourner la tentative d’Aloneftis.

 

 

La défense girondine n’a été mise à contribution qu’à deux reprises lors de la première période. Dans un premier temps, Jérémie Bréchet n’est pas suffisamment prompt pour repousser un centre chypriote. Ensuite, Carlos Henrique semble totalement dépassé sur le but inscrit par l’Apoel à quelques secondes de la mi-temps. Des failles qui pèseront notamment sur la seconde période, et confirmeront la fébrilité girondine depuis de nombreuses semaines, en se laissant déborder plein axe.

Matthieu Chalmé n’est pas exempt de tout reproche sur la réalisation de Nicosie. Le latéral droit bordelais se retrouve notamment dans une position axiale, laissant ainsi son couloir libre. Pas d’autre faille notable le concernant. Dans le couloir gauche, Maxime Poundjé faisait son retour après les déconvenues des dernières semaines. On ressentait la pression qui pesait sur les épaules du jeune bordelais ce soir. Il a pourtant tenté d’apporter son soutien en première période, et réalise notamment quelques centres intéressants. Il a semblé un peu plus fébrile en seconde période, limitant son apport offensif.

 

 

 

 

 

 

Replacé au milieu de terrain, l’impact de Lamine Sané a été ressenti durant l’intégralité de la rencontre. Présent à la récupération, le sénégalais n’a pas ménagé ses efforts à la construction du jeu bordelais, sans être toutefois parfait. Il est également buteur au cours de la première période, en réceptionnant un corner parfait de Gregory Sertic, son compère à la récupération. Touché et sorti à a mi-temps du match, « Greg » était particulièrement effacé ce soir, mais est également à créditer de bons gestes (des retours autoritaires, des décalages judicieux), pour certains décisifs (le corner amenant le premier but bordelais). Aligné dans le couloir droit, on redécouvre peu à peu l’état d’esprit de Ludovic Obraniak, ne rechignant pas à apporter son soutien à ses coéquipiers. Nous regrettons toutefois les quelques failles techniques du polonais, mais surtout ses mauvaises décisions. Il est finalement sorti en seconde période, remplacé par Hadi Sacko. De l’autre côté, Abdou Traoré évoluait dans une position plutôt inhabituelle. Et cela s’est ressenti sur la prestation du malien ce soir. Tout d’abord invisible, avant de multiplier les mauvais choix, il finira par être replacer à la récupération, nous permettant d’apercevoir les qualités entrevues lors de ses dernières apparitions.

 

 

Il s’agissait d’un jour sans pour Henri Saivet. Non pas que le néo-sénégalais a réalisé une mauvaise prestation, mais n’a tout simplement pas eu l’impact habituel, amplifié il est vrai par la performance de son coéquipier à la pointe de l’attaque girondine, Diego Rolan. L’uruguayen, pour sa part, est de nouveau décisif ce soir en réalisant sa quatrième passe décisive en quelques jours, et confirme ainsi la confiance retrouvée depuis quelques semaines. Omniprésent, provocateur, combatif, faisant les bons gestes et les bons choix, il réalise un match plein ce soir. L’Homme du Match, sans conteste. Il ne lui manque désormais qu’un but … espérons le, très bientôt ! Entré à la mi-temps, Cheick Diabaté aura de nouveau démontré ses qualités dans la conservation du ballon, mais également la continuité de ses progrès techniques avec cet enchaînement contrôle/frappe de volée.

 

 

 

 

La feuille de match :

 

Jeudi 24 Octobre 2013 à 21h05

Phase de groupe d’Europa League, 3ème journée

 

Arbitre : M. Martin Strömbergsson

Bordeaux 2-1 Apoel Nicosie

Buts : Sané (24ème), Gonçalves (45ème), Henrique (90ème)

Cartons jaunes : Sané (73ème)

Cartons rouges : Néant

Bordeaux : Carrasso © – Chalmé, Henrique, Bréchet, Poundjé – Sané, Sertic (Diabaté, 46ème), Traoré, Obraniak (Sacko, 71ème), Rolan, Saivet (Faubert, 71ème)

Apoel Nicosie : Pardo – Mario Sérgio, João Guiherme, Oliveira, Alexandrou (Manduka, 61ème) – Nuno Morais, Christian, Vinicius – Esmaël Gonçalves (Budimir, 71ème), Aloneftis (Tiago Gomes, 79ème), Charalambides ©

 

 

 

Les statistiques d’après match

 

Bordeaux – Nicosie

Possession : 55%-45%

Tirs : 16-10

Tirs cadrés : 8-5

Tirs non cadrés : 8-5

Corners : 5-1

Hors-jeux : 3-1

Cartons jaunes : 1-0

Cartons rouges : 0-0

Fautes commises : 17-11

Fautes subies : 11-17

Passes tentées : 516-422

Passes réussies : 458-343

 

 

 

Les buts en vidéo :

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever :

 

Carrasso : 5

Chalmé : 4

Henrique : 5

Bréchet : 4

Poundjé : 4

Sané : 8

Sertic : 6

Traoré : 6

Obraniak : 5

Saivet : 5

Rolan : 9

Diabaté : 7

 

 

 

Crédits photos : Footmercarto, Uefa, L’Equipe.fr, Foot01