Une nouvelle purge

agassa dans les airs

Le résumé

Après la belle victoire de « l’équipe bis » face à Newcastle à Chaban en milieu de semaine, les « titulaires » auront certainement à cœur de faire mieux et de l’emporter en championnat face à un promu. Pour l’occasion et pour rassurer une équipe ayant fait match nul à domicile face à Sochaux la semaine dernière, Francis Gillot a opté pour un 5-3-2 avec Marange dans l’axe, préféré à Planus resté sur le banc. Dommage, ce système lui va si bien au Marco. La reconversion de Flo’ Marange semble en marche, et cela va certainement valoir un « On a assez de défenseurs centraux » aux deux prochains mercatos… En face, Gregor Krychowiak ne retrouvera pas son club formateur sur la pelouse d’Auguste-Delaune, étant blessé à la cuisse (Glombard non plus, étant sur le banc). Tout comme Fauvergue, l’attaquant décrié par les supporters rémois, touché à la cheville. Floyd Ayité en revanche, sera bien là. Placé 16ème avec 16 points – ça ne s’invente pas – le Stade de Reims devra réaliser une bonne performance, étant à égalité avec le premier relégable qui possède le même nombre de points. Un match ouvert ? Les présentateurs le sont en tout cas ; avec leurs petites couvertures/serviettes Barbie/spiderman, afin de protéger leurs jambes du froid. Barbie, ça réchauffe. Mignon. Voici la composition bordelaise :

 

 

 

 

Et cela commence plutôt pas mal avec du rythme des deux côtés : on sent de l’envie ! Mais les deux équipes manquent cruellement de solutions et Bordeaux a du mal à dépasser le milieu de terrain, étant un peu dépourvu devant. La même chose en face aussi, donc, même si ça joue un peu plus dans notre moitié de terrain. Heureusement, le bloc bordelais est au rendez-vous et on ne concède pas d’occasions. Nos bordelais vont alors essayer de passer un peu plus sur les ailes, après avoir balancé de grands ballons devant. Cela fonctionne un peu plus, notamment par des centres de Mariano et Tremoulinas, qui ne trouvent cela dit pas preneur… Il faudra attendre la 39ème minute pour assister à une petite poussée bordelaise et deux frappes consécutives : deux frappes malheureusement contrées, mais issues d’un beau mouvement collectif au préalable. Et au moment où l’on croit que le match va réellement s’animer, Bordeaux a deux joueurs au sol : Tremoulinas et Jussiê mettent une minute à se relever. 43ème minute, la tête plongeante de Guilas qui trouve le chemin des filets, ne sera pas accordée. Diego, l’ex passeur décisif, revient d’une position de hors-jeu – très limite -. Puis plus rien de rien, la demi-molle s’estompe aussi vite qu’elle est venue.

 

 

Mi-temps donc. Bordeaux est très bien en place défensivement, c’est certain, mais est inexistant offensivement. C’est donc finalement cher payé d’être aussi bon défensivement, car on sent réellement que la défense rémoise n’est pas au mieux, et qu’elle n’ouvrira pas souvent le champagne cette saison. Encore faut-il se donner les moyens devant… Francis Gillot décide alors de faire sortir Saivet et Nguemo, pour faire entrer Sertic et Planus. Nguemo était peut-être un peu timoré, mais Saivet avait été l’un des bordelais les plus justes de cette première période à nos yeux. L’unique entrée de Sertic pouvait-elle suffire ? Peut-être oui… Francis Gillot ne voudra pas commenter ses choix.

 

 

 

 

Résultat, Reims a plus d’espaces et se procure par Ghisolfi la première frappe une minute après le retour des vestiaires. Mariano répond à son tour du gauche après avoir repiqué (48ème), mais Agassa capte facilement. Ayité frappe lui aussi du gauche nettement au dessus à la 52ème, sans succès. Trois minutes plus tard, errance dans la surface bordelaise, Marange est au duel avec Ayité et le contrecarre, mais le ballon est tout de même centré et Diego est à la reprise acrobatique au second poteau : largement au dessus. A l’heure de jeu, plusieurs décisions arbitrales font que le jeu est de plus en plus pourri… Mais peut-être cela va-t-il animer un peu ce match ? 65ème, juste après l’entrée en jeu de Fortes, Reims trouve la profondeur et le centre d’Ayité manque de peu d’être repris. Heureusement, Henrique était au contact, et Planus sur le second ballon afin de le dégager. Deux minutes plus tard, Bordeaux tente de répondre par l’intermédiaire de Mariano qui centre pour Sertic, seul au milieu de quatre joueurs… Il tente de faire de son mieux, mais rien n’y fait. Bordeaux se montrera un peu plus dangereux la minute suivante lorsque Devaux ajuste mal sa tête en retrait et que Jussiê est à l’affut et tente de déborder Agassa, qui a anticipé et capte le ballon dans ses pieds… Le ballon repart vite de l’autre côté lorsque Ayité est lancé dans la profondeur… Très mauvaise (nouvelle) sortie de Carrasso que l’ex bordelais anticipe pour le lober acrobatiquement… Ayité est percuté, le ballon lobe le portier bordelais et atterrit sur le dessus de la barre ! Bordeaux a de la chance, clairement…

 

72ème minute, la reprise de Ca au second poteau n’est pas cadrée. La frappe de Sertic à la 78ème l’est, mais est trop sur Agassa qui la capte facilement. Deux minutes plus tard, la reprise instantanée de Gouffran en dehors de la surface – des suites d’une relance dans l’axe de Tacalfred de la tête – passe juste à côté du but d’Agassa, qui était dessus. 84ème minute et sur un coup franc rémois, Planus ceinture clairement Mandi dans les airs, qui arrive tout de même à reprendre de la tête et à manquer de peu le cadre, profitant aussi d’une nouvelle très mauvaise sortie de Carrasso, beaucoup trop court… Enfin, la frappe de Sertic à la 89ème minute passera nettement au dessus…

 

 

Un match terne, une purge, face à une équipe rémoise extrêmement prenable en temps normal. Mais encore faut-il avoir de l’ambition et de l’envie. De l’envie pour les joueurs, et de l’ambition pour l’entraineur, qui a préféré bloquer défensivement l’équipe évoluant à domicile, avant de faire des changements incompréhensibles à la mi-temps. En effet, en enlevant un joueur au niveau défensif, Gillot a fragilisé l’arrière garde bordelaise, tout en la fragilisant aussi devant en faisant sortir Saivet. Résultat, c’est Reims qui s’est montré le plus dangereux avec une barre transversale. Bordeaux se contentant des miettes et des erreurs défensives rémoises pour exister. Il parait, selon Carrasso, que la fatigue pourrait être présente en cette fin d’année… Et dire qu’il y a encore deux matches à jouer cette semaine… L’équipe réserve, à l’image de Newcastle, aurait certainement fait mieux aujourd’hui.

 

 

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso a eu bien du mal encore ce soir dans ses sorties. En témoigne celle face à Ayité qui manque de peu de se transformer en but, si la barre transversale n’avait pas été là. Puis à deux reprises lors de la rencontre, il sort à contretemps, nous donnant clairement la sensation d’offrir un but vide à nos adversaires.

Benoit Tremoulinas a bien tenté, mais il s’est confronté à très peu de solutions au niveau de ses partenaires. Un peu moins présent aussi au niveau défensif en seconde période. Mariano, lui aussi a bien tenté d’apporter du soutien dans son couloir, mais a échoué pour les mêmes raisons. En revanche, au niveau défensif, c’était un peu mieux. Carlos Henrique s’est montré très discret lors de cette rencontre. Parfois manquant son positionnement, étant aussi parfois en retard ou à contretemps. Et étrangement, c’est Florian Marange qui s’est montré le plus rassurant, et le plus présent. Au contact, sur ses appuis lors des duels, il est celui qui nous est apparu comme le plus serein. Lamine Sané lui aussi a fait un bon match à ce poste en première, bien que n’ayant pas grand-chose à faire. Mais c’est en seconde, lorsqu’il fut replacé milieu défensif, qu’il a commencé à disparaitre de la circulation…

Landry Nguemo n’a eu que très peu d’impact au milieu de terrain. Et la seule fois où il est intervenu avec brio lors d’un duel, il fut sanctionné illogiquement par Varela… Remplacé à la mi-temps. Jaroslav Plasil aurait dû sortir aux yeux de plusieurs supporters. Il faut dire qu’effectivement, il n’a pas montré grand-chose et s’est encore illustré par des coups de pieds arrêtés d’une piètre qualité. Au contraire d’Henri Saivet, et c’est bien là que se situe notre étonnement. Très juste techniquement et dans la construction, le milieu offensif bordelais était partout, étant aussi le principal joueur bordelais à pouvoir faire la différence, se donnant offensivement. On n’a vraiment pas compris son remplacement à la mi-temps.

Devant, Vieira Jussiê se procure peut-être la meilleure occasion bordelaise lorsqu’il anticipe l’erreur de Devaux remisant trop mollement sur Agassa. Mais il s’annihile aussi rapidement cette action en ne le crochetant pas suffisamment. Yoan Gouffran a eu l’occasion de frapper en seconde instantanément, et puis c’est tout. Il a été le seul à presser aussi, vraiment le seul devant…

 

 

Marc Planus n’a certainement pas compris pourquoi il était sur le banc au début de la rencontre. Il n’a certainement pas compris pourquoi il est entré à la mi-temps non plus. Résultat, une défense avec un joueur frais mais un joueur n’étant pas forcément dans le match à son entrée ; et une piètre performance. Une ou deux bonnes interventions certes, mais un pénalty en fin de match qui aurait pu être sifflé pour accrochage, et plusieurs retards sur les offensives adverses. Enfin, sur la lancée de son capitanat en Europa Ligue, Grégory Sertic était peut-être le seul à vouloir faire quelque chose lors de cette rencontre. Des frappes à répétition, un jeu de passe assez juste, puis un bon placement défensif. Une belle carte jouée.

 

 

 

 

 

 

La feuille de match

Dimanche 9 Décembre 2012 à 14heures

16ème journée de Ligue 1

Stade Auguste-Delaune (Reims)

Arbitre : M. Bartolomeu Varela

16021 spectateurs

Reims 0 – 0 Bordeaux :

Buts : Néant.

Cartons jaunes : Tacalfred (36ème), Ghilas (49ème), Ca (77ème), Courtet (92ème) – Nguemo (41ème), Henrique (59ème), Mariano (83ème)

Reims : Agassa – Mandi, Tacalfred ©, Weber, Souaré, Devaux, Ayité, Ghisolfi (Ca, 70ème), Ramaré (Courtet, 75ème), Diégo (Fortes, 64ème) – Ghilas.

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Henrique, Sané, Marange, Tremoulinas – Nguemo (Planus, 46ème), Plasil ©, Saivet (Sertic, 46ème) – Gouffran (Diabaté, 82ème), Jussiê.

 

 

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 4

Tremoulinas : 5

Mariano : 5

Henrique : 4

Sané : 5

Marange : 6

Nguemo : 4

Plasil : 3

Saivet : 6

Jussiê : 5

Gouffran : 5

 

 

Planus : 3

Sertic : 6

 

 

 

 

 

 

Les stats de la rencontre

Reims – Bordeaux

Possession : 52% – 48%

Tirs : 9 – 11

Tris cadrés : 1 – 2

Passes réussies : 75% – 79%

Hors-jeu : 5 – 2

Corners : 2 – 2

Centres : 31 – 21

Fautes : 12 – 10

Cartons jaunes : 4 – 3

 

 

 

 

 

 

Les stats des bordelais

68 ballons joués pour Tremoulinas, 60 pour Sané et 58 par Mariano. 23 ballons gagnés par Sané, 15 par Henrique, 14 pour Tremoulinas. 22 ballons perdus pour Mariano, 21 pour Tremoulinas et 14 pour Sané. 89% de passes réussies pour Plasil, 88% pour Sertic et 87% pour Nguemo. 1 tir cadré sur 1 pour Mariano, 1 sur 5 pour Sertic. Un hors-jeu signalé pour Jussiê et Gouffran. 7 centres pour Mariano, 6 pour Tremoulinas, 3 pour Plasil. 4 fautes subies pour Sané, 2 pour Marange et Planus. 2 fautes commises par Jussiê, Mariano et Planus.

 

 

 

 

Crédit photos : So Foot, France 3 Aquitaine, Foot01, L’Equipe, Goal.com, LFP