Un nul avant la trève

image une bordeaux nice

Le résumé

Jussiê est tellement invisible que le site officiel l’oublie dans sa compo facebook, donnant une composition bordelaise de 10 joueurs… Ce match commence bien. Francis Gillot comptait aujourd’hui sur le retour de Nguemo et Plasil, ce dernier retrouvant par ailleurs son brassard de capitaine. Sané est dans l’axe de la défense centrale. De l’autre côté, Nice est la dernière équipe à s’être imposée à Chaban. D’ailleurs, la saison dernière, Nice a remporté ses deux rencontres face à Bordeaux. Mais les niçois n’ont pas encore gagné cette saison, alors…

 

Bordeaux a la possession de balle dans ce premier quart d’heure. Il y a de l’engagement des deux côtés. 15ème minute, sous le pressing niçois, Nguemo effectue une mauvaise passe dans l’axe. Le fraichement entré Eysseric frappe des 25 mètres et Carrasso se détend, même si le ballon ne semblait pas cadré. Bordeaux réagit deux minutes plus tard avec un très bon centre de Mariano, Maurice-Belay est à la retombée : sa tête n’est pas assez croisée. 19ème minute, beau mouvement avec Plasil qui effectue une belle transversale. Obraniak à la réception pousse le ballon pour Tremoulinas qui déborde : Gouffran, à la réception de la passe en retrait, manque le ballon ! Dommage ! 23ème minute : pause boisson. 28ème, Eysseric, encore lui, frappe du gauche avec de l’effet, mais Carrasso est bien placé et capte facilement le ballon. 31ème, Plasil trouve entre les défenseurs, dans la profondeur Gouffran : de peu trop court.

 

 

 

 

34ème, Gros cafouillage dans la surface niçoise, avec une volonté soudaine des bordelais de mettre la pression. Au départ, c’est Maurice-Belay qui profite de l’incompréhension entre Delle et son défenseur. Delle, justement, le touche mais NMB ne s’effondre pas. La suite est une série de passes, ou de tentatives de frappes, sans réussite. 36ème minute, c’est la cinquième mauvaise passe de Nguemo qui procure une frappe dans la surface de Traoré, heureusement au dessus. 44ème, nouveau centre de Tremoulinas pour Jussiê se faufilant entre les deux défenseurs : il met l’intérieur du pied mais ne cadre pas… Nouvelle grosse occasion manquée. 45ème + 2, Mariano accélère et combine avec Obraniak dans son couloir. L’action se finira pas une grosse frappe finissant à un mètre du but adverse. 45ème + 3, un nouveau pressing sur Civelli fait perdre le ballon à ce dernier. Maurice-Belay percute, prend l’axe et finit pas frapper, une fois encore à côté des buts (2 mètres).

 

Beaucoup d’erreurs techniques des deux côtés, et un manque de réalisme des deux côtés aussi. Les équipes se donnent physiquement cela dit, et Bordeaux ne semble pas atteint du match joué il y a trois jours. Même si Gouffran confesse à la mi-temps qu’il y a bien de la fatigue, mais qu’il ne faut pas se cacher derrière ça.

 

 

 

 

Pas de changement au retour des vestiaires même si les bordelais sont partis à l’échauffement. 47ème minute et fantastique arrêt de Carrasso : très bon ballon de Eysseric, la défense oublie complètement Civelli pour au final un superbe arrêt de Carrasso à bout portant. 51ème minute,  belle action bordelaise ! Nouveau dédoublement de Tremoulinas pour un centre au premier poteau : Jussiê est à la réception et c’est la barre qui reprend sa reprise instantanée ! Les Girondins hissent leur niveau de jeu. Coup franc sur la gauche de Plasil, tiré pour Gouffran de la tête qui oblige Delle à se détendre. Deux minutes plus tard, Jussiê est trouvé à l’entrée de surface après une bonne circulation de balle. Il prend son temps et frappe du gauche : très nettement au dessus.

 

63ème minute, Cvitanich, ne s’arrête pas de touche Carrasso, sur une ballon en profondeur. Sané veut se faire justice lui-même et lui la main au visage. Cvitanich l’extrapole, et l’arbitre sort un carton rouge, logiquement… Que lui est-il passé par la tête ? Gillot réagit en faisant rentrer Henrique à la place de Jussiê… 68ème, Obraniak se réveille et lance à la limite du hors-jeu Gouffran. Delle anticipe bien et dégage de justesse. 74ème, Bordeaux continue de pousser et contre attaque avec Maurice-Belay à la baguette, qui attend le dernier moment pour transmettre à Gouffran faisant l’appel en profondeur. L’attaquant bordelais frappe fort et Delle s’en sort bien en repoussant des deux poings… En déviant plutôt, car le ballon va en corner. Qui ne donnera rien. 81ème, Sertic fait l’appel dans l’axe : sa frappe entrée de surface part au dessus des buts adverses.

 

85ème minute. Maurice-Belay obtient un bon coup franc. Au départ de l’action, le milieu bordelais touche le ballon de la main, ce qui créera polémique. Le coup franc est tiré par Sertic, pile entre les défenseurs et le gardien. Le ballon est freiné par la pelouse et Saivet met sa tête pour tromper Delle ! Buuuutttttt ! Bordeaux mène 1-0 à quelques minutes de la fin du temps réglementaire.

 

Nice pousse, mais Bordeaux résiste… Long ballon devant à la 93ème… Civelli, reste aux avant-postes, dévie pour Traoré qui voit Carrasso avancé… le lob est parfait ! But niçois ! Et quel but ! Une minute plus tard et sur coup franc Bordeaux rétorque ! La défense niçoise passe au travers… La frappe de Saivet est repoussée… Henrique la reprend dans un second temps mais Delle est à la parade ! … On en restera là !

 

Bordeaux a clairement dominé au niveau des occasions. Après une première mi-temps cela dit trop timide et approximative, Bordeaux se réveille dès le début de seconde période et donne plus d’efforts. Un but de chaque côté au final, mais aussi une barre bordelaise. C’est surtout le geste de Sané, complètement stupide, qui nous pénalisera… Bordeaux, à onze, aurait été plus rassuré défensivement, et plus relâché offensivement. C’est une semaine qui termine donc moins bien qu’elle n’avait commencé…

 

 

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso eut quelques problèmes au niveau de l’entente avec Planus en ce qui concerne la relance. Résultat, de longs dégagements répétés. Il intervient magnifiquement en tout début de seconde période à bout portant et préserve son équipe. En revanche, il est trop avancé alors qu’il n’est pas nécessaire de l’être en fin de match. La sanction est immédiate : il est lobé.

Mariano s’affirme de plus en plus. De très bons appels, il a participé au jeu de par ses courses et ses gestes techniques. Il s’est aussi très bien entendu avec Jussiê qui l’a souvent servi dans la profondeur. L’homme en forme aujourd’hui, c’était très clairement Benoit Tremoulinas. Beaucoup de jus, il amène ce centre qui voit la frappe de Jussiê terminer sur la barre. Très percutant, il est le meilleur bordelais de la rencontre et la répétition des matches n’ont pas d’emprise sur lui. Marc Planus a été l’auteur d’un excellent début de match avec de très bons choix au niveau de ses interventions. Présent défensivement par son placement, précieux, une fois encore. Lamine Sané avait plutôt bien aussi débuté son match au poste de défenseur central, étant même parfois le premier relanceur. Puis intervient cette 64ème minute où se croit dans sa banlieue, faisant sa caillera des bacs à sable, et pénalisant son équipe qui devra finir le match en infériorité numérique. Manque de matière grise flagrant. Mollusque.

Landry Nguemo a certainement fait l’une des premières mi-temps les plus catastrophiques de sa carrière. Pas moins de cinq ballons dangereux dans l’axe perdus, des suites de passes très approximatives. Carrasso le secoue un peu, et cela va un peu mieux : moins de prises de risques aussi. Jaroslav Plasil était la plupart du temps placé milieu droit. Il redescendit chercher les ballons et participa à la construction du jeu, tout en se battant continuellement. Malheureusement, pas de geste décisif. Ludovic Obraniak est apparu quelque peu émoussé lors de la rencontre. Un manque flagrant de réussite au niveau du dernier geste et de la dernière passe. Il se « réveillera » lors de l’expulsion de Sané, avec un peu plus de justesse. Nicolas Maurice-Belay était un peu partout aujourd’hui. A droite, à gauche, au centre, ou un peu plus avancé encore. Certainement le plus percutant de nos milieux une fois encore, celui qui sort du « lot ». La position de Vieira Jussiê fut elle aussi assez étrange mais avec lui, on en a l’habitude. Tantôt numéro 10, tantôt attaquant, il a beaucoup décroché et a surtout été bien servi. Malheureusement pour les Girondins, ses frappes à côté et sur la barre ne nous donneront pas de point.

Yoan Gouffran a encore donné sans compter. Au détriment surement de son dernier geste. Répétant les contrôles et les crochets au lieu de frapper, il n’y a que son abatage qui le sauve et lui permet de faire un match correct.

 

 

Carlos Henrique a tenu le choc, même s’il est impliqué au niveau du marquage sur le but niçois. Il manque aussi, par nonchalance, l’ultime occasion bordelaise. On l’a connu moins réfléchi, plus primaire, plus bourrin dans ses frappes ! Henri Saivet a apporté ce qu’il fallait : de la percussion. Un but bien senti, et une occasion ratée aussi en fin de match. Une très bonne entrée tout de même. Tout comme Grégory Sertic qui finit passeur décisif sur le but bordelais : un coup franc parfaitement tiré entre la défense et le gardien.

 

 

 

 

 

 

La feuille de match

4ème journée de Ligue 1 12-13

Dimanche 2 septembre à 14 heures

Stade Jacques Chaban Delmas

18 052 spectateurs

Arbitre : M. Philippe Kalt

Bordeaux 1-1 Nice

Buts : Saivet (85ème) – Traoré (93ème)

Cartons jaunes : Pejcinovic (40ème), Cvitanich (64ème), Traoré (86ème), Kolodzieczak (90ème)

Carton rouge : Sané (64ème)

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Tremoulinas, Sané, Planus – Nguemo, Plasil © (Sertic, 72ème), Maurice-Belay, Obraniak (Saivet, 78ème), Jussiê (Henrique, 65ème) – Gouffran.

Nice : Delle – Civelli, Kolodzieczak, Pejcinovic, Digard © – Traoré, Meriem (Bahoken, 76ème), Palun, Bautheac, Pied (Eysseric, 11ème) – Cvitanich (Bosetti, 65ème).

 

 

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 6

Mariano : 7

Tremoulinas : 8

Sané : 3

Planus : 7

Nguemo : 4

Plasil : 5

Maurice-Belay : 6

Obraniak : 5

Jussiê : 5

Gouffran : 6

 

 

 

 

 

 

Les stats du match

 

 

 

 

Les stats de nos bordelais

 

 

 

 

 

 

Le joueur adverse qui nous a plu

Il s’agit de Mahamane Traoré, auteur du lob sur Carrasso qui ramène un point à son équipe. Pourtant, il a bien failli se faire voler la vedette par le fraichement entré Eysseric, auteur des plus belles initiatives niçoises de la première période. Mais c’était sans compter sur l’abatage et le travail ce Traoré qui ponctue ses efforts d’un magnifique lob. Les Taoré à Nice se suivent, mais ne se ressemblent pas forcément…

 

 

 

Crédit Photos : So Foot, Sport24, L’Express, foot01, RMC, Eurosport, LFP (+stats)