Un non-match qui gâche le dernier adieu

Dominique Dropsy iconsport

Photo Icon Sport


Les Girondins de Bordeaux étaient opposés à Montpellier cet après-midi pour le compte de la 10ème journée du championnat, mais aussi pour rendre le plus bel hommage possible à Dominique Dropsy, une légende du club. On attendait donc une réponse des joueurs pour reprendre un bol de confiance et rendre l’ambiance encore plus chaleureuse avec une victoire. Voyons tout de suite, ce que nos girondins nous ont proposé.

 

 

Le fil du match

29ème minute : Après un mouvement initié par Khazri et le très remuant Ounas, Saivet tente sa chance à l’entrée de la surface. Juste au-dessus.

33ème minute : Ninga obtient un corner qui vient lui-même couper juste au-dessus du cadre.

36ème minute : Sur un très long ballon, Lasne devance la sortie tardive de Carrasso et trouve le petit filet.

42ème minute : L’occasion la plus nette de cette première mi-temps avec tout d’abord une frappe contrée de Nicolas Maurice-Belay que remet en jeu Khazri par un centre extérieur du pied mais malheureusement après la sortie ratée de Pionnier aucun bordelais ne réussit à pousser le ballon au fond des filets.

49ème minute : Ounas provoque bien la défense montpelliéraine et tente sa chance au premier poteau en étant contré. Arrêt de Pionner sans difficulté.

50ème minute : Centre de Pallois au second poteau repris par Ounas à bout portant mais sauvé miraculeusement du bout du pied par Roussillon.

61ème minute : Suite à une bonne combinaison, Plasil s’infiltre dans un trou et tente sa chance de loin, juste au-dessus.

90ème minute : Diabaté, fraîchement entré, intercepte une relance et part seul au but mais fut vite rattrapé par Congré avant d’être contré sur sa frappe.

93ème minute : Dernière offensive girondine et énième corner. Celui-ci trouve la tête de Sané mais Rémy sauve sur sa ligne son équipe.

 

Un 0-0 bien trop triste pour effacer tous ces doutes, si ce n’est les accentuer. Un réel manque d’envie encore une fois combiné avec une imprécision dans les passes qui empêche l’équipe de se créer des occasions. Des occa-quoi ? Un mot étranger aux girondins, qui ont eu de la peine à se procurer deux malheureuses situations en 90 minutes. De plus face à une des équipes les plus faibles en ce début de championnat. Une fois de plus, ce match n’annonce rien de bon pour les échéances à venir…

 

Analysons une à une les performances des joueurs aujourd’hui pour comprendre le malaise qui plane sur l’équipe ces derniers temps.

 

 

Adam Ounas iconsport

 

 

Les joueurs

 

Commençons par celui que l’on a vu le moins, Cédric Carrasso. Le portier des girondins n’a eu aucun arrêt à effectuer. A noter une sortie tardive assez inquiétante devant Lasne sans conséquence. On retiendra seulement le coté émotionnel de son match. Avec un maillot floqué « Dropsy 1 » à l’entraînement et l’accolade devant les Ultramarines avec les enfants Dropsy. Une très belle image, sûrement la plus belle du match.

 

Passons maintenant aux choses sérieuses. Le coté droit était occupé par Frédéric Guilbert qui réalise une performance moyenne sans errances défensives et en apportant un plus offensivement. Il effectue tout de même de bonnes interventions défensives (12′ 48′ 73′) mais surtout de bonnes sorties pour relancer son bloc (37′ 67′ 84′). Sur l’autre aile, la titularisation surprise de Nicolas Pallois. L’ancien niortais n’était pas à son poste habituel et cela s’est vite ressenti. Mal à l’aise dans les phases d’attaques, il a fait preuve de beaucoup trop d’engagement sur les attaquants adverses lui coûtant de nombreuses fautes. Le retour de Sané conditionne donc à décaler Pallois sur le coté ou ce match était juste un test ou encore une punition pour Contento ? A voir pour les prochaines rencontres, une chose est sure, il est beaucoup plus utile dans l’axe. La charnière centrale était composée cet après-midi d’une part par le brésilien Pablo Castro. Peut-être le plus rassurant de l’équipe, il a livré un bon match dans l’ensemble. Surtout en première mi-temps, où il est intervenu proprement (6′ 12′ 39′) et en seconde (67′ 70′). Un peu moins en vue en fin de match, il est remplacé par Cheick Diabaté (80′) pour un changement de système. D’autre part, il était associé avec le revenant Lamine Sané. Après une longue période d’absence, il retrouve le Matmut Atlantique de manière plus que difficile. A l’aise en début de match, notamment dans le domaine aérien (2′ 9′ 15′) ainsi qu’en couverture (19′ 33′), il s’est éteint au fil de la rencontre faisant preuve d’imprécision et d’un manque de concentration dans ses relances. Il aurait tout de même pu tout effacer et endosser le costume de sauveur avec sa tête détournée sur la ligne (89′). Un peu trop sur les nerfs en toute fin de match, ce qui lui coûta un carton jaune (90′). Pas très serein pour un joueur venant de récupérer le brassard de capitaine.

 

Devant ces derniers, en sentinelle, le coach Sagnol avait décidé de titulariser Henri Saivet. Très décevant une fois de plus avec des mauvais choix de passes et aucun impact dans le jeu bordelais. Une seule fois il a réussi à récupérer le ballon et accompagner l’offensive, c’est même lui qui conclut par une frappe au-dessus (29′). Il écope d’un carton jaune (45′) après une perte de balle et un excès d’engagement, ce qui résume bien sa performance. Sinon, pendant toute la rencontre il parut fébrile dans les duels et sans idée. Un peu comme son partenaire au milieu de terrain, Jaroslav Plasil, qui a lui bien entamé la rencontre (passes longues 9′ 21′ et interventions 6′ 17′) mais a baissé en régime pour perdre beaucoup de ballons et en n’accélérant plus le jeu dès les premières relances.

 

Dans le secteur offensif, le coté gauche était réservé à Nicolas Maurice-Belay. Très remuant durant tout le match avec de bonnes accélérations (3′ 36′), de bons centres (47′ 78′), mais aussi défensivement (23′ 61′). On ne peut que lui reprocher d’être plus décisif car toutes ses offensives avortent malheureusement. Autre joueur de couloir très intéressant cet après’midi, il s’agit du jeune Adam Ounas. Très en jambes pour sa première titularisation en Ligue 1, il a posé pas mal de problèmes à la défense montpelliéraine grâce à sa technique sans vraiment trouver la faille encore une fois. Comme le témoigne ses deux actions (48′ 50′) bien stoppées par la défense. Sa jeunesse et sa fougue ont permis d’accélérer le jeu et de créer de bonnes occasions (4′ 55′) mais aussi de récolter un carton jaune (39′). Un nouveau jeune très intéressant à suivre et que l’on reverra sûrement avec l’équipe professionnelle. Remplacé par Touré (59′)

 

Vient ensuite la plus grande déception de la journée, qui est Wahbi Khazri. Il nous avait habitué à des matchs somptueux depuis le début de la saison. A l’inverse, il s’est mis au niveau de l’équipe aujourd’hui. C’est à dire médiocre. Beaucoup trop d’imprécision dans ses passes, des accélérations qui ne servent à rien, une balle de match loupée (95′), ce n’était pas le même joueur qu’auparavant. Espérons que nous allons retrouver notre meilleur joueur dès jeudi en Europa League face à Sion.

 

Aligné seul en pointe, Vieira Jussiê a eu bien du mal à exister dans ce match. Beaucoup trop discret avec seulement 30 ballons touchés (plus faible total de l’équipe) dont 8 perdus. Il n’a jamais pesé sur la défense et n’a tout simplement eu aucune occasion en une heure de jeu. Remplacé par Crivelli (59′).

 

 

Passons aux remplaçants, avec pour débuter Enzo Crivelli qui n’a pas fait grand-chose de plus à la pointe de l’attaque, mais a montré comme à chaque fois de l’envie. Il n’a pas utilisé son gabarit comme à son habitude et n’a utilisé que sept ballons en 30 minutes de jeu. Un rendement trop faible pour un entrant qui est censé changer le cours du match. Entrée nettement plus satisfaisante pour Thomas Touré, de retour de blessure. Il a apporté sa fraîcheur et son envie qui manquaient cruellement à l’équipe. Comme par hasard, avec un peu de motivation on se crée des occasions, à l’image de cette percée plein centre et une frappe en sortie bien sortie par Pionnier (81′). Certains titulaires devraient prendre exemple sur ces jeunes pour se motiver et s’employer davantage sur le terrain. Dernier entré, et sûrement l’élément sur lequel le peuple girondin repose maintenant tous ses espoirs : Cheick « le sauveur » Diabaté. Il effectuait son grand retour lui aussi et il a failli nous faire vibrer d’entrée de jeu. Une seule occasion qui aurait pu tout changer, quand il intercepte une passe et part seul au but avant d’être rattrapé (87′). Une brève action c’est vrai, mais avec ce genre de personnage, on s’attend toujours à l’exploit. Son retour dans l’effectif est de bon augure au vu les performances médiocres de ses camarades en attaque.

 

 

Henri Saivet iconsport

 

 

La feuille de match

Dimanche 18 octobre 2015 à 17 heures

10ème journée de Ligue 1 2015-2016

Matmut Atlantique, Bordeaux

Affluence: 23881 spectateurs

Arbitre : M. Varéla Bartholomeu

Bordeaux 0-0 Montpellier

Buts :  Néant

Cartons jaunes : Ounas (38′), Saivet (45′), NMB (83′), Sané (90′) et Deplagne (41′), Rémy (90′)

Cartons rouges : Néant

Montpellier : Pionnier – Roussillion (N’diaye 53′), Hilton, Congré, Deplagne – Martin, Rémy, Boudebouz, Marveaux (Ninga 31′), Lasne (Cornette 54′) – Deza.

Bordeaux : Carrasso – Guilbert, Pablo (Diabaté 80′), Sané (c) , Pallois – Saivet, Plasil, NMB, Khazri, Ounas (Touré 59′) – Jussie (Crivelli 59′).

 

 

Ryan Boudebouz iconsport

 

 

Les notes Girondins4Ever

Carrasso : 5

Guilbert : 6

Pablo : 7

Sané : 4

Pallois : 4

Saivet : 3

Plasil : 4

NMB : 6

Ounas : 7

Jussiê : 3

Khazri : 4

 

 

Lamine Sane iconsport

 

 

Les statistiques d’après match

Bordeaux – Montpellier

Possession : 58%-42%

Tirs : 16-6

Tirs cadrés : 3-0

Passes réussies : 79%-71%

Hors-jeux : 0-2

Corners : 7-2

Fautes : 16-10

Cartons jaunes : 4-2

Cartons rouges : 0-0