Troyes fois rien

l-estac-a-l-aube-d-un-incroyable-exploit-iconsport_win_180513_03_02,57453

Le résumé

« Un rôle d’arbitre ». Voilà ce que la presse essaye de faire croire ou de relayer pour « pimenter » cette fin de saison. En fait, tout le monde s’en branle. Bordeaux en premier qui n’a que la tête à la Coupe de France – et de surtout ne pas se blesser pour cette échéance – malgré l’envie du club de finir à cette 7ème place pour des raisons économiques. Troyes, a une grosse possibilité de descendre en Ligue 2 dès ce soir. Ce match, c’est un peu comme repousser l’échéance de quelques jours supplémentaires, si les autres clubs ne l’emportent pas. Le public troyen d’ailleurs ne s’est pas trompé car, contrairement à la Coupe de France, le stade n’est pas plein. Francis Gillot a fait en partie tourner, mais laisse cela dit toujours Rolan, Ben Khalfallah, Bellion et Marange sur le banc. Autant dire qu’il ne s’agit pas réellement de l’équipe bis. De l’autre côté, l’ESTAC compte fortement sur le retour de Nivet afin d’animer le jeu, et pourquoi pas être décisif.

 

 

4ème minute, bon ballon de Maurice-Belay dans la profondeur pour Diabaté qui manque son plat du pied et le ballon. La réponse vient quatre minutes plus tard par Camus lancé dans la profondeur ; trop excentré, il frappe nettement au dessus. 14ème, Bahebeck frappe de très loin ; une frappe écrasée qui termine dans les gants de Carrasso. 23ème, coup franc rentrant de Camus que Sané dégage d’une tête en reculant : ouf, ce n’est pas cadré. Le corner qui suit voit une mauvaise appréciation du gardien bordelais. Bahebeck met sa tête au second poteau, mais c’est à côté. La plus grosse occasion bordelaise sera à mettre pour le compte d’Obraniak. Lancé dans la profondeur par Traoré, le milieu bordelais se retrouve seul face à Thuram et frappe violemment le ballon : à côté. Un simple intérieur du pied, ou une passe pour Diabaté complètement démarqué auraient été des choix plus judicieux. 38ème, et excellent coup franc aux 20 mètres pour les Girondins. C’est Sertic qui s’en charge et sa frappe passe juste au dessus de la lucarne de Thuram, qui s’était tout de même bien détendu pour l’occasion. 41ème minute et la plus grosse occasion pour l’ESTAC. Sur une passe en profondeur de Nivet, Camus est seul devant Carrasso. L’attaquant troyen met instantanément son plat du pied sans contrôle : nettement à côté alors qu’il avait le temps ! Nouvelle belle occasion bordelaise deux minutes plus tard. Centre du droit de Poundjé pour Traoré dans la surface. Le milieu bordelais se joue de son vis-à-vis par deux fois pour centrer fort devant le but : Bréchet manque de peu de nous faire un remake du match de Coupe ! Le ballon atterrit à la base du montant de Thuram ! Alors que l’on croit la première période est terminée, Obraniak et Diabaté jouent de la défense troyenne avec un une-deux qui se termine par une frappe de l’attaquant malien sur Thuram ! Dommage !

 

Une première mi-temps pas mauvaise, mais pas éclatante non plus. On se dit réellement qu’on a eu de la chance que Nivet soit absent en Coupe. Ce mec a 36 ans et est super précis, courageux, décisif… On dirait que nos joueurs ont 50 ans en face.

 

La première alerte est pour Troyes qui voit à la 51ème minute pénétrer Poundjé. Ce dernier frappe du droit ; nettement au dessus. L’ESTAC réagit par la vision de jeu de Nivet qui lance Camus dans le dos de Faubert qui se présente face à Carrasso ; son plat du pied trompe le portier bordelais. Troyes mène 1-0. Et cela va se corser un peu plus pour Bordeaux et toujours pour Faubert. Le défenseur bordelais est exclu pour une faute en tant que dernier défenseur et doit quitter ses partenaires à la 64ème minute. Cela devient mission impossible pour Bordeaux qui, tout de même, ne se désarme pas totalement. Obraniak frappe tout d’abord à la 67ème plein axe : ce n’est pas cadré. 73ème, c’est Troyes qui Bahebeck qui rentre dans la surface et frappe sur Carrasso qui repousse. Dans la continuité, Nivet centre au second poteau pour une nouvelle fois Bahebeck : heureusement, Sané le gêne sur sa reprise. Gillot tente le coup avec trois changements : FBK, Saivet et Marange rentrent. La défense est donc complètement remaniée : Marange, Sertic, Sané et Poundjé sont en place. Nivet une fois encore trouve Bahebeck en profondeur (76ème) : nouvelle parade de Carrasso. Bordeaux répond enfin à la 82ème par un super mouvement de Diabaté dans la surface qui d’un geste technique efface les deux derniers défenseurs mais pousse trop son ballon… En voulant frapper, il percute Thuram… L’arbitre sifflera justement faute pour Troyes. Une minute plus tard, nouvelle frappe troyenne de Camus, trop écrasée pour Carrasso. 85ème, superbe centre de Ben Khalfallah dans la profondeur pour Diabaté qui réussit un bon contrôle, mais le défenseur troyen intervient de justesse. 88ème, nouvelle grosse occasion bordelaise. Saivet côté gauche se débarrasse de son vis-à-vis et centre au second poteau pour Diabaté libre de tout marquage. A 5 mètres du but, l’attaquant bordelais met sa tête mais croise trop. Le Stade de l’Aube a retenu son souffle… Diabaté terminera son florilège d’occasions manquées par un coup franc aux trente mètres qu’il veut absolument tirer. Sur ce coup, il retrouve complètement ses anciens appuis d’homme élastique et envoie le ballon dans les tribunes. Ce n’était pas son soir.

 

Ce n’était pas le notre non plus car nous n’avons pas joué pleinement notre rôle ce soir, malgré les occasions. Remarquez, avec un peu plus de réussite, le match aurait pu être différent. Bref, malgré cette 9ème place, on s’en fout complètement, car on est en finale de Coupe de France. Et on offre à Furlan une journée de répit, même si ce sera très compliqué…

 

 

 

 

Les joueurs

Beaucoup de parades pour Cédric Carrasso, surtout en seconde période. Il ne peut rien sur le but en revanche.

Julien Faubert avait de bien jolis mots avant le match en conférence de presse. Ce soir, il s’est aperçu que les mots ne suffisaient pas. Il reste stoïque sur la passe de Nivet dans son dos qui amène le but. Il se fait ensuite exclure en tant que dernier défenseur. Sale soirée. Maxime Poundjé débordait d’énergie et est bien sur le bon chemin pour remplacer Tremoulinas. Il ne lâche jamais, semble toujours concerné, et apporte souvent sa présence sur le front de l’attaque. Ses centres ne sont pas encore ceux de l’International français, mais cela va venir. Lamine Sané a connu une fois encore des débuts difficiles avec des mauvaises relances, se transformant en des occasions troyennes. Puis il a repris du poil de la bête à partir de la demi-heure de jeu, pour finir sur une note correcte. A l’inverse, Carlos Henrique a été omniprésent en première période et surtout en tout début de match, avant de baisser un peu le rythme en seconde période. Il sera remplacé par prudence après un tacle lui faisant tourner quelque peu son genou.

Jaroslav Plasil était partout ce soir dans l’entrejeu et s’est appliqué à perdre le moins de ballons possible. En revanche, il n’eut que très peu de poids sur le front de l’attaque. Grégory Sertic sur ce match et les derniers, tente de plus en plus sa chance sur des frappes lointaines et sur coup franc. Ce soir, un coup franc direct plein axe aurait pu atterrir dans la lucarne de Thuram. Ludovic Obraniak avait probablement encore dans la tête sa décision vis-à-vis de la sélection polonaise. Résultat, il vendange clairement une grosse occasion en première période en frappant fort comme un bourrin. Un plat du pied ou une passe latérale pour Diabaté aurait amené à coup sur un but. Il a ensuite été présent dans l’organisation du jeu avec son touché de balle, sans pour autant être décisif. Abdou Traoré, dans la conservation de balle, n’a pas été mauvais. Sa technique a aussi apporté une occasion par Bréchet en fin de première période, tout comme celle d’Obraniak. Nicolas Maurice-Belay, c’est officiel, ne retrouvera pas son niveau de la saison dernière. Quelques bonnes passes pouvant se compter sur les doigts d’une main qui en a perdu quatre, puis pas grand-chose d’autre. Sa première saison était-elle un accident ?

Enfin Cheick Diabaté semble plus serein et plus sur dans ses déplacements et duels. Mais ce soir, il a pêché dans la finition par maladresse. Plusieurs occasions franches auraient pu faire de lui une fois encore un héros. Ce sera tout le contraire. Bon, on lui pardonnera… On ne peut pas tout le temps être exceptionnel… Même si on ne peut pas nuancer sa note finale.

 

Florian Marange est rentré en tant qu’arrière droit. Plusieurs montées, avant de se coltiner à défendre dans sa zone. Fahid Ben Khalfallah a fait quelques bonnes passes qui auraient pu être décisives. Mais aussi, du même nombre, plusieurs centres poussifs, sans puissance. Henri Saivet a eu de la volonté et aurait pu être passeur décisif sur la tête de Diabaté en fin de match.

 

 

 

 

La feuille de match

Samedi 18 Mai 2013 à 21h00

37ème journée de Ligue 1

Stade de l’Aube (Troyes)

15847 spectateurs

Arbitre : M. Saïd Ennjimi

Troyes 1 – 0 Bordeaux

Buts : Camus (56ème)

Cartons jaunes : Bréchet (54ème), Darbion (59ème) – Traoré (19ème), Poundjé (58ème), Diabaté (82ème).

Carton rouge : Faubert (64ème)

Troyes : Thuram – Saunier, Colin, Bréchet, Darbion (Ngoyi, 66ème), Yamissi, Nivet, Camus (Rincon, 91ème), Faussurier, Othon, Bahebeck (Marcos, 85ème).

Bordeaux : Carrasso – Faubert, Henrique (Marange, 77ème), Sané, Poundjé – Sertic, Plasil, Obraniak, Traoré (Ben Khalfallah, 78ème), Maurice-Belay (Saivet, 78ème) – Diabaté.

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 7

Faubert : 2

Henrique : 5

Sané : 5

Poundjé : 7

Plasil : 5

Sertic : 5

Obraniak : 5

Traoré : 5

Maurice-Belay : 3

Diabaté : 3

 

 

 

 

Les stats de la rencontre

Troyes – Bordeaux

Possession : 48% – 52%

Tirs : 13 – 12

Tirs cadrés : 4 – 1

Passes réussies : 83% – 84%

Hors-jeu : 4 – 1

Corners : 3 – 5

Centres : 13 – 33

Fautes : 17 – 8

Cartons jaunes : 2 – 2

Carton rouge : 0 – 1

 

 

Crédit Photos : Foot01, Sport 24, France Bleu,