[Stade] Une visite qui prend de la hauteur

Chantier stade, volée haute vue plongeante

Quel moment magique que cette visite du chantier du nouveau stade. Accompagné des membres du site Infostades et de Mathieu, alias Matteo33p, qui nous fait partager ses articles sur son blog et qui a organisé cette rencontre, Girondins4ever a découvert les entrailles du futur écrin. Mais surtout, nous avons gravi une à une les marches menant vers les cimes de la tribune Est, de quoi donner le vertige.

 

Laissez la souris quelques secondes sur chaque photo pour obtenir le sous-titre adapté.

 

Céline Cluzel, responsable de la communication pour la société d’exploitation SBA (Stade Bordeaux Aquitaine), accueille le joyeux groupe dans le hall présentant la maquette du stade.

 

 

Après une présentation générale, nous montrant les parking pour les bus, situés derrière le virage Nord, ainsi que les portiques d’entrées au stade (tribunes Ouest et Est uniquement), nous découvrons les plans de niveau de chaque étage. Restaurants, auditorium, loges, coursives, voies de circulation pour les bus, tout est prévu dans ce stade moderne.

 

 

Il est grand temps d’enfiler les bottes et de visser son casque de chantier sur la tête afin de découvrir de visu le cœur du stade.

Marc Guerpin, Directeur de projet, rejoint Céline Cluzel, afin de répondre à nos nombreuses questions.

 

 

D’extérieur, on se rend compte de l’avancée de la construction du toit du stade côté tribune Ouest. Le bardage des tribunes Ouest et Nord est également en net progrès.

Un vieux débat prend définitivement fin : le bardage couvrant la coursive est bien ondulé, et non lisse comme espéré par certains. Le résultat est cependant fort convaincant, et les aspérités ne sont pas gênantes, d’un point de vue esthétique.

 

 

C’est l’heure de l’entrée des artistes : le choc est à la hauteur de l’attente. Immense, gigantesque, les mots laissent place à l’émerveillement en pénétrant dans l’enceinte et en découvrant l’imposante toiture, depuis l’intérieur.

 

 

 

Nous apprenons que la toiture sera légèrement translucide pour laisser passer la lumière. Un système de luminothérapie pour la pelouse, trop coûteux, est hors budget. Justement, pour revenir au pré vert, la pelouse sera semée en fin d’année, vers le mois de novembre. Le choix du type de pelouse a été choisi mais non communiqué pour le moment.

 

On aperçoit des interstices au niveau de la toiture et des tribunes permettant de poser des joints de dilatation, afin de donner de la souplesse à l’édifice.

 

 

Céline Cluzel nous invite à venir patauger dans la mare représentant le futur centre du terrain. On se retrouve ainsi au milieu du stade.

 

 

Les premières grues posées au début du chantier vont bientôt être démontées, dans le sens chronologique de leur montée : G1, G2… et G6 sera la dernière grue en activité. Une petite anecdote technique fut posée : comment la grande grue rouge, prévue pour finir la pose du toit côté virage Sud depuis l’intérieur du stade, va-t-elle réussir à pénétrer dans l’édifice ? Réponse de Marc Guerpin : en la démontant et en la remontant pièce par pièce dans le stade, sachant que la largeur de l’entrée sous la tribune Nord est identique à la largeur d’une autoroute, voie par laquelle la grue fut acheminée jusqu’au chantier au Lac.

 

Allons découvrir l’entrée des joueurs, située sous la tribune Ouest. Nous apprenons que les Girondins ont pris le côté gauche (côté virage Sud) et les visiteurs seront donc côté Virage Nord.

 

 

 

Sur la photo suivante, vous pouvez apercevoir une sorte de trappe, qui sera remplacée par une verrière, permettant aux VIP situés à cet endroit en tribune d’apercevoir les joueurs, juste avant de pénétrer sur la pelouse.

 

 

Passons maintenant au premier étage et aux loges VIP. Nombreuses, elles permettront une rentabilité certaine aux futurs organisateurs d’évènements. Les ascenseurs permettront, une fois opérationnels, une bonne circulation aux personnes à mobilité réduite notamment.

 

 

 

 

Nous changeons d’étage pour circuler au niveau de la coursive, qui accueillera la zone des handicapés. Déambulant au milieu des poteaux, nous avons découvert un bardage très brillant, assez propre, sous la volée haute. Niveau visibilité, la coursive offre un superbe point de vue sur la pelouse. Un muret d’environ un mètre de haut servira de protection, sans gâcher la vision du terrain.

La question de la couleur des sièges est alors posée à Marc Guerpin. Le choix est cornélien : le club, la mairie, l’exploitant… Toutes les parties prenantes ont leur mot à dire et un choix sera adopté courant avril. Plus qu’un mois à tenir. Petite information glanée : les sièges seront bien rabattables, sauf pour la tribune visiteur, où de simples coques seront posées.

 

 

 

 

 

Enfin, le clou du spectacle. Céline Cluzel nous permet de gravir les marches du dernier étage. Et là, nous en prenons pleins les mirettes…mais aussi pleins les mollets. Encore dépourvue de rambarde, nous « escaladons »  la tribune marche après marche, munis de nos bottes devenues soudainement bien lourdes, sans regarder le vide, dans notre dos. Une fois atteint le sommet (37 mètres), nous admirons le paysage. Mais place aux photos.

 

 

 

 

 

 

 

L’occasion de découvrir la pose d’un bardage gris sur la toiture.

 

 

Fin de la visite. Nous redescendons les étages et retournons dans le hall d’accueil. Le temps pour tout le monde de se saluer une dernière fois et d’échanger quelques mots avec Céline Cluzel pour la remercier de ce moment privilégié qu’elle nous a accordé. Un dernier passage dans le hall d’accueil pour découvrir d’autres affiches, notamment une présentant les configurations hors foot.

 

 

Nous tenons à remercier chaleureusement Céline Cluzel, responsable de la communication de SBA, et Marc Guerpin, directeur de projet du nouveau stade, pour leurs accueils, leurs patiences face à nos questions, et le soin apporté à cette visite.

 

Merci également à Matthieu pour l’organisation de cette rencontre.

 

L’ensemble des photos et vidéos seront bientôt disponibles dans un prochain article.