Nice victory !

    article-1359309329-15168

    Le résumé

    Avec la perte de Chalmé et surtout Gouffran, Bordeaux n’aura pas trop le choix en attaque et devra composer avec David Bellion. N’ayant pas la même personnalité et les mêmes revendications que son acolyte face à Newcastle, il nous conviendrait presque un peu plus. Mais c’est surtout au niveau de la réussite devant le but ces dernières années que les supporters sont inquiets, même s’il a retrouvé le chemin des filets en Coupe face à Moulins. Et face à son ancienne équipe, sera-t-il motivé au point de marquer et donner la victoire à notre équipe ?

     

    Toujours est-il que Bordeaux entame le match avec un 4-5-1 annoncé, une manière de bricoler mais aussi de stabiliser une équipe bordelaise qui ne réussit pas à Nice ces dernières années. Nice, justement, qui reste sur une élimination sur son terrain face à Nancy en Coupe de France, mais qui a bel et bien un attaquant de qualité en face, en la personne de Cvitanich. Les bordelais vont-ils déjouer les statistiques ? Les bordelais vont-ils glaner les points perdus à domicile face au PSG ? Voici la compo de départ :

     

     

     

     

    La rencontre commence tambours battants, sur un très bon rythme. Les deux équipes se neutralisent au milieu de terrain, et l’OGCN essaye d’avoir la possession de balle et de dicter le jeu. Sur une frappe instantanée de Pied (5ème), Carrasso se couche parfaitement pour son premier ballon. C’est ensuite Bellion qui, sur une frappe à l’entrée de la surface contrée par Civelli, manque de peu de tromper Ospina : le ballon passe de peu au dessus (8ème). Bellion va d’ailleurs remettre ça à la 21ème minute sur une frappe en pivot des 25 mètres : Ospina se couche. La réponse de notre adversaire intervient une minute plus tard, par un rush de Kolodziejczak qui élimine quatre joueurs, pour frapper du droit, son mauvais pied, directement sur Carrasso qui dégage des deux poings. 26ème minute, ce sera au tour de Saivet de prendre sa chance d’une volée excentrée : de peu à côté. Cvitanich répond peu de temps après en réalisant un petit pont sur Plasil, puis centrant au deuxième poteau pour la reprise acrobatique de Bauthéac : heureusement, Mariano s’interpose de contre le ballon.

     

    33ème minute, une belle transversale de Saivet devance un excellent contrôle de Bellion qui, entrée de surface, ne se pose pas de question : sa frappe en pivot enroulée est captée par Ospina, qui se détend. Bellion est bien dans ce match, et va prendre la responsabilité d’un coup franc lointain à la 41ème minute. Situé à (encore une fois) 25 mètres, le ballon part bien et est contré par le mur, puis capté par Ospina qui se couche. La dernière « occasion » sera bordelaise. Obraniak, très actif aujourd’hui, frappe instantanément en dehors de la surface ; la frappe est sèche et puissante, mais accompagnée par Ospina dans son petit filet. Le coup de sifflet de la mi-temps est effectué, et c’est presque logiquement que les deux équipes rentrent au vestiaire sur le score de 0 à 0.

     

     

     

     

    La seconde période reprend avec beaucoup d’activité, sur les pas du début de la première. Pourtant, il faudra attendre plusieurs minutes avant de voir une réelle occasion. Peu importe, cette occasion est pour nous… 58ème minute Plasil est dans l’axe à l’entrée de la surface. Pressé par plusieurs niçois, il passe à l’aveugle et en déséquilibre sur sa droite où arrive lancé Henri Saivet. Le meilleur buteur bordelais à l’extérieur ne se pose pas de question et frappe instantanément du coup de pied et trompe Ospina ! Buuuuuuuuutttttttttt pour Bordeaux ! Vexé, Nice va tenter de pousser encore plus, mais se découvre. C’est alors que Bordeaux joue le contre et deux minutes plus tard, une frappe en pivot d’Obraniak dans la surface est contrée et finit de peu à côté… Dommage, car Ospina était pris à contre-pied. Sur le corner qui suit, Obraniak profite d’un deuxième ballon au second poteau pour décocher une volée du gauche : de peu à côté !

     

    Nice pousse et va se créer une très grosse occasion qui aurait mérité un meilleur sort. Cvitanich accapare l’attention, et pique le ballon au dessus de la défense pour Maupey qui lobe Carrasso venu couper la trajectoire au premier poteau : barre transversale ! Bordeaux a eu chaud ! Bordeaux répondra par des frappes lointaines : Bellion (67ème) capté par Ospina, Marange (68ème) sur un coup franc au dessus. 76ème, un coup de pied arrêté niçois donnera quelques frissons aux supporters bordelais. Dévié par le mur, la frappe de Bautheac passe juste au dessus du but de Carrasso, qui semblait toutefois sur la trajectoire. La fin du match sera « dominée » au niveau de la possession de balle exerçant une belle pression sur la défense bordelaise, qui tient, et évolue toujours en contre. Que le temps nous paraitra long… Et nouveaux frissons dans les arrêts de jeu, à la dernière minute (93ème). Un nouveau coup franc de Bauthéac trouvera dans la surface Civelli prenant le dessus sur son adversaire : mais trouvera aussi les deux poings de Carrasso qui se détend et dégage le ballon des deux poings ! Cette fois-ci, c’est fait, Bordeaux a les trois points en poche !

     

     

     

     

     

     

    Les joueurs

    Cédric Carrasso s’est interposé et s’est couché sur plusieurs ballons. Pas de grandes occasions, mais il fallait répondre présent. Même s’il a failli se faire lober par un super ballon de Maupay, il nous sauve en fin de match à la dernière minute, en dégageant la tête de Civelli des deux poings.

    Plutôt discret, Florian Marange retrouvait son poste de latéral gauche. Il a fait le travail, même si l’on sentait qu’au niveau de la vitesse, il pouvait se faire passer. De l’autre côté, tout l’inverse. Mariano a brillé toute la rencontre par ses interventions et anticipations. Il a aussi profité de son coup de rein et de ses crochets pour faire quelques chevauchées et participer à la construction. Du tout bon, comme la défense centrale qui a été fantastique. Lamine Sané et Carlos Henrique ont donné de leur personne, se sont la plupart du temps imposés dans le domaine aérien, et ont relancé souvent proprement. Durs sur leurs adversaires, ils ont été l’une des clés de la réussite de notre équipe ce soir.

    Dans une position avancée, mais aidant aussi dans les taches défensives Marange, Benoit Tremoulinas a bien joué ce rôle de tiroir entre l’attaque et la défense. Il avait certainement pour consigne de ne pas trop rendre de risques, et il a préféré assuré par son positionnement. Grégory Sertic a été au four et au moulin, avec de l’application notamment dans la distribution du ballon et la récupération. Une bonne performance au poste de milieu défensif. Bien que très actif mais beaucoup pour rien – nous n’allons pas vous mentir – on allait mettre une note salée à Jaroslav Plasil. Dans nos têtes encore cette frappe sans conviction dans les tribunes, ou encore ce petit pont subi par Cvitanich. Mais cette passe décisive relève un peu l’addition, étant tout simplement parfaite, et à l’aveugle. Buteur, Henri Saivet a encore une fois beaucoup donné. Percutant, vif et technique, il n’a cessé de provoquer ses adversaires balle au pied, se prenant de ce fait quelques tampons. Il offre ce soir à son équipe trois points très importants. Positionné au poste de numéro 10, avec beaucoup de libertés, Ludovic Obraniak semble sur le bon chemin. Les idées étaient bonnes ce soir, mais malheureusement les appels de ses coéquipiers un peu moins. Avec encore plus de solutions devant prochainement, il devrait de nouveau briller.

    Moqué, critiqué, conspué et lynché, David Bellion est toujours là. Sa première période a démontré de l’envie, et peut-être le signe d’un retour au top au niveau physique. Plusieurs frappes, cadrées, et des coups bien sentis. Une belle débauche d’énergie pour un joueur avec une mentalité irréprochable. On a aimé, et on l’encourage !

     

    Entrés à un peu plus de dix minutes de la fin, André Poko et Fahid Ben Khalfallah étaient bien là pour ralentir Nice un peu plus et cadenasser le bloc bordelais. Le premier a parfaitement joué son rôle de milieu défensif. Le deuxième été survolté et a fait chier ses adversaires.

     

     

     

     

     

     

    La feuille de match

    22ème journée de Ligue 1

    Dimanche 27 janvier 2013 à 17 heures

    Stade municipal du Ray (Nice)

    12062 spectateurs

    Arbitre : Laurent Duhamel

    Nice 0 – 1 Bordeaux

    Buts : Saivet (58ème)

    Cartons jaunes : Anin (68ème) – Marange (62ème), Henrique (75ème), Ben Khalfallah (93ème)

    Nice : Ospina – Civelli, Pejcinovic, Genevois, Digard (Anin, 13ème) – Avriel, Eysseric (Maupay, 63ème), Kolodziejczak, Bautheac, Pied – Cvitanich (Pentecote, 73ème).

    Bordeaux : Carrasso – Mariano, Henrique, Sané, Marange – Sertic, Plasil, Saivet, Obraniak (Poko, 78ème), Trémoulinas – Bellion (Ben Khalfallah, 77ème).

     

     

     

     

     

     

    Les notes Girondins4ever

    Carrasso : 7

    Mariano : 8

    Sané : 8

    Henrique : 8

    Marange : 6

    Tremoulinas : 6

    Plasil : 6

    Sertic : 7

    Saivet : 8

    Obraniak : 7

    Bellion : 7

     

     

     

     

     

     

    Les stats du match

    Nice – Bordeaux

    Possession : 57% – 43%

    Tirs : 8 – 16

    Tirs cadrés : 3 – 4

    Passes réussies : 76% – 73%

    Hors-jeu : 3 – 5

    Corners : 2 – 4

    Centres : 22 – 10

    Fautes : 14 – 9

    Cartons jaunes : 1 – 3

     

     

     

     

     

     

    Les stats des bordelais

    64 ballons joués par Mariano, suivi de Obraniak (55) et Sertic (53). 23 ballons gagnés pour Sané, 21 pour Henrique, 15 pour Sertic. 21 ballons perdus par Saivet, 19 par Mariano et Obraniak. 80% de passes réussies par Sertic, 78% par Obraniak, Plasil et Mariano. 3 tirs cadrés sur 5 pour Bellion, 1 sur 3 pour Saivet. 3 hors-jeu pour Bellion, 2 pour Obraniak. 4 centres pour Obraniak, 2 pour Sertic. 4 coups-francs pour Henrique, 2 pour Obraniak. 3 fautes subies pour Obraniak, Plasil et Mariano. 2 fautes commises par Ben Khalfallah, Mariano et Marange.

     

     

     

     

    Crédit Photos : ogcnice.com, L’Equipe, Sport24, Foot01, Sportmag