Mode “maintien” activé

    5N3A9513

    Quatre jours sont passés et le malaise est toujours présent dans les têtes girondines avant de se présenter en terre corse. Un bon résultat est obligatoire pour rester en vie dans ce championnat et ne pas commencer à titiller cette terrible zone de relégation.

     

     

    Le fil de la rencontre

     

    33ème minute : Danic envoie un long ballon en direction d’Ayité qui glisse en frappant. Carrasso récupère le ballon tranquillement, mais c’est bien la première frappe cadrée du match.

    40ème minute : Contrôle et frappe en pivot pour Crivelli qui réalise lui aussi la première et seule frappe cadrée de son équipe en première mi-temps.

    87ème minute : BUT ! Ballon sans danger dans la surface que récupère Hassani, mais ce dernier glisse et laisse l’opportunité à Raspentino de crucifier les Girondins en fin de match.

    92ème minute : Relance une nouvelle fois ratée d’Hassani qui offre une seconde occasion à Rapenstino qui bute sur Carrasso cette fois-ci.

     

     

    5N3A9567

     

     

    Les joueurs

     

    Un match très passable dans le jeu sans vraiment d’occasions franches, une maladresse défensive en fin de match et voilà les bordelais qui encaissent une troisième défaite de rang en une semaine. Par contre maintenant, l’équipe se retrouve premier non-relégable et c’est tout de suite moins marrant… Comme à notre habitude, nous allons reprendre joueur par joueur les performances qui se sont jouées sous nos yeux ébahis (ou pas).

     

    Commençons avec le gardien girondins, Cédric Carrasso. Pas beaucoup de travail durant la partie, seulement des ballons faciles à capter (33′ 57′ 63′ 69′) ou à boxer (47′) avant cette fameuse 88ème minute… Hassani est certes fautif sur le but, mais le portier international n’est pas exempt de tout reproche avec sa sortie un peu hasardeuse. Il sauve ensuite le 2-0 sur l’action d’après devant Raspentino (92′).

     

    Malgré la défaite, certains bordelais se sont distingués à l’image des deux latéraux titulaires ce soir. D’abord le plus jeune, il s’agit de Frédéric Guilbert. Très solide tout le match avec des récupérations (4′ 27′ 44′), des bonnes défenses (18′ 66′) et parfois des montées intéressantes (22′ 33′). Tout comme son acolyte de l’autre coté du terrain, Diego Contento. Très actif pendant 90 minutes avec une première frappe décochée (27′), des retours importants en défense (30′ 54′), des récupérations assez hautes (41′ 59′) et un effort offensif remarquable (45′ 63′ 67′). L’un des seuls girondins à réaliser des prestations correctes ces derniers temps, dommage que ce soit en période de crise. A l’inverse, le gros chantier reste et restera pendant un très long moment la charnière centrale. Cédric Yambéré n’a pas du tout convaincu et n’a montré aucun signe de sérénité en défense. Mis à part un bon dégagement (6′) et une couverture en dernier défenseur (11′), il demeure beaucoup trop fragile et instable en tant que dernier défenseur. Son point faible étant depuis toujours ses relances qui laissent le plus souvent à désirer. Clément Chantôme était la « roue de secours » de ce soir. On ne peut pas lui reprocher grand-chose dans une position qu’il n’a pas l’habitude d’occuper mais il a tout de même réussi à trouver ses marques en fin de première période. Auteur de bons dégagements défensifs (5′ 60′) et de récupérations (22′ 42′). Sorti sur blessure à la 75′ et remplacé par Hassani. Une nouvelle tuile pour les girondins qui perdent encore un potentiel défenseur central.

     

    Dans l’entre-jeu, on retrouve un Henri Saivet (capitaine) de nouveau transparent, ce qui rime aussi avec inquiétant. Avec beaucoup de pertes de balles dangereuses (34′ 92′), sans idées et surtout sans réelle envie de jouer vers l’avant, il accumule une autre performance en dedans. Jaroslav Plasil a livré une prestation plus courageuse avec une nette intention de mouiller la maillot pour récupérer le ballon au plus vite (21′ 39′ 42′ 47′). Ce très bon travail défensif a quelque peu entaché ses montées vers l’avant et son apport aux attaquants qui ont été assez moindres. Il écope d’un carton jaune (62′). Vieira Jussiê a tenté beaucoup de choses, on ne lui enlèvera pas ça. Mais le plus souvent sans réussite, comme par exemple ce rush qu’il termine par terre dans la surface (34′), ou encore un manque de justesse dans la dernière passe (10′ 22′). On notera néanmoins, sa combativité à revenir défendre (5′ 43′). Sorti lui aussi sur blessure et remplacé par Ounas (50′). On a eu droit à un Nicolas Maurice-Belay un peu plus discret que d’habitude avec tout de même quelques belles ouvertures (9′ 37′ 59′) et toujours un travail qui n’est pas des moindres dans la percussion. Remplacé par Soni (81′). Aie, aie aie Diego Rolan… Comment dire sans être offensant envers le joueur que ses performances vont en s’empirant ? Il a tout simplement loupé l’intégralité de ce qu’il a entreprit. Que ce soit des centres (4′), des passes dans l’intervalle (18′), des pertes de balles (30′), des frappes contrées au dernier moment (39′), et surtout sa plus grosse occasion qui aura été son minable lob devant Leca (59′). Il est le symbole parfait de la confiance girondine qui est au plus bas en ce moment.

     

    Terminons avec l’attaquant de pointe, Enzo Crivelli qui aura bien eu du mal à exister pendant ce match. Malgré un pressing à toute épreuve, le jeune espoir n’a pas réussi à laisser son empreinte sur le match. Hormis un jeu dos au but aidant le bloc à remonter (9′ 23′), il n’a qu’une seule occasion à se mettre sous la dent et elle est l’œuvre que de lui-même (frappe lointaine 40′). Ne lui en voulons pas, ces derniers temps le danger ne vient principalement que de lui, comme en témoigne cette statistique de 3 buts sur les 4 dernières réalisations de son équipe.

     

    Au niveau des remplaçants, seul Adam Ounas a apporté sa vitesse et sa touche technique (aidant pour ressortir le ballon de son propre camp 69′ 76′) entre autre pour dynamiser le jeu bordelais avec par exemple ce magnifique grand-pont conclut par un centre tendu sur le coté droit (71). Le jeune Ilias Hassani auteur de l’erreur qui coûte cette défaite se souviendra longtemps de sa première en pro très mouvementée avec les Girondins. Kévin Soni n’a eu le temps de jouer que 10 petites minutes sans trop intervenir dans le jeu.

     

     

    5N3A9517

     

     

    La feuille de match

    Bastia-Bordeaux
    Mercredi 2 décembre 19 heures
    Armand-Césari, Bastia
    16ème journée de Ligue1
    10135 spectateurs
    Arbitre : Fredy Fautrel
    Buts : Bastia : Raspentino (88′)
    Cartons jaunes : Bastia : Palmieri (50′) Bordeaux : Plasil (61′)
    Cartons rouges : aucun
    Bordeaux : Carrasso – Guilbert, Chantôme (Hassani 74′), Yambéré, Contento – Saivet (c), Plasil – Jussiê (Ounas 50′), Maurice-Belay (Soni 81′), Rolan – Crivelli.
    Bastia : Leca – Palmieri, Peybernes, Modesto (c), Jebbour (Cioni 71′) – Marange, Fofana, Danic (Ngando 66′), Mostefa, Ayité – Brandao (Raspentino 66′).

     

     

    Les notes Girondins4Ever

     

    Carrasso : 3
    Guilbert : 6
    Chantôme : 5
    Yambéré : 2
    Contento : 6
    Saivet: 2
    Plasil : 4
    Maurice-Belay : 4
    Rolan : 1
    Crivelli : 4

     

     

     

    Les stats d’après match

     

    Bastia-Bordeaux
    Possession : 47%-53%
    Tirs : 8-6
    Tirs cadrés : 1-1
    Passes : 392-444
    Passes réussies : 67%-74%
    Hors-jeux : 5-1
    Corners : 7-6
    Duels gagnés : 54-76
    Fautes : 18-13

     

    Photos SC Bastia