Le compte rendu du premier entrainement de Paulo Sousa aux Girondins

Paulo Sousa

C’est avec beaucoup d’impatience que nous attendions cette première de Paulo Sousa. D’autant que pour cette première semaine, il n’y aura que deux séances ouvertes au public avec celle de mercredi (16h30). Après une présentation dans le vestiaire auprès des joueurs, et surtout un staff mettant en place les ateliers près de 45 minutes avant le début de la séance, les joueurs sont sortis aux alentours de 16h45. Mais commençons par le commencement.

Le staff sportif/technique des Girondins de Bordeaux n’a jamais été aussi complet. L’on compte évidemment donc l’entraineur en chef, Paulo Sousa, mais également des adjoints et notamment Victor Sanchez Llado qui est son adjoint dit « principal ». Mais pas que. En effet, trois autres adjoints ont été très actifs : Manuel Cordeiro, Cosimo Cappagli et Rafael Maldonado. Ils viennent ainsi s’ajouter à Eric Bédouet qui a observé la séance sans intervenir, et Paulo Grilo qui reste l’entraineur des gardiens. L’on peut également ajouter le corps médical qui était aussi là pour cette première séance, ainsi que le kiné David Das Neves. ENFIN cela ressemble à un vrai staff technique, comme nous pouvons le voir dans la majorité des clubs du standing de Bordeaux (et surtout européens). De mémoire, jamais il n’y eut autant de monde dans ce domaine, faisant penser à la fameuse « professionnalisation » que tous les entraîneurs précédents réclamaient. Nous avons également une pensée pour Patrick Colleter qui n’était pas présent et dont nous attendons des nouvelles, tout comme Pierre Espanol qui retournera certainement au cœur de la formation.

 

Au niveau du groupe, deux jeunes étaient une nouvelle fois présents ; Till Cissokho, et Driss Trichard, ce dernier palliant l’absence de Youssouf Sabaly. Andreas Cornelius était aussi absent, toujours pour blessure. Igor Lewczuk est quant à lui entré un peu plus tard sur le terrain, après un footing, pour de la réathlétisation avec David Das Neves.

 

Revenons au terrain. L’on commença par un échauffement géré par Rafael Maldonado, à base de courses, d’appuis, d’accélérations. On ne perd pas de temps, l’atelier s’exécute vite, et dès que celui-ci est terminé, le matériel est aussitôt rangé pour laisser la place pour la suite. C’est pro, très pro, et cela semble déjà très bien huilé. Les photos de cet exercice :

Les trois autres adjoints (Victor Sanchez Llado, Manuel Cordeiro, Cosimo Cappagli) vont ainsi mener l’exercice suivant, un circuit de passes, fait d’appels et de passes en mouvement. Les joueurs sont, comme à chaque changement d’entraineur, très attentifs et appliqués. Cela ne rechigne pas, cela fait l’effort de parler, de communiquer, et l’entraide est au rendez-vous. Les photos de cet exercice :

Puis, comme pour le premier exercice, les ‘mannequins’ métalliques sont vite enlevés pour laisser le terrain libre pour l’exercice qui suit. Celui-ci, justement, était une sorte d’opposition sans buts. La consigne était de servir rapidement les ailiers, dans la profondeur, afin de dépasser une ligne tracée sur le terrain. L’équipe qui la passait remportait la manche, sauf que pour ne pas que les joueurs se reposent sur leurs lauriers, le coach Paulo Sousa – toujours au cœur des exercices – demandait très souvent de repartir pour recommencer. Beaucoup d’intensité donc. Petite indication sur ce que l’entraîneur portugais a demandé à ses joueurs : le renversement du jeu. En effet, il a été très (très) souvent demandé de basculer le jeu à l’opposée, que ce soit sur les ailiers ou les latéraux, afin de faire bouger le bloc adverse. Paulo Sousa n’est pas fou, les passes latérales au milieu de terrain ne servent à rien, mais le renversement de jeu si…

Les équipes :

·         Les jaunes : Palencia, Pablo, Cissokho, Poundjé – Adli, Tchouaméni, Sankharé, Plasil, Youssouf – Briand

·         Les Bleus : Trichard, Jovanovic, Koundé, De Préville – Otávio, Basic, Kamano, Karamoh, Kalu – Maja.

 

Polyglotte, Paulo Sousa

Lors de ses premiers mots en conférence de presse, Paulo Sousa s’était exprimé dans un français que l’on peut vraiment jugé d’impeccable, mais, faute d’un vocabulaire suffisant et ayant la volonté d’être précis, il y avait une traductrice présente. Sur le terrain en revanche, l’entraineur portugais s’est exprimé la majorité du temps en français pour se faire comprendre, sans forcément l’aide d’un de ses ‘cousins’ brésiliens. En revanche, on l’entendit parler très souvent anglais pour Josh Maja par exemple qu’il ne lâcha pas d’une seconde. On l’entendit également parler espagnol, comme son staff d’ailleurs. Puis portugais pour les brésiliens, forcément. Vraiment polyglotte. A tel point que tous les exercices ont été parfaitement assimilés, rapidement, et que tout s’est déroulé de manière idyllique. Le « Françoise » pour Kamano, a particulièrement fait rire les supporters venus en ‘nombre’ (environ 80), tout comme son énervement en anglais envers Josh Maja.

 

Un groupe déjà très bien connu

Près de trente joueurs composent l’effectif professionnel des Girondins de Bordeaux. Et il aurait été compréhensible que Paulo ne les connaisse pas tous… Vous faites erreur ! Le coach portugais connait déjà TOUS les prénoms des joueurs, sans exception, et probablement même les points où il faut appuyer lors des séances. Même Maxime Poundjé a eu le droit à son « bien joué Maxime » sur une action.

 

Quatre joueurs touchés, aucun arrêt de jeu

Nous avions rarement vu ça. Alors que plusieurs joueurs ont reçu des coups et restaient au sol (c’est arrivé quatre fois lors de la séance), le jeu ne s’est jamais arrêté. En effet, à l’image du rugby, les soigneurs arrivent sur le terrain pour ‘guérir’ les joueurs touchés et s’assurer que tout va bien, alors que Paulo Sousa demande avec assurance de continuer à jouer. Il y a encore peu de temps, le jeu aurait été arrêté plusieurs minutes, le rythme aurait été coupé, les consignes oubliées, et il aurait fallu un nouveau temps d’adaptation pour redémarrer.

Et alors que l’on pensait que l’entrainement allait se terminer – car Paulo Sousa n’est pas réputé pour faire de très longues séances d’entrainement – nous voilà repartis sur un terrain réduit, avec deux grands buts et donc deux gardiens, pour une nouvelle opposition. D’ailleurs, plusieurs joueurs se sont montrés à leur avantage, Samuel Kalu et Zaydou Youssouf pour ne citer qu’eux. A noter qu’un électron libre participait au jeu des deux équipes selon le sens de l’attaque : Jaroslav Plasil.

Les équipes :

·         Les bleus : Mandanda, Trichard, Cissokho, Karamoh, Kalu, Basic.

·         Les verts : Poussin, Palencia, Maja, Adli, Jovanovic, Youssouf

Les photos de cet exercice :

Vraiment, beaucoup de positif à ressortir de cette séance. Ca vit, ça travaille, ça ne rechigne pas. Bien sûr, c’est tout beau, tout neuf, et Gustavo Poyet et son staff moins garni nous avaient donné presque la même impression. Mais ce qui ressort encore plus ici, c’est vraiment le professionnalisme. Changement d’ère.