L’après-match. Bordeaux tape la barre, mais pas Eibar, en amical


Lors de cette trêve internationale, Bordeaux a organisé une rencontre amicale pour mettre à l’essai certains de ses remplaçants habituels ainsi que de nombreux jeunes. C’est l’occasion rêvée pour Jocelyn Gourvennec de relancer des joueurs comme Igor Lewzcuk, Valentin Vada ou encore Jaroslav Plasil, en manque de temps de jeu et de confiance lors de ce début de saison. Nous en oublions presque l’adversaire de ce match, qui est une accrocheuse équipe de Liga Santander, Eibar.

 

bandicam 2017-09-01 19-02-48-441

 

Un match en partie dominé par les bordelais, qui se sont créés les meilleures occasions. Un manque de finition est tout de même à déclarer, au vue de la physionomie du match et des opportunités qui se sont présentées à eux. Cette rencontre aura permis aux jeunes joueurs de se lancer un peu plus dans l’équipe professionnelle et aux remplaçants de lancer tout simplement leur saison. Très peu ont déçu, mais laissons le joueur par joueur analyser cela.

 

Les joueurs

 

Benoît Costil (7/10) : Très serein devant sa cage sur des centres ou des ballons lents, le portier bordelais a sorti une belle parade horizontale sur une frappe espagnole très tendue (38’). Un clean-sheet de plus pour lui.

 

Théo Pellenard (8/10) : Très intéressant ces derniers temps, le latéral est clairement en train de prendre confiance. Plus incisif dans ses duels (18’), il n’hésite pas à se projeter lorsque l’occasion se présente (19’ 21’). Ses qualités de dribble et de centre apportent un vrai plus à l’animation de l’attaque bordelaise.

Remplacé par Diego Contento (4/10) à la 46ème : Pas grand-chose à relever de la prestation de l’allemand. Satisfaisons-nous plutôt du niveau de jeu de son concurrent à son poste, qui est largement au-dessus du sien.

Youssouf Sabaly (6/10) : Très peu en vue dans le secteur offensif, l’ancien parisien s’est occupé de plutôt défendre. Et il l’a très bien fait, notamment sur l’attaquant d’Eibar avec un grand gabarit, nommé Bebé. Avec beaucoup d’autorité et de physique, il s’est imposé en réel patron dans son coté droit.

Remplacé par Thomas Carrique à la 60ème : Le moins que l’on puisse dire, c’est que le jeune latéral n’a pas froid aux yeux. Impressionnant de sérénité et de calme, il a su relancer proprement et amorcer les attaques bordelaises avec brio. Prometteur.

 

Igor Lewczuk (6/10) : En danger sur quelques situations, le défenseur a fait preuve de beaucoup de concentration pour rester bien en place dans son match. Remplaçant sur ce début de saison et en manque de temps de jeu, sa fin de partie est bonne et révélatrice de sa motivation.

Jérémy Toulalan (7/10) : Match posé et sérieux du capitaine bordelais, qui n’a pas eu à forcer son talent pour intervenir dans les pieds des attaquants espagnols quand il le fallait (27’ 38’).

Remplacé par Jules Koundé (5/10) à la 46ème : Le joueur issu de la formation bordelaise a alterné bon et moins bon (d’où sa note moyenne). Dans un premier temps, il fait preuve d’un manque de vigilance en se faisant surprendre dans son dos par l’attaquant au pressing (58’) et rate ensuite sa relance. Vient ensuite le bon, avec des relances de qualité, amenant le danger directement dans le camp adverse (72’).

 

Otavio

 

Otávio (7/10) : Comme face à Troyes, le métronome brésilien a parfaitement orienté le jeu bordelais et contrôlé l’entre-jeu. Son volume de jeu impressionnant lui a permis de gratter de nombreux ballons et de s’imposer au milieu de terrain. Quelle bonne trouvaille…

Remplacé par Zaydou Youssouf à la 60ème : Une frappe juste à coté (76’) et des courses intéressantes représentent la rentrée du jeune international français. Très précieux, comme à son habitude.

Valentin Vada (7/10) : Déçu de son faible temps de jeu, le milieu bordelais s’est montré revanchard lors de ce match amical. A l’origine de nombreuses actions, il a tenté à deux reprises sa chance, les deux hors-cadre (7’ 41’). A coté de cela, on l’a souvent vu combiner avec Malcom (56’) entre autre, et distribuer de bons ballons dans les intervalles. C’est une très bonne réponse à son coach.

Jaroslav Plasil (7/10) : Pas souvent à son avantage durant ses dernières entrées lors de matches officiels, le tchèque a livré une copie très propre à Bayonne. Précis dans ses passes, projeté vers l’avant et accrocheur dans les duels, on avait presque retrouvé le Jaro des années 2010. Presque, évidemment.

 

Jonathan Cafu

 

Jonathan Cafú (6/10) : A l’aise techniquement (sombrero 23’ et crochets 13’ 18’), la recrue brésilienne a plutôt bien percuté. Manquant parfois d’un peu d’altruisme, il s’est vu contrer deux frappes : une par le retour d’un défenseur (18’) et une autre à bout portant par le gardien (40’).

Remplacé par Malhory Noc à la 75ème : Malheureusement pour ce jeune joueur, on ne retiendra qu’une seule chose de sa courte entrée : son raté incroyable face au but vide (78’). Et pourtant, on sait qu’il a des qualités.

Alexandre Mendy (3/10) : Beaucoup trop souvent hors-jeu et dans le mauvais tempo, il récolte la plus mauvaise note de son équipe. Son simple jeu dos au but aidant à la conservation ne suffit pas à réaliser un bon match.

Remplacé par Nicolas De Préville à la 60ème : Après une pluie d’applaudissements lors de son entrée, la dernière recrue bordelaise est vite rentrée dans son match pour se créer la plus grosse occasion bordelaise de ces 90 minutes. En effet, sur un centre de Malcom, il trouve la barre transversale et devra attendre un peu plus avant d’inscrire son premier but sous ses nouvelles couleurs (72’). C’est aussi lui qui offre le but tout fait à Noc juste après (68’). On notera enfin sa très bonne entente avec le brésilien Malcom. Nous avons hâte de voir cette doublette à l’œuvre en championnat…

Yassine Benrahou (6/10) : Virevoltant et plein d’envie, le jeune bordelais a montré de belles choses sur ce match. Disponible, agile et surtout très technique, il nous a fait part d’une très belle palette de son jeu. Une frappe cadrée et un face-à-face avec le gardien adverse sont à citer, en seulement 45 minutes. Prometteur bis.

Remplacé par Malcom (7/10) à la 46ème : Un duel raté face au portier adverse après une bonne combinaison avec Vada (55’) et un cadeau à De Préville ensuite (71’) illustrent son apport dans le match. L’homme qui valait 60 millions a réussi à faire jouer tout le monde. Et pour cause, il a tout de suite amené vitesse et percussion à l’attaque de son équipe. C’est lui, le premier détonateur de l’explosivité bordelaise.

 

DIqlgK_XYAIXH_G

Photo Eibar

 

La feuille de match

Bordeaux-Eibar
Vendredi 1 septembre 2017, 19 heures
Stade Didier Deschamps, Bayonne
Match amical
Buts : aucun
Carton jaune : Eibar : Alejo (30’)
Carton rouge : aucun

Bordeaux : Costil – Sabaly (Carrique 60’), Pellenard (Contento 46’), Toulalan © (Koundé 46’), Lewczuk – Vada, Otávio (Youssouf 60’), Plasil – Cafú (Noc 75’), Mendy (De Préville 60’), Benrahou (Malcom 46’).

Eibar : Riesgo, Gálvez, Capa, Paulo, Juncá, Escalante, Rivera, Alejo, Bebé, Peña, Enrich.
Entrants : Valdes, Rico, Garcia, Jordan, Areitio.

 

 

Image en Une FCGB