La symphonie inachevée n°4…

12122408462298328

 

 

 

 

Nos illusions ? Il y a longtemps qu’elles sont des « truites » dirait Franz Schubert !

 

 

Le président du directoire d’M6 va devoir déléguer de nouveau Jean-Louis Triaud pour aller écouter la Symphonie inachevée de Francis Gillot en lui demandant de lui faire un mémo pour lui résumer ce concert et surtout lui exprimer ses sentiments…

 

 

 

Fidèle à ses conceptions et très correct vis à vis de sa hiérarchie, le président Bordelais ne manquera pas de faire part à NDT de son ressenti en lui écrivant la chose suivante :

 

 

Toujours soucieux et minutieux dans la gestion des musiciens, Jean-Louis Triaud a observé tout d’abord que les cinq ou six joueurs de haut bois demeurent inactifs pendant des périodes considérables… il convient donc de réduire leur nombre et répartir le travail sur l’ensemble de la symphonie de manière à économiser les pointes d’inactivité…

 

 

 

De plus, l’orchestre dirigée par Francis Gillot consacre trop d’énergie dans le double croche pour pouvoir conclure, il devrait donc être possible d’utiliser des stagiaires et des opérateurs peu qualifiés pour jouer…

 

 

 

La répétition par les cors des passages déjà exécutés dans les concerts précédents, ne représentent aucune nécessité… si tous ces doublons étaient éliminés il serait possible de réduire là encore la durée de l’ennui de 90 à 20 minutes…

 

 

 

Nous pouvons conclure Monsieur le Président que si l’orchestre avait prêté attention à mes remarques, Francis Gillot aurait été en mesure d’achever sa symphonie comme d’autres n’ont pas fait avant lui !

 

 

Partition ainsi rédigée sur le même air que les précédentes…

 

 

 

Le « Violon » s’imposait-il ?

 

 

 

 

 

Il y a bien longtemps que le président se doutait que la symphonie n°4 (après celles de Ricardo, de Blanc et de Tigana) allait s’achever… mais pourquoi donc avoir laissé croire à tout un public que rien de semblable ne pouvait resurgir en imposant à chaque fois cet air de violon qui ne fait qu’entretenir l’incertitude et endormir les spectateurs !

 

 

 

C’est donc une nouvelle fois raté, nous voici dans les mêmes conditions que celles que nous avons connues !

 

 

 

Est-ce une fatalité ou tout simplement les conséquences de discours dissuasifs qui poussent les entraîneurs vers la sortie ?…

 

 

 

Il semble que le manque d’ambition soit le refrain du répertoire devenu en fait une rengaine… une sorte de marque de fabrique derrière laquelle se retranche les dirigeants de ce club …Bordeaux attire dans un premier temps de part son historique et surtout son palmarès ; un club qui ne laisse pas indifférent… de nombreux entraîneurs en manque de réussite ou de notoriété s’y engouffrent afin de parfaire leur apprentissage et faire figurer ainsi une image de marque sur leur CV… ou encore des techniciens qui débutent et qui font de Bordeaux un merveilleux tremplin pour se lancer dans la profession !

 

 

Cela ressemble étrangement à un contrôle technique pour les véhicules… pendant deux ans on examine tous les points stratégiques et ensuite on délivre le certificat de conformité mentionnant les bons résultats de l’élève afin qu’il puisse aller voir ailleurs…

 

 

 

Francis Gillot va donc quitter les rennes…

 

 

 

 

 

 

 

C’est effectivement la période de l’année ou tout se joue. ..ça sent le sapin, l’arbre qui cache une grande forêt ! le père Noël est-il pour autant une ordure ?

 

 

 

Il nous fait en tout cas un bien vilain cadeau pour nous, supporters… est-ce mérité ?

 

 

 

Pour les dirigeants certainement, leur suffisance fait à chaque fois la différence… ils ont encore la volonté de recruter un coach de grande notoriété, sûrs d’eux ils prétendent même, avoir sous la main l’entraîneur qui acceptera facilement d’avaler des couleuvres… les noms circulent, Kombouaré, Girard ou encore les retours éventuels de Ricardo ou Gasset…

 

 

Et les joueurs dans tout ça ?… eux prétendre que c’est à la fin du bal que l’on paie les musiciens, que le départ annoncé du chef d’orchestre ne doit en aucun cas les perturber afin d’entamer 2013 du bon pied et finir la symphonie de belle manière…

 

 

 

Mais on n’est jamais assez prudent et, afin d’éviter une nouvelle bûche, Jean-Louis Triaud a déjà prévenu que le 30 décembre, date de la reprise de la répétition, il aurait l’intention de demander au groupe leur objectif pour la seconde partition de la saison !

 

 

 

Un coup de clairon s’impose aurait-il dit… on le comprend surtout après ce concerto dont il n’a plus la maîtrise, seuls ses musiciens pourraient ainsi éviter une messe de requiem annonçant le départ de Francis Gillot….

 

 

 

Francis dit Napeso