Invaincus et victorieux

diabatelyon

Le résumé

Bordeaux joue bien avec deux attaquants devant ce soir. De l’autre côté aussi et devant, cela joue à une touche de balle en ce début de match avec un jeu à trois qui finit par une frappe entrée de surface, nettement au dessus des cages de Carrasso. Petites frictions entre Tremoulinas et Lacazette lorsqu’un lyonnais reste au sol à la 5ème minute de jeu. Les supporters lyonnais montrent eux aussi leur présence par quelques noms d’oiseaux. L’arbitre calme finalement le jeu avec un joli sourire et les deux joueurs se quittent bons amis… Jusqu’à la prochaine confrontation. Au bout d’une dizaine de minutes, c’est Lyon qui a le ballon et Bordeaux qui cherche à bien défendre. C’est la solidarité défensive qui prime, bien que les flèches bordelaises dans les couloirs soient prêtent à filer vers l’avant. Au quart d’heure de jeu, c’est Gouffran qui va subir une belle faute de Dabo, semelle en avant, alors qu’il dégage le ballon. Plus de peur que de mal, même si l’on craignait le pire : il revient quelques minutes plus tard sur la pelouse.

 

 

 

 

Le jeu est haché le quart d’heure suivant, jusqu’enfin cette 26ème minute où Lisandro provoque Henrique, puis enroule sa frappe qui finalement passe à  un bon mètre des cages de Carrasso. 29ème minute, Lacazette fait la différence face à Marange dans le couloir et centre en retrait. Grenier à la réception frappe et Carrasso se couche à merveille pour détourner le ballon en corner ! La première frappe bordelaise en réponse à cette occasion arrivera par l’intermédiaire d’Obraniak à la 35ème minute, largement au dessus des buts de Vercoutre. Réponse dans la foulée pour Gonalons d’une frappe de 30 mètres, directement dans les gants de Carrasso.

 

Plus grand-chose ensuite jusqu’à… la mi-temps ! Bordeaux est très bien en place derrière et n’est pas mis en difficulté défensivement. Le problème, c’est qu’en étant souvent derrière, on est rarement devant. Jouant pourtant à cinq derrière avec deux latéraux, on n’utilise pas assez les couloirs et l’on se retrouve que très rarement devant. Et ce fut encore pire lorsque Gillot replaça Tremoulinas plus bas pour éviter à Marange de dé-zoner l’axe. De plus, nos milieux de terrain n’arrivent pas à conserver le ballon et plusieurs mauvaises passes sont à signaler. Enfin, le fait de jouer avec deux attaquants devant, lorsque les deux n’ont pas le ballon ou l’occasion de s’exprimer, ne nous laissent pas la possibilité de construire et monter avec un milieu supplémentaire, par exemple. Si Bordeaux est venu chercher son cinquième nul consécutif, il est sur la bonne voie !

 

 

 

 

46ème minute, Bordeaux lâche un peu de lest et Lopez, lancé en profondeur par Malbranque, se présente face à Carrasso et frappe du gauche largement au dessus ! Premier avertissement. 48ème minute, Bordeaux répond avec une bonne passe de Plasil dans le sens du jeu pour Gouffran qui fixe ses adversaires, se décale, et frappe dans le petit filet. 53ème, Reveillère lance à son tour Gomis en profondeur, qui résiste à ses adversaires et frappe. Carrasso se couche et est à la parade. La réponse arrive la minute suivante. Plasil prend intelligemment l’espace… Il centre parfaitement sur la tête de Diabaté qui oblige Vercoutre à intervenir en deux temps. Le but était ouvert mais c’est sur le gardien que cette tête prend la direction… Réponse une fois encore de Grenier deux minutes plus tard avec une frappe entrée de surface que détourne Carrasso en corner.

 

 

 

 

65ème, Bordeaux joue la contre-attaque, mais presque sereinement. Tremoulinas côté gauche avance tranquillement, combine avec Obraniak qui remet… le latéral bordelais se retrouve sur le pied droit et frappe ! But ! La balle est contrée par Lovren et trompe Vercoutre ! Deux minute plus tard sur corner, Grenier est à la baguette… Et trouve la tête de Lacazette au premier ! Egalisation lyonnaise ! Lacazette fait son cirque tout seul devant ses supporters… Mais l’arbitre avait sifflé pour une sortie de but sur le corner de Grenier… le ballon serait sorti avant de re-rentrer. Ce que les images vidéo ne confirment pas au premier abord, avant qu’un autre angle vient confirmer la décision arbitrale. 70ème, Lyon continue de pousser et Gomis est un peu trop court pour dévier de la tête… Carrasso capte le ballon facilement.

 

74ème, Benzia est lancé dans la profondeur côté gauche mais sa frappe est trop croisée. Gomis est remplacé après cette action et est sifflé par ses supporters. Briand entre à sa place. Côté bordelais, Saivet entre à la place de Gouffran pour densifier le milieu de terrain. Alors que Lyon pousse, 82ème minute, Bordeaux continue côté gauche. Obraniak talonne pour Tremoulinas qui prend la profondeur… Centre de ce dernier au premier pour Plasil qui laisse passer… Diabaté est au second et le ballon est en hauteur, contré par un lyonnais. L’attaquant bordelais se bat et met sa tête – enfin son épaule – pour lober Vercoutre ! Bordeaux 2, Lyon 0 ! Il faudra attendre la 86ème minute pour voir une occasion lyonnaise par l’intermédiaire de Briand… Mais sa tête est légèrement trop croisée…

 

Les quatre minutes de temps additionnel ne changeront pas grand-chose au score… Pardon, ne changeront rien du tout au score. Assommé, vaincu contre le cours du jeu, Lyon ne pourra réagir… Bordeaux reste invaincu et Bordeaux réalise le hold up à Gerland. Alors oui, ce fut un peu chiant au niveau du jeu – même si les deux buts bordelais sont issus de jolies combinaisons – mais ce système, avec l’effectif que nous possédons et face aux grosses écuries, est une bénédiction. « Une victoire au courage » pour Gillot. Une victoire avec le cœur aussi !

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso a sortie trois parades à des moments clés (29ème, 53ème, 57ème), permettant à son équipe de repousser l’échéance et donc de maximiser ses chances de Hold Up. On gagne du temps comme on peut en fin de match, mine de rien, malignement, pour ne pas écoper de carton jaune. Bien joué.

 

Mariano a été un peu plus en vue en première qu’en seconde. Défendant la plupart du temps, il a ce soir simplifié son jeu pour assurer le coup. Avec cela dit quelques petits gestes techniques intéressants qui glorifient sa prestation. De l’autre côté, Benoit Tremoulinas a eu un peu de mal, en compagnie de Marange, au niveau du placement sur quelques actions en première mi-temps : un peu trop haut alors que les situations ne l’exigeaient pas. Une fois le tir rectifié, il se transforme en buteur en seconde mi-temps sur une frappe du droit déviée, puis en presque passeur décisif sur le second but bordelais. Dans l’axe, excellente prestation de nos trois défenseurs centraux. En tête d’affiche, Marc Planus, qui a su tacler et défendre au bon moment sur des offensives de Gomis. Puis en individuel sur Lisandro sur coup de pied arrêté. Avec en prime ce soir une bonne relance. Carlos Henrique, lui, aime l’OL, et ça se voit. Bien en place, ne se laissant pas déborder ni bousculer, il a aussi œuvré dans le domaine aérien, tout en se faisant plaisir en récoltant un carton jaune. Pas de doute, avec les lyonnais, il y a une grande histoire d’amour. Enfin, Florian Marange a eu tendance à dé-zoner la moitié de la première période, Tremoulinas étant souvent trop haut. Puis, replacé, il a fait du bon boulot, avec un placement souvent juste et un jeu sans fioritures.

 

 

 

 

Lamine Sané était le seul milieu défensif. Un peu esseulé par moment, ne sachant pas où donner de la tête, on le vit combler les brèches lorsque les latéraux étaient un peu haut. Un gros abattage qui nous a bien rendu service, lui aussi grâce à son placement. Ludovic Obraniak n’a pas fait un grand match. On ne l’a d’ailleurs que très peu vu dans les phases offensives ; sauf deux fois. Passeur décisif sur le premier but de Tremoulinas, il est aussi à l’origine du second grâce à une belle talonnade qui lance Tremoulinas dans la profondeur. Décisif au moment voulu. Jaroslav Plasil a beaucoup donné au niveau du pressing et de la défense au milieu de terrain. Beaucoup d’énergie pour un coup de génie sur le second but lorsqu’il laisse passer pour Diabaté à la conclusion. Un peu l’homme à tout faire de la soirée.

 

Yoan Gouffran n’a pas été flamboyant, car très peu trouvé dans ce système de jeu. Il s’est alors contenté de jouer simple, frappant de temps à autre, décrochant la plupart du temps. Cheick Diabaté, c’est moche, mais il est encore là. On a bien failli le pourrir tant sa première mi-temps fut inexistante. On se demandait même s’il ne valait mieux pas un milieu de terrain supplémentaire tant son apport fut proche du néant. Et à ce moment du match, on avait surement raison. Puis, en seconde, il apporte un peu plus et monte en puissance, même si sa première grosse occasion de la tête aurait dû être au fond plutôt que sur Vercoutre. Puis, il délivre les supporters bordelais à huit minutes de la fin du temps réglementaire avec ce but de… l’épaule !

 

Henri Saivet aura comblé les brèches au milieu de terrain en fin de match. Vieira Jussiê laissera Plasil se reposer et récupérer du coup de coude de Lovren en fin de match.

 

 

 

 

La feuille de match

Dimanche 30 septembre 2012 à 21 heures

7ème journée de Ligue 1 2012-2013

Stade Gerland

Arbitre : M. Laurent Duhamel

30 881 spectateurs

Lyon 0 – 2 Bordeaux

Buts : Tremoulinas (65ème), Diabaté (82ème).

Cartons jaunes : Dabo (14ème) – Henrique (56ème), Diabaté (80ème)

Lyon : Vercoutre – Lovren, Reveillère, Dabo, Bisevac – Dabo (Monzon, 84ème), Grenier (Benzia, 71ème), Malbranque, Gonalons, Lacazette – Lopez ©, Gomis (Briand, 76ème).

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Planus, Henrique, Marange, Tremoulinas – Sané, Obraniak, Plasil © (Jussiê, 90ème) – Gouffran (Saivet, 78ème), Diabaté.

 

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 8

Mariano : 7

Tremoulinas : 8

Marange : 6

Henrique : 8

Planus : 8

Sané : 6

Obraniak : 6

Plasil : 6

Gouffran : 5

Diabaté : 6

 

 

 

 

 

Les stats du match

Lyon – Bordeaux

Possession : 63% – 37%

Tirs : 19 – 5

Tirs cadrés ; 6 – 4

Passes réussies : 84% – 67%

Hors-jeu : 3 – 1

Corners : 10 – 2

Centres : 26 – 11

Fautes : 15 – 17

Cartons jaunes : 1 – 2

 

 

 

 

 

Les stats bordelaises

Tremoulinas est le joueur de champ ayant joué le plus de ballons (44). Carrasso en a une de plus (45). Planus est celui qui a gagné le plus de ballons (12), tandis que Diabaté est celui qui en a le plus perdu (15), juste « devant » Tremoulinas (14). Le meilleur pourcentage de passes réussies est attribué à Plasil (81%), devançant Planus (78%). Diabaté est le joueur ayant le plus tiré au but, tout en cadrant aussi (2/2). Le seul hors-jeu du match côté bordelais est aussi pour lui, tout comme le nombre de fautes subies (4), et le nombre de fautes commises (5).

 

 

 

 

 

Crédit Photos : olweb, girondins.com, eurosport, l’Equipe, foot01