#InterviewG4E. Paulo Grilo : « Benoît est l’un des 3 « top gardiens » en France

Après avoir entraîné les portiers de Benfica, du CSKA Sofia et de Philadelphie, notamment, Paulo Grilo a posé ses valises aux Girondins de Bordeaux. En effet, l’entraîneur des gardiens du club est dans le staff de Gustavo Poyet, depuis quelques mois maintenant. Girondins4Ever est allé à sa rencontre. Confessions.

 

Paul Grilo avec Benoit Costil

 

Bonjour Paulo, vous êtes l’entraîneur des gardiens de but des Girondins de Bordeaux depuis quelques mois. Comment êtes-vous arrivé au club ?

Je suis venu aux Girondins de Bordeaux sur invitation de Gustavo Poyet. Je suis très heureux et fier d’appartenir à ce staff.

 

Vous avez connu le métier d’entraîneur des gardiens au Portugal tout d’abord, puis en Bulgarie, aux États-Unis, et enfin en France. Quatre championnats très différents. Vous adaptez-vous aux gardiens que vous entraînez, ou est-ce à eux d’adhérer à vos méthodes d’entraînements ?

Je pense que mon expérience en tant qu’entraîneur des gardiens dans plusieurs pays m’a donné un aperçu de la formation. J’ai beaucoup appris au cours de ces onze années d’entraîneur à ce poste. J’ai obtenu ma méthodologie et mes idées durant ma formation et j’essaie toujours de faire en sorte que mes joueurs adhèrent à mes méthodes, afin que nous puissions être beaucoup plus forts.

 

On vous voit toujours souriant pendant les entraînements. Quel genre d’entraîneur êtes-vous ?

Je suis toujours avec le sourire, parce que je suis un entraîneur heureux, avec une immense passion pour la formation, pour ma profession. Rien ne me rend si heureux que d’être avec mes joueurs chaque jour, nous avons un lien très fort.

 

Quelles sont vos références à ce poste ?

Les portiers qui étaient une référence pour moi, que j’aimais voir jouer, sont Oliver Kahn Peter Schmeichel et Vitor Baía

 

Si vous deviez choisir trois gardiens à entraîner, qui choisiriez-vous ?

Mon choix serait d’avoir Marc-André ter Stegen du Barca, Thibaut Courtois de Chelsea et Jan Oblak, gardien de l’Atletico Madrid.

 

 

En quoi ce poste de gardien de but est-il si particulier ?

Travailler avec le gardien est très spécial et très spécifique. Il occupe une position sur le terrain différente des autres, avec des mouvements techniques et très spécifiques. Avec beaucoup de décisions, dans la difficulté. Être gardien c’est avoir la capacité de souffrance, et une grande concentration. Ce poste est très difficile et nous devons toujours repousser les limites, se préparer pour les moments les plus importants du match. Nous devons avoir confiance en notre gardien.

 

Que pensez-vous de Benoît Costil ?

Benoît Costil a toujours été une personne très importante depuis que je suis arrivé. Il a été très important dans mon adaptation aux Girondins de Bordeaux. C’est un grand gardien, un ami, nous avons une relation comme si nous nous connaissions depuis de nombreuses années. Nous passons de nombreuses heures ensemble, et, quand l’entraînement se termine, nous continuons à parler. Pendant la journée, nous nous échangeons plusieurs messages. Nous nous sommes envoyés des vidéos, l’un à l’autre, sur notre travail, et ce que nous voulons pour notre avenir.

 

Que manque-t-il à Benoît pour retrouver l’Équipe de France, selon vous ?

Benoît Costil a tout pour être l’un des gardiens de la sélection française. Benoît est l’un des 3 « top gardiens » en France, et est d’une qualité incroyable. Il a une grande envie professionnelle, tous les jours, pour travailler un peu plus, et le montre chaque jour. Il se dépense avec une intensité maximale, il a beaucoup à gagner et à réussir dans la vie.

 

Paul Bernardoni, gardien prometteur des Girondins de Bordeaux, a prolongé puis a été prêté à Nîmes pour la saison à venir. Aurait-il dû rester ? Quel est votre avis sur ce joueur ?

Paul Bernardoni est un jeune portier, de grande qualité, et avec un avenir très prometteur. Je pense que son choix de demander à être prêté, a été déjà décidé il y a longtemps, et espère juste qu’il pourra faire une grande saison.

 

Bordeaux a un centre de formation qui produit beaucoup de gardiens de qualité. En ce moment, 3 gardiens sur 4 sont formés au club. Quel est votre avis sur le niveau général des gardiens du club ? Vous qui avez travaillé avec les gardiens de Benfica par exemple.

Les Girondins de Bordeaux ont actuellement quelques gardiens, jeunes, qui seront très importants pour l’avenir du club. Nous nous entraînons dur tous les jours, afin qu’ils puissent atteindre le niveau que nous voulons, et qu’ils soient prêts à être de bons gardiens de but à l’avenir. Je pense qu’en France, il y a beaucoup de bons joueurs à ce poste, et certains jeunes iront dans les plus grands clubs en Europe.

 

 

Vous avez un contrat qui prend fin en juin 2019. Souhaitez-vous poursuivre l’aventure aux Girondins au terme de ce-dernier ?

Oui, je suis très heureux. Je suis heureux de former tous les jours trois gardiens de but vraiment merveilleux

 

Aimeriez-vous endosser le rôle d’entraîneur principal à l’avenir ?

Non, je ne serai jamais entraîneur principal. Ma passion, ma joie, est dans la formation des gardiens. J’ai été gardien 20 ans, et je suis entraîneur des gardiens depuis 11 ans. Les joueurs ont toujours ce sourire, dans chaque séance d’entraînement, parce qu’il faut que les joueurs se sentent épanouis et heureux.

 

Bordeaux peut-il finir le championnat mieux placé que l’an dernier ?

Je pense que nous avons beaucoup de travail à faire, notre équipe a perdu plusieurs joueurs pour cette nouvelle saison. Nous devons recruter encore quelques joueurs et recommencer tout le travail que nous avons fait. Nous devons faire les choses étape par étape. Avec Gustavo et tout le staff, nous apporterons une grande joie au club.

 

 

Merci à Paulo pour sa disponibilité et sa bonne humeur !