#Interview. Yannick Fischer: « Je pense que ça va repartir… »

Chaque semaine, l’équipe de Girondins4ever part à la rencontre d’un joueur, entraîneur ou encore commentateur pour évoquer le match à venir. A l’occasion de l’opposition entre Bordeaux et Strasbourg, ce vendredi soir, Girondins4ever est allé à la rencontre de Yannick Fischer, ancien joueur des deux clubs.

Fischer

AFP PHOTO / THOMAS BREGARDIS / AFP PHOTO / THOMAS BREGARDIS

 

Strasbourg se déplace à Bordeaux ce vendredi soir. Ils viennent de battre le PSG à la surprise générale et certains journalistes prétendent que Strasbourg a gagné car Paris avait la tête au Bayern, qu’en penses-tu ?

J’en pense que ça peut être une explication, effectivement. Ce sont des choses qui peuvent arriver à n’importe quel joueur, n’importe quelle équipe. On est toujours à penser à ces matchs à l’approche de grands évènements. Si c’était le cas, et ça reste à démontrer, ce serait encore plus grave qu’une équipe de ce niveau, et des revendications qu’ils ont, puisse louper un match pour ce genre d’excuse. Donc c’est difficile de dire qu’ils ont perdu pour ça ou pas, je n’ai pas d’idée à proprement parlé. Mais j’espère que ce n’est pas pour ça.

Strasbourg a sorti une belle partie quand même…

Oui oui mais, de toute façon, Paris n’apprend rien en sachant que, toutes les équipes qu’ils vont jouer, que ce soit en Coupe de France, avec une CFA ou alors le Bayern, les équipes joueront à 200%! Il n’y a pas de surprise. Pour moi, ça ne peut pas être une excuse. Après, pour Strasbourg et toutes les équipes que je disais, ça reste le match de l’année. Et quand il y a une réussite comme ça, c’est encore plus beau!

Cette équipe alsacienne s’appuie sur un recrutement de joueurs expérimentés comme Kader Mangane, Bakary Koné ou encore Jonas Martin. Tu penses qu’ils peuvent prétendre à une place dans les 10 premiers au classement final ?

C’est difficile à affirmer, je ne suis pas très fort en pronostic. Maintenant, ce que je pense et dont je suis convaincu pour l’avoir vécu: s’il y a une dynamique qui se crée, avec, en plus, de gros résultats comme contre le Paris Saint-Germain, ça peut entraîner une envie qui peut les emmener très très loin. Dans les 10 premiers, il y a la place, c’est ouvert, pourquoi pas. Maintenant, une saison c’est long. Même pour eux, ce sera compliqué jusqu’au bout, donc à voir!

Avec l’inconstance des résultats d’équipes comme Saint-Etienne, Caen, tout est possible…

Exactement, l’appétit vient en mangeant! Même si on n’est pas à la moitié de saison, c’est encore très très long. Mais quand on fait un résultat comme samedi dernier… Ça doit les conforter dans leur position et leur envie… Si ils arrivent à garder une certaine constance, c’est clair qu’on les retrouvera dans les 10.

C’est quoi les points forts de cette équipe de Strasbourg ?

Je ne les ai pas vu spécialement jouer, je les découvre un peu. Le recrutement intelligent qu’ils ont effectué, additionné à la dynamique de montée, me frappent plus qu’un collectif, ou ce genre de choses. C’est ces éléments-là qui font que, dans la continuité, on peut faire de très très belles choses.

Yannick Fischer

Bordeaux, qui affichait de belles ambitions en début de saison, est à la peine en championnat. Ils n’ont pas réussi à enchaîner à Dijon après une belle victoire contre Saint-Etienne. Que penses-tu de cette méforme bordelaise ?

C’est dommage car ils avaient fait un début de saison prometteur. Maintenant, même pour les Girondins, la saison est longue. C’est vrai que c’est dommage de pas avoir confirmé la très très belle victoire contre Saint-Etienne. Et en plus, à Dijon, à l’extérieur, mener deux fois et finalement perdre 3-2, ce sont des choses dures à digérer également. Je le dis et je le répète car c’est vrai pour tout le monde mais, la saison est encore longue. Il faut qu’ils trouvent ce petit déclic ce vendredi, et se rassurer, à domicile. Quand on sait qu’à domicile on est bien en place, on sait qu’on va prendre des points.

Dans quel secteur de jeu Bordeaux doit-il recruter à la trêve ?

Je ne sais pas si j’ai les compétences dans ce domaine-là… C’est compliqué… Je pense que c’est le secteur défensif qui devrait être un peu plus vu. On marque trois buts la semaine dernière, deux autres à Dijon, donc il y a quand même du talent! C’est difficile d’avoir une idée sur ce qui ne fonctionne vraiment pas. Après, De Préville et tout ça, c’est en devenir et ça mérite d’avoir plus de temps. C’est une question pour un commentateur. Il faut être à l’intérieur du groupe pour savoir tout ça… C’est pas forcément par du recrutement. Peut-être qu’il faut replacer des joueurs ou changer de dispositif. Toulalan, porterait sûrement plus au milieu de terrain, en rampe de lancement.

Un joueur comme Otavio, malgré que ce soit sa première saison, fait son boulot au milieu de terrain…

C’est vrai, c’est la première fois que je le voyais jouer contre Dijon, et je le trouve vraiment très très intéressant. Après, on a tous notre point de vue et notre ressenti. On n’a pas le recul que peut avoir un coach avec son groupe, tous les jours. Il y a certainement des explications à donner mais je pense que ça va repartir. Il faut déjà bien finir la phase aller.

Pour l’instant, tu es à Saint-Médard-en-Jalles, mais te vois-tu intégrer le staff d’un club professionnel à l’avenir ?

Moi ? Non! Pas du tout. Tout bêtement, parce que ça n’a jamais été une ambition, ou une volonté. Je n’ai pas passé de diplôme, je n’ai aucune prédisposition, par rapport à ça. Il n’y a rien dans les tuyaux. Ce n’est pas du tout mon intention, ni ma volonté. Si tu entends parler d’un truc, c’est faux! (rires)

Non, je n’ai rien entendu! Mais tu as une belle carrière en Ligue 1 derrière toi, tu as connu des clubs comme Bordeaux, Marseille…

Pour aller plus loin, être entraîneur ou être dans un staff, c’est repartir dans un cursus, d’aller à droite, à gauche. Le foot, ça reste ma passion mais, je pense que ma femme n’apprécierait pas forcément, bien qu’on décide à deux,et ça aussi, ça fait que je ne me suis jamais orienté dans cette direction.

La question piège: as-tu un pronostic pour ce match de vendredi ?

Ça ne va pas être simple. Bordeaux reçoit une équipe qui a le vent en poupe mais je vois bien un petit 2-1 ou un truc dans ces eaux-là! 2-1, ce serait déjà bien pour se remettre dans le bon sens de la marche. Donc, 2-1.

 

Merci à Yannick Fischer pour sa disponibilité, allez Bordeaux!

plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] ont connu Bordeaux et Strasbourg au cours de leur carrière. Yannick Fischer, bien entendu, qui a d’ailleurs accordé une interview à notre site, mais aussi Renaud Cohade, milieu de terrain de Metz aujourd’hui. Jean-Marc Furlan, par exemple, […]