[Interview] Emelyne Laurent : « Les bordelais m’ont marqué, je n’avais jamais vu des gens aussi sympas »


Formée à l’AS Samaritaine, puis passée par Montpellier durant trois ans, la jeune attaquante Emelyne Laurent pose ses bagages en Gironde en janvier 2017. Forte d’une expérience au plus haut niveau français, elle ajoute à cela de bonnes sélections en Equipe de France (26 à l’heure actuelle). Durant ses six mois en Gironde, elle excelle dans le rôle de finisseuse (5 buts en 9 matches) et fait un bien fou à l’équipe girondine. Elle est d’ailleurs l’une des pièces majeures du maintien acquis en fin de saison. Lors de ce mercato estival, elle décide alors de se lancer un nouveau challenge en rejoignant l’Olympique Lyonnais. Pour parler de tout cela, nous avons décidé de s’entretenir directement avec elle. Interview.

 

 

Bonjour Emelyne, peux-tu brièvement te présenter aux supporters qui ne te connaissent pas ?

Je m’appelle Emelyne Laurent. Je suis née à Fort-de France en Martinique, le 4 Novembre 1998. J’ai commencé le foot en Martinique à l’âge de 11 ans en club. Avant cela, j’étais toujours avec un ballon à l’école et chez moi.

 

Étais-tu fan de foot étant plus jeune ?

Oui, une fan extrême. Tous les week-ends, je regardais le foot avec mon père et ma sœur. J’ai eu un gros coup de cœur pour Arsenal, Barcelone, et le Milan AC à l’époque. En France, c’était pour le PSG ! Et maintenant j’aime bien Dortmund, car j’admire Pierre-Emerick Aubameyang comme joueur.

 

OL.web

 

Tu es transférée à Lyon et tu rejoins Reynald Pedros dès la fin de cette saison. Pourquoi avoir choisi ce club ?

C’est un très grand challenge que je me suis fixé. J’ai envie d’aller encore plus haut et de faire exploser ma carrière.

 

Des attaquantes comme Eugénie Le Sommer ou encore Elodie Thomis sont bien installées à ce poste. La concurrence te fait-elle peur ? 

C’est sûr que le temps de jeu ne m’est pas garanti, et tout dépendra de mes performances. Je n’ai pas signé sans savoir, donc la concurrence est importante. Mais j’ai quand même accepté le challenge.

 

Au niveau administratif, tu signes un contrat professionnel ?

Oui tout à fait, c’est un contrat fédéral avec l’Olympique Lyonnais, pour une durée de trois ans.

 

 

Passons maintenant à ton chapitre bordelais, qui fut court mais intense. En terme général, comment juges-tu la saison bordelaise ?

C’était une saison riche en apprentissage, avec une très bonne relation avec les joueuses !

 

Quels souvenirs gardes-tu de ce court passage avec Bordeaux ?

Il y en énormément, mais le dernier match à Paris, avec le maintien à la clé, restera gravé dans ma mémoire. Il y a aussi le match à Marseille et face à Lyon que je retiendrais en premier.

 

 

Tu joues en attaque, et en pointe plus précisément. Pourquoi avoir choisi ce poste ? Quels sont tes atouts et points forts, qui t’aident à briller dans cette zone de jeu ?

Ce qui me plaît c’est la percussion, le jeu en une voire deux touches, et marquer des buts. Je suis assez rapide, du coup je vais très vite vers l’avant.

 

A l’inverse, quels sont tes points faibles que tu voudrais travailler à l’avenir ? 

Le mental, tout se joue dans ma tête (rires). Ensuite, dans le jeu, j’aimerais être encore plus décisive et engranger encore plus de buts. Je manque de régularité, et c’est l’un des points que j’aimerais améliorer.

 

 

Tu es maintenant sélectionnée en Equipe de France jeunes depuis les U16, et même en ce moment avec les U19 (victoire et buteuse la veille de l’interview, le 11 août). Quelles sont tes impressions quand tu portes ce maillot sur les épaules ?

L’équipe de France est l’une de mes plus grandes fiertés. Quand j’y vais, je travaille comme en club. C’est très enrichissant et très compétitif.

 

Toi qui joues maintenant en Première Division féminine depuis près de quatre ans, quel est ton avis sur cet exercice ?

C’est un championnat en constante évolution. Le fair-play y est présent, il faudrait encore qu’il y est plus de compétition pour permettre au niveau d’augmenter plus vite et plus haut.

 

 

En dehors du football et des entraînements, comment occupes-tu ton temps libre ? 

J’aime la littérature, l’art et la musique. Les connaissances sont très importantes, donc je m’instruis autant que je peux.

 

Est-ce que tu aurais un dernier message aux supporters bordelais avant ton départ ?

Les bordelais sont de très bons supporters. Ils continuent de te soutenir, même lorsque tu es parti du club. Cela m’a marqué, je n’avais jamais vu des gens aussi sympas.

 

Et enfin, pour conclure, donnes-nous le mot de la fin.

Le football est un sport à vivre avec passion et détermination.

 

Un grand merci à Emelyne pour cette entrevue très agréable, remplie d’humilité. C’est avec une grande sincérité que l’équipe Girondins4Ever souhaite de la réussite à cette talentueuse attaquante. Bonne continuation !