Interview. Carrique : « C’est un régal de s’entraîner à leurs côtés »


Nous avons assisté à trois rencontres des U19 cette saison, et nous avions déjà remarqué Thomas Carrique. Ce jeune latéral droit de 18 ans, au club depuis deux saisons, nous avait épaté par son jeu simple, sans fioriture, avec aussi une belle activité dans son couloir, et sans oublier une sérénité sans faille. Nous n’avons pas été les seuls à nous rendre compte du potentiel de ce jeune joueur puisque toute la semaine dernière, Thomas s’entraîna avec les professionnels des Girondins de Bordeaux, remplaçant numériquement Milan Gajic retenu avec la Serbie. Une semaine que le latéral droit bordelais n’oubliera pas de sitôt puisque pour ponctuer ses nombreuses séances avec les pros, Thomas participa à son premier match avec la réserve bordelaise face à La Roche sur Yon (0-0). De ses débuts de footballeur aux compliments de Marius Trésor, partons à la découverte de cet espoir bordelais qui a tapé dans l’œil de Jocelyn Gourvennec. Interview. 

 

 

Bonjour Thomas. Pour les supporters qui ne te connaissent pas encore, peux-tu nous raconter ton parcours jusqu’à ton arrivée aux Girondins ?

Bonjour à tous. Alors oui, je suis arrivé au club il y a maintenant presque deux ans. Auparavant je jouais dans le club de Lourdes dans lequel j’ai débuté à l’âge de 5 ans, jusqu’à ma dernière saison en U17 Nationaux où on a notamment rencontré les Girondins qu’on avait dans la poule.

 

Tu as signé un contrat d’un an avec notre club à l’été 2015 après une très grosse saison de ta part, malgré une descente. Peux-tu nous raconter comment se sont passés les contacts avec les Girondins ?

C’était un plaisir pour moi quand j’ai appris cela de la part des Girondins, bien que l’on soit descendu avec Lourdes. J’étais suivi depuis petit par le club et j’ai donc continué à travailler dur. Le recruteur des Girondins m’a donc dit en fin de saison des U17 Nat que le club voulait me tester sur quelques jours. Cela a été par la suite convaincant, je n’ai donc pas hésité une seconde.

 

Avais-tu à des contacts avec d’autres clubs ?

À ce moment-là je n’avais pas de proposition d’un club en particulier, j’étais donc très heureux de cette sollicitation. Mais j’ai choisi Bordeaux car c’est un club que depuis petit je regarde et suis. C’est aussi un club réputé avec de grandes personnes ainsi que des valeurs.

 

Quel regard portes-tu sur la saison des U19 jusqu’à aujourd’hui ? 

La saison U19 est différente par rapport à celle des U17 puisqu’il y a plus de clubs pros et le rythme est plus élevé. Tous les matchs sont importants et il va falloir s’accrocher jusqu’au bout si l’on veut aller le plus loin possible. S’il y avait un regret, c’est sûr que cette défaite face à Niort en serait un. La Gambardella est une coupe intéressante à jouer mais maintenant il faut se focaliser à 200% sur le championnat.

 

 

Depuis samedi, tu as passé un nouveau cap puisque tu as fêté ta première titularisation avec l’équipe réserve. Comment as-tu vécu ce match ? 

C’est vrai qu’une première avec la CFA2 fait toujours plaisir, j’ai donc abordé ce match sans pression particulière avec l’envie de bien faire et d’aider l’équipe à le gagner. Le coach m’a dit de faire ce que je savais faire, sans avoir la pression pour cette première. Au final, je suis assez satisfait même si l’on peut toujours faire mieux et on travaille chaque jour à l’entraînement pour ça… Mais c’est dommage que l’on n’ait pas gagné ce match face à une équipe de la Roche qui a bien défendu.

 

Aujourd’hui, tu es coaché, que ça soit en U19 ou en CFA2 par de grands noms comme Jean-Luc Dogon, Patrick Battiston, Marius Trésor… Qu’est-ce que ça t’inspire ?

Ce sont des exemples, ce n’est pas n’importe qui. Ils ont de grandes carrières et être coaché par de telles personnes, c’est un plaisir. Cela permet de progresser en écoutant les conseils qui sont donnés et en travaillant chaque jour.

 

Marius Trésor s’est montré justement très élogieux à ton sujet ces derniers jours : « C’est un garçon qui a tapé dans l’œil de Jocelyn Gourvennec par sa façon de voir le jeu. Il n’est pas très grand, en moins costaud on dirait un peu Liza. C’est un garçon qui comprend très vite ce qu’on lui demande… » (lire ICI les propos complets). On imagine que ça doit faire plaisir de recevoir ces compliments ?

Cela ne peut que faire plaisir de recevoir ces compliments-là, j’étais très heureux lorsque j’ai vu cet article avec les propos de Marius Trésor. Je le remercie chaleureusement et je vais continuer à travailler dur pour progresser un maximum.

 

D’après Marius, tu as donc tapé dans l’œil de Jocelyn Gourvennec. Comment as-tu appris la première fois que tu allais t’entraîner avec les pros ?

Au début, je n’y croyais pas trop et il a fallu me le dire deux fois, je crois, pour que je m’en rende compte… J’étais très content lorsque je l’ai su et j’ai donc été à l’entraînement avec l’envie de faire au mieux et de prendre un maximum de plaisir.

 

 

Comment s’est passée l’intégration avec le groupe professionnel lors des séances ? 

Elle s’est très bien passée. Les joueurs tout comme le staff m’ont mis à l’aise dès le début, ils m’ont bien accueilli donc ça a été. Il y a une bien sûr une différence en ce qui concerne les entraînements. Il y a beaucoup d’exigences au haut niveau, avec une intensité plus élevée et une concentration qui doit être maximale. Les coaches tout comme les joueurs donnent beaucoup de conseils aux plus jeunes, il faut donc écouter et apprendre pour progresser un maximum. C’est un régal de s’entraîner à leurs côtés.

 

Gourvennec et Trésor ont l’air de dire que tu es calme, bien dans ta tête… Est-ce que cela fait partie de tes qualités, et quels sont tes points faibles aussi ?

Il est vrai que je suis plutôt calme et posé dans la vie. Je dirais que sur le terrain mes points forts sont mon mental, avec l’objectif de ne jamais rien lâcher quoi qu’il arrive. Mais aussi ma capacité à répéter les efforts, ainsi que la vitesse. En ce qui concerne mes points faibles, je pense mon pied gauche que je travaille à l’entraînement, ainsi que mon jeu aérien que je dois améliorer.

 

Est-ce que tu as un modèle à ton poste ? 

J’ai plutôt deux exemples à mon poste qui sont Dani Alves et Philipp Lahm qui sont deux joueurs très bons sur leur couloir, avec un apport offensif et défensif très intéressant. Même si Philipp Lahm reste meilleur au niveau défensif.

 

 

Quelles sont tes ambitions pour cette fin de saison ? Et à plus long terme, où est-ce que tu te vois la saison prochaine ?

Mon ambition est, avec le groupe, d’aller le plus loin possible dans le championnat. Et personnellement de progresser et de travailler encore plus pour atteindre les objectifs que je me suis fixés. Quant à la saison prochaine, j’espère re-signer aux Girondins de Bordeaux avec l’ambition d’aller le plus loin possible dans ce club.

 

Une petite question hors foot, est-ce que tu as d’autres passions ?

Oui. Jusqu’à l’âge 12-13 ans je pratiquais de la pelote basque en championnat de France, que j’ai décidé d’arrêter pour me concentrer à fond dans le foot. Sinon, je n’ai pas de passion ‘particulière’ à part le foot.

 

Pour finir, qu’est-ce que l’on peut te souhaiter ? Et as-tu un petit mot pour les supporters des Girondins ? 

Ce que l’on peut me souhaiter c’est la santé ainsi que beaucoup de réussite. Pour les supporters, bravo pour tout ce qu’ils font et j’espère qu’ils me verront un jour sur la pelouse du Matmut Atlantique.

 

Un grand merci à Thomas pour le temps accordé. Nous lui souhaitons une excellente fin de saison, dans la continuité de ses derniers mois. A bientôt !