Dominer n’est pas gagner

VA-Bordeaux-Le-Tallec_full_diapos_large

Le résumé

 

Francis Gillot avait décidé d’utiliser le fameux schéma à quatre défenseurs, alignant ainsi ses trois seuls défenseurs centraux disponibles de son effectif, en l’absence de Sané, suspendu. Mais aussi, de ce fait, assurant une certaine assise défensive, tout en ayant des latéraux offensifs. En ce début de match d’ailleurs, Bordeaux joue de l’avant, rapidement, et profite de ses automatismes. Valenciennes fait de même et ne se laisse pas intimider malgré quelques approximations défensives.

 

7ème minute, beau mouvement collectif que Gouffran a du mal à finir, bout du pied. Mariano deux minutes plus tard également, et quelques contre attaques bordelaises de qualité ensuite ne feront toujours pas la différence. Bis répétita une minute plus tard par Gouffran, dos au but, à quelques mètres de Penneteau, qui intervient… Les offensives bordelaises s’accumulent. Puis à la 15ème, des suites d’un nouveau beau mouvement collectif, Tremoulinas rentre dans la surface et centre devant le but… Gouffran est encore malheureusement un peu court. Bordeaux domine clairement dans ce premier quart d’heure.

 

20ème minute, suite à un cafouillage dans notre surface, Carrasso dégage, puis Marange. Plus de peur que de mal. Valenciennes ne recule pas pour autant, en témoigne la tête de Le Tallec, largement à côté quatre minutes plus tard, mais qui voit plusieurs joueurs adverses concernés par l’attaque nordiste. Dans la minute qui suit, Tremoulinas lance Maurice-Belay dans la profondeur. Ce dernier pivote et centre, pour voir Penneteau se détendre et dégager le ballon. 32ème, Sertic à l’arrachée récupère un coup franc entrée de surface. Obraniak frappe du côté du gardien qui se détend de tout son long pour mettre en corner, qui ne donnera rien. Deux minutes plus tard, Mater manque de peu de nous faire une Jallet version Equipe de France. Un faux centre qui se finit en tir, mais terminant sur la transversale. Carrasso était tout de même dessus. 38ème, VA obtient un coup franc aux 25 mètres grâce à une faute imaginaire d’Henrique sur Le Tallec. Dossevi le frappe : le ballon est détourné mais Carrasso, pourtant pris à contre pied, dégage des deux poings.

 

41ème, belle relance de Planus sur NMB, qui se retourne. Il joue de sa percussion et n’est pas attaqué par les trois défenseurs en face de lui. Il attend le dernier moment pour transmettre au bon moment à Obraniak qui reprend instantanément : à côté ! Ce sera la dernière réelle action de la première mi-temps.

 

 

 

 

Bordeaux domine clairement au niveau des occasions. Mais c’est surtout cette sensation qu’il ne peut rien nous arriver qui prédomine. La sérénité est au rendez-vous : Bordeaux ne panique pas, construit sereinement, et se projette rapidement vers l’avant. Souvent à partir du couloir gauche, mais le couloir droit est loin d’avoir démérité ce soir.

 

 

46ème, Penneteau sort de sa surface pour dégager le ballon de la tête… et bien qu’excentré, Obraniak tente de marquer des 40 mètres : le ballon est cadré, légèrement dévié dans sa course par Gouffran, mais le portier nordiste est revenu et capte le ballon. VA revient mieux en ce début de seconde et est encore plus entreprenant. Cela dit, Bordeaux résiste et contient. Il faudra ensuite attendre la 64ème minute pour voir Bordeaux revenir. Centre d’Obraniak pour la tête croisée de Saivet : juste à côté de la lucarne de Penneteau.

 

Pas pour autant désagréable, le match ne semble pas avoir choisi de vainqueur. 79ème, après un bon mouvement d’Obraniak qui lance Mariano, le centre en retrait pour Diabaté trouve preneur mais l’attaquant bordelais tarde à frapper en pivot et est contré. 85ème minute et superbe centre de Saivet dans la profondeur entre deux défenseurs… Diabaté est à la réception… L’attaquant manque clairement de lucidité et d’intelligence et choisit de contrôler au lieu de mettre sa tête. Résultat, le ballon est dégagé : honteux ! D’autant qu’à la 90ème, nouveau centre-tir valenciennois qui manque de peu de tromper Carrasso, qui met en corner d’une seule main. Ce sera la dernière « occasion » du match.

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso eut une intervention sur un coup franc détourné à effectuer. Puis deux centres-tirs à détourner. Le premier finira officiellement sur la transversale. Le second sera repoussé d’une main en corner.

 

Carlos Henrique a été impérial dans les airs. La véritable tour de contrôle, jamais pris à défaut, d’une solidité rare et précieuse. Une grosse performance qui laissa Francis Gillot le placer arrière droit en toute fin de match. Marc Planus a été le stabilisateur, le défenseur de la dernière chance, s’appliquant dans son placement. Florian Marange renait cette saison. Replacé en défense centrale, il couvre parfaitement sa zone et apprend à se placer devant le défenseur afin de contrecarrer les attaques. Attentif, sur de lui, il en épate déjà plus d’un cette saison. Benoit Tremoulinas continue d’aligner les grosses performances. Très sollicité ce soir, le jeu penchant fortement à gauche, il n’a pas ménagé ses efforts et combine parfaitement avec les attaquants comme les milieux de terrains. Une belle débauche d’énergie qui amène le danger et une présence qui rassure derrière. De l’autre côté, Mariano a beaucoup donné offensivement. Une belle activité lui aussi dans son couloir avec notamment de très bons appels. Tout en étant attentif et serein derrière. Du tout bon.

Grégory Sertic était surtout présent ce soir au niveau défensif, à la récupération. Avec un gros abattage, il effectue derrière une relance propre, tout en prenant son temps, faisant souvent les bons choix. La confirmation, de matches en matches. Jaroslav Plasil, placé un peu plus haut, a lui aussi participé aux tâches défensives, au pressing puis à la relance. Moins devant qu’à l’accoutumée, il a tenté de récupérer les ballons pour les distribuer latéralement et construire le jeu. Ludovic Obraniak eut beaucoup de libertés ce soir. Tantôt à droite, tantôt à gauche, il a surtout brillé dans l’entrejeu, en redescendant pour ensuite apporter sa qualité au niveau des transmissions de balle. Un beau coup franc aurait pu le transformer une nouvelle fois en sauveur.

Devant, Yoan Gouffran a beaucoup été servi, mais il a clairement manqué son dernier geste. Parfois à rien, parfois par manque d’envie peut-être. Une partie au final, terne. Tout l’inverse de Nicolas Maurice-Belay qui semble revenir à son meilleur niveau. Imprenable, il a souvent été cherché dans la profondeur. Et lorsque ce ne fut pas le cas, il prend des initiatives et va provoquer, même si en face ils ont parfois été jusqu’à quatre. Impressionnant de technique, de puissance, et de vitesse.

 

 

Henri Saivet a vraiment réalisé une excellente entrée. A se demander pourquoi il ne fut pas titulaire, surtout au vu de son dernier match avec les Espoirs. Il failli être passeur décisif pour Cheick Diabaté. Si ce dernier n’avait pas de problèmes psychomoteurs… Car entre contrôler entre deux défenseurs, ou mettre la tête, il y a parfois des choix qui doivent se faire instinctivement. Chez lui, c’est naturellement, et c’est de qui fait qu’il gâche peut-être notre meilleure occasion en fin de match. Enfin, Vieira Jussiê, placé devant, n’a eu que très peu de ballons pour qu’on en ressorte quelque chose.

 

 

 

 

 

La feuille de match

5ème journée de Ligue 1

Samedi 15 Septembre 2012 à 20 heures.

Stade du Hainaut (Valenciennes)

15073 spectateurs

Arbitre : Lionel Jaffredo

Buts : Néant

Cartons jaunes : Mariano (58ème), Sertic (85ème).

Valenciennes : Penneteau – Dcourtioux, Isimat-Mirin, Nery, Gil – Mater ©, Danic (Saez, 86ème), Aboubakar (Kadir, 70ème), Dossevi – Le Tallec.

Bordeaux : Carrasso – Henrique, Marange, Mariano (Jussiê, 86ème), Planus, Tremoulinas – Obraniak, Plasil © (Saivet, 62ème), Sertic – Gouffran (Diabaté, 74ème), Maurice-Belay.

 

 

 

 

 

 

Les notes Girndins4ever

Carrasso : 7

Henrique : 8

Marange : 7

Mariano : 7

Planus : 7

Tremoulinas : 8

Obraniak : 7

Plasil : 6

Sertic : 7

Gouffran : 5

Maurice-Belay : 8

 

 

 

 

 

 

Les stats de la rencontre

Valenciennes – Bordeaux

Possession : 50-50

Tirs : 13-11

Tirs cadrés : 3-2

Passes réussies : 74%-78%

Hors-jeu : 5-1

Corners : 8-4

Centres : 28-15

Fautes : 17-15

Cartons jaunes : 0-2

 

 

 

 

Les stats de nos bordelais

Obraniak et Tremoulinas sont les bordelais ayant joué le plus de ballons (71) devançant de loin Mariano (57). Tremoulinas est le joueur ayant gagné le plus de ballons (20), devant Henrique et Planus (19). Tremoulinas et Obraniak sont les girondins ayant perdu le plus de ballons (19). Le meilleur pourcentage de passes réussies est attribué à Diabaté et Jussiê (100%) au vu du peu de ballons touchés par ces derniers. Sinon, Planus et Mariano sont devant les autres (82%). Deux tirs cadrés sur quatre pour Obraniak. Le seul hors-jeu bordelais est attribué à…. Diabaté ! 6 coups-franc pour Obraniak. Deux fautes subies pour Henrique, Obraniak, Plasil, Maurice-Belay, Marange et Diabaté. 5 fautes commises par Henrique, puis 3 pour Obraniak et Sertic.

 

 

 

Crédit Photos : Foot01, va-fc.fr, eurosport.fr, L’Equipe, Sport24