Deux fois Troyes font-ils parfois quatre ?

130513063826492907

 

En effet, il faudra se mettre en quatre pour pouvoir espérer que le compte soit bon … Quatre jours de récupération pour remettre ça en championnat samedi soir … tout ceci entre deux eaux, soit à partir de l’heure H !

 

 

Comme pourrait le démontrer la formule, éviter que cela soit vain si ces deux rendez-vous s’avèrent d’une grande importance, le principal se joue pour Bordeaux ce mardi soir et pour Troyes quatre jours plus tard …

 

 

Mais Furlan ne l’entend pas de cette oreille, il persiste et signe: il fera jouer le coup à son équipe à fond que ce soit pour la coupe, ou pour le championnat … C’est le football qui commande et force est de constater qu’il a raison …

 

 

La victoire de ses hommes à Ajaccio prouve une fois encore, que la volonté et le travail sont liés, que les résultats qui en découlent récompensent le courage et l’abnégation de vouloir donner toujours plus pour s’en sortir…

 

 

 

 

 

 

 

Evian TG est dans le même état d’esprit, ce qui prouve que ces deux clubs n’ont rien lâché, qu’il est même réconfortant de constater qu’il ne suffit pas de construire une équipe avec des vedettes et des millions d’Euros pour bien figurer en faisant même le spectacle, par rapport aux comportement et la suffisance de certains …

 

 

Bref, tout un état d’esprit qui mérite d’être souligné au moment même où notre Ligue 1 s’apprête à prendre un virage encore plus prononcé d’un football business qui fait déjà tourner les têtes !

 

 

Nous n’en sommes bien évidemment pas encore là, savourons une de nos dernières chances de remporter un trophée car, déjà l’année prochaine, cela sera certainement beaucoup plus compliqué !

 

 

 

Gap sur le Stade de France !

 

 

 

 

 

 

 

 

C‘est vrai, à Gap depuis hier soir, la voie est tracée … par l’équipe U19 de Philippe Lucas, qui a su aller jusqu’au bout de leur idée : celle de disputer la finale de la Coupe Gambardella en levée de rideau de celle de leurs aînés la finale de la coupe Charles Simon dite Coupe de France … née le 15 Janvier 1917 considérée comme la plus belle des coupes nationales …

 

 

Pourquoi la plus belle ? Parce qu’elle concerne tout le football du pays, du plus petit club amateur jusqu’au plus gros des professionnels, d’où les surprises qui en découlent … La plus légendaire étant l’élimination du grand Stade de Reims en 1957 par le club Algérien du SCU El Biar (Algérie Française ) …

 

 

C’est vrai qu’elle est de nouveau décriée la vieille dame, des idées commencent à fleurir dans les instances les salons dorés de notre football, par des têtes bien pensantes ( principalement liés au « fric » ) se demandant si cette épreuve peut continuer dans sa forme actuelle … Des fois, elle peut-être bafouée par certains clubs ou présidents, qui voient parfois d’un mauvais œil d’avoir à rencontrer des  »sans grades » à un mauvais moment de la saison à savoir à la reprise de la trêve par exemple …

 

 

Mais le public lui, reste friand de ce genre d’événement, car, voir le petit dévorer le gros a toujours été un plaisir de remettre ainsi à sa place quelques clubs ou joueurs se croyant vraiment au dessus de ce genre de déconvenue, des  »cons venus » qui le deviennent fatalement amusant ainsi les spectateurs …

 

 

Alors quand on entend à la radio (toujours la même d’ailleurs) que cette demi-finale entre Troyes et Bordeaux ne passionne pas les foules, cela prouve encore une fois que ces grands professionnels de la critique auraient certainement aimé voir un PSG-Marseille en finale …

 

 

Mais pour finir, que faut-il penser de leur mauvaise foi quand ils déclarent que la Coupe de France n’est plus ce qu’elle était et que certains grands clubs l’ignorent ou ne la jouent pas à fond !

 

 

Qu’ils patientent encore un peu, ils pourront voir à l’œuvre d’ici peu un PSG-Monaco ils pourront dire de nouveau que la Coupe de France est la plus belle …

 

 

 

 

 

 

 

La Gambardella nous aura en tout cas permis de savourer notre bonheur … la Coupe de France des jeunes, comme on l’appelle, une lumière qui étincelle la vitrine d’un club … Ce trophée après lequel notre club court depuis … 1976, équipe dans laquelle figurait notamment un certain Jean-Marc Furlan !

 

 

Est-ce un clin d’œil ? Toujours est-il, que les anciens y voient peut-être un signe du destin qui pourrait s’avérer positif ou tout au moins déterminent pour la motivation des hommes de Francis Gillot … tout est bon à prendre, mais transformer ce rêve en réalité et retrouver deux équipes du club au Stade de France serait assurément une première pour les marines et blancs !

 

 

Quel bonheur pour tous les supporters qui feraient alors d’une pierre deux coups lors d’un déplacement tout en couleurs …

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe :

 

Carrasso, Olimpa – Trémoulinas, Faubert, Sané, Planus, Poundjé, Henrique, Mariano – Ben Khalfallah, Biyogo-Poko, Sertic, Obraniak, Plasil – Rolan, Saivet, Diabaté, Maurice-Belay.

 

 

 

Bon match à toutes et à tous

 

 

Allez Bordeaux, Allez !

 

 

 

Francis dit Napeso