Coup de tonnerre à Brest !

    Brest-Bordeaux-Gouffran_full_diapos_large

    Le résumé

    Après s’être fait remarqué cette semaine, Benoit Tremoulinas est finalement dans le groupe et titulaire. En ce début de match, Bordeaux a très clairement la possession de balle et Brest essaye en vain de jouer en contre. Ce sera d’ailleurs un florilège de contrôles manqués et de passes ratées pour les Bretons tout au long des 45 premières minutes, sans compter le manque d’inspiration flagrant…

     

    Bordeaux commence fort et dès la quatrième minute, sur un ballon perdu de Baysse, Obraniak fixe son adversaire, se décale et frappe du gauche : trop croisé. Onzième minute, Mariano prend de revers son adversaire et centre en retrait pour Gouffran au point de pénalty. L’attaquant bordelais, à contre pied, se retrouve tout de même seul et son intérieur du droit passe au dessus du but d’Elana. Onze minutes plus tard, un une-deux entre Tremoulinas et Maurice-Belay verra la latéral bordelais frapper du droit dans sa course, et obliger Elana à une belle parade du pied ! 24ème minute, Nguemo décale Obraniak dans la surface qui frappe instantanément bien qu’excentré : cela passe à côté et c’est dommage, car il y avait mieux à faire. Brest réagira timidement à la demi-heure de jeu par l’intermédiaire de Ben Basat, lancé en profondeur mais sur le côté. Carrasso bouche bien l’angle et l’attaquant brestois croise beaucoup trop sa frappe. 35ème minute et ouverture du score pour les Girondins de Bordeaux ! Après une grosse pression bordelaise sur le but brestois, tout démarre d’un centre d’Obraniak repoussé à l’entrée de la surface. Mariano reprend d’une frappe du gauche, qui revient sur Ciani qui reprend immédiatement… Sa frappe finit sur le poteau et emmène Elana en dehors de ses cages. Le ballon revient alors sur Gouffran qui reprend du droit et n’a plus qu’à cadrer dans un but vide. C’est mérité ! Plus rien jusqu’à la mi-temps malgré quelques bonnes incursions et combinaisons bordelaises.

     

    Dès son retour des vestiaires, Bordeaux a envie de faire le break en continuant de pousser. De son côté, Brest, malgré deux remplacements, ne réagit pas. Et cela va se concrétiser par un but à la 47ème minute. Maurice-Belay transmet pour Mariano sur l’aile droite. Le latéral brésilien centre pour Gouffran au premier poteau qui est trop court mais qui dévie plus ou moins volontairement pour Plasil de la tête, à deux mètres des buts, qui crucifie Elana ! Bordeaux mène logiquement deux à zéro face à une équipe bretonne complètement amorphe. 52ème, et timide réaction de l’équipe adverse par l’intermédiaire d’une tête de Licka, trop lointaine pour inquiéter Carrasso qui capte le ballon facilement. Sur la même action, contre-attaque bordelaise initiée par Mariano qui temporise avant de transmettre un centre au second poteau pour Tremoulinas esseulé. Le latéral bordelais frappe du droit et manque de peu de tromper Elana en la mettant juste au dessus. 61ème minute, coup de rein terrible de Maurice-Belay qui enrhume son vis-à-vis côté droit et part seul au but. Le milieu bordelais centre en retrait pour le pied droit d’Obraniak : la balle est repoussée du pied par Elana ! Heureusement pour Brest… qui reprendra un peu du poil de la bête dans le dernier quart d’heure du match. 74ème minute, Bordeaux est trop serein. Obraniak met en retrait mollement pour Sané, Poyet prend l’espace et intercepte. Sané commet l’obstruction et offre un pénalty au club breton pour un dernier quart d’heure qui s’annonce… frémissant. Grougi prend le ballon et s’élance : parade de Carrasso ! Une dernière perte de balle bordelaise à la 78ème minute fera que Licka se créera une occasion de frappe, mais sans danger une fois encore pour Carrasso.

     

    Au final, Bordeaux a su réagir à merveille de son faux pas, accidentel (maintenant on le sait), face à Nice. Un schéma tactique reconduit qui refait ses preuves, de bonnes actions collectives, un jeu en triangle au point, et des individualités au service du collectif qui rassurent et font la différence. En face, on a rarement vu une équipe aussi mauvaise. On pensait qu’on avait atteint des sommets au vu de notre prestation face à Nice, mais finalement le club breton est encore plus catastrophique. Bon nombre de contrôles ratés, de passes ratées, de gestes techniques manqués. Aucune réelle occasion mis à part le pénalty mais on leur a offert… Manque d’inspiration, de talent aussi…

     

     

     

     

    Les joueurs

    Cédric Carrasso n’a rien eu à faire en première mi-temps. En deuxième, un pénalty de Grougi arrêté en plongeant du bon côté, et surtout une belle sueur froide enlevée aux supporters, car à un quart d’heure de la fin, le match aurait pu basculer (Ou pas, remarquez…).

    On attendait un Benoit Tremoulinas timoré ou « prenant l’eau », on l’a finalement vu bien en jambes, rendant ivres ses adversaires sur plusieurs montées. Présent dans son couloir, il se crée même deux occasions dans cette rencontre. Mariano Ferreira Filho a été laissé libre une bonne partie de la rencontre par ses adversaires. Il a aussi su se démarquer et faire de bons appels. Au départ de plusieurs bonnes offensives dont le second but, on pourrait seulement regretter de ne pas le voir assez déborder par ses propres moyens. Mais un très bon match ! Très présent dès le début de la rencontre, Mickaël Ciani s’est montré très solide tout au long de la rencontre. Une excellente performance qui aurait pu être conclue d’un but si le poteau n’avait pas repoussé cette frappe d’en dehors de la surface. Au final, ce poteau amène le premier but, alors… Marc Planus a été pas mal aussi. Dernier rempart de la défense qu’il dirige, il a pris plaisir à devancer la dernière place au niveau de ses interventions. Une performance dans la lignée de ses dernières, avec malheureusement la même relance, encore et toujours défaillante. Enfin, Lamine Sané a réalisé sa prestation sobrement, sans se faire remarquer, jusqu’à cette obstruction dans la surface qui amène le pénalty Brestois.

    Le retour de Landry Nguemo fait du bien. La différence se fait clairement sentir au milieu de terrain et lorsque l’on voit qu’il n’a qu’une seule perte de balle notable ne première période, on se dit que le milieu est stabilisé. Récupération chirurgicale, relance dans le sens du jeu. Propre. Jaroslav Plasil a joué le rôle de relai entre le milieu défensif et le milieu offensif. Il a manqué de justesse parfois, même si l’on sait que c’est un travailleur de l’ombre. Son but de la tête viendra bonifier sa prestation et rendre sa note meilleure qu’elle n’aurait été. Ludovic Obraniak aura lui aussi manqué de justesse et aura fait quelques mauvais choix. Mais ses percées sont vraiment intéressantes et amènent le danger à chaque fois. Il se permet même de faire une mauvaise passe pour amener un pénalty à son adversaire, afin de faire briller son gardien… Nicolas Maurice-Belay a été percutant et nous a encore gratifié de quelques coups de reins stratosphériques ! Pas décisif ce soir, on a aimé ses incursions dans l’axe, et ses combinaisons avec Tremoulinas et Gouffran.

    La prestation de Yoan Gouffran aurait pu tourner au vinaigre avec cette occasion vendangée dès la onzième minute. Puis il marque le premier but bordelais (même s’il aurait pu le manquer au final…) et est même passeur décisif sur le second but (aussi malgré lui)… What else ?

     

    Cheick Diabaté est rentré. Son premier ballon fut de qualité. Après, son faux pressing et son attitude de ministre nous ont gonflés. Grégory Sertic a eu le temps de frapper au but, sans réussite. Fahid Ben Khalfallah a été percutant dès son premier ballon. Malheureusement, ce fut le seul.

     

     

     

     

    La feuille de match

    27ème journée de Ligue 1

    Samedi 10 Mars 2012 à 19 heures

    Stade Francis-Le Blé (Brest)

    Arbitre : M Antony Gauthier

    Brest 0–2 Bordeaux

    Buts : Gouffran (35ème), Plasil (47ème)

    Cartons jaunes : Khaled (40ème) – Maurice-Belay (43ème)

    Brest : Elana – Daf, Baysse, Martial, Kantari, Khaled (Ewolo, 46ème) – Alphonce, Sissoko (Licka, 46ème), Grougi – Jemaa (Poyet, 67ème), Ben Basat.

    Bordeaux : Carrasso – Tremoulinas, Planus, Sané, Ciani, Mariano – Nguemo, Plasil (Sertic, 89ème), Obraniak, Maurice-Belay (Diabaté, 80ème) – Gouffran (Ben Khalfallah, 89ème).

     

     

     

     

    Les notes Girondins4ever

    Carrasso : 10

    Mariano : 7

    Tremoulinas : 7

    Planus : 8

    Ciani : 8

    Sané : 6

    Nguemo : 8

    Plasil : 7

    Obraniak : 5

    Maurice-Belay : 7

    Gouffran : 8

     

     

     

     

    Crédit Photos : Sport24, Le Figaro

     

     

    MisterInfiny