Ca se corse pour Bordeaux

Jussiê lutte

 

Trois jours seulement après la confrontation européenne face à Bruges, retour rapide à la compétition pour les hommes de Francis Gillot. Bordeaux affrontait effectivement l’AC Ajaccio sur sa pelouse en ce dimanche après-midi. L’entraîneur bordelais pouvait notamment compter sur plusieurs retours dans son groupe pour mettre en place son équipe. Lamine Sané, qui purge son dernier match de suspension, est remplacé à la récupération par Gregory Sertic, épaulé par Jaroslav Plasil. Ludovic Obraniak est également présent au coup d’envoi de cette rencontre, tout comme Jussiê.

 

 

Et la large victoire face aux belges en cours de semaine semble avoir laissé des traces sur les organismes bordelais, peinant à entrer pleinement dans cette rencontre. Les corses donnent le ton dès les premiers instants, avec notamment une faute virile sur le bordelais Gregory Sertic. Ils se procurent d’ailleurs la première occasion de cette rencontre dès la 5ème minute de jeu, grâce à Sigamary Diarra, qui s’infiltre dans la surface bordelaise, et parvient à décocher une frappe qui oblige le porter girondin à sortir la parade et concéder un corner. Néanmoins, ce dernier ne donnera rien. A la 13ème minute, Eduardo et Carlos Henrique se blessent lors d’un duel aérien. Le bordelais, touché au menton, doit passer quelques instants hors du terrain pour stopper le saignement. Illustration de la domination corse avec un pourcentage de 57% de possession de balle au cours du premier quart d’heure.

 

Bordeaux sort enfin la tête de l’eau, et commence à se procurer quelques occasions. Tour à tour, Benoit Tremoulinas (16ème) et Mariano (17ème) s’essayent au centre, mais ne trouvent pas preneur dans la surface de réparation corse, parviennent à obtenir un corner sur cette dernière tentative. Ludovic Obraniak se place au poteau de corner, et trouve la tête de Gregory Sertic au premier poteau, repoussé sur sa ligne par Diarra. Dans la minute suivante, Henri Saivet tente une remise acrobatique pour Obraniak, qui tente sa chance, mais écrase sa frappe. Sans danger donc pour la défense corse. Très peu de mouvement jusqu’au coup de sifflet de M. Gautier pour une faute inexistante de Carlos Henrique à la 22ème minute de jeu. L’arbitre en décide autrement et distribue un avertissement pour le défenseur central. Le coup-franc de Cavalli ne donnera finalement rien. L’arbitre décide alors de procéder à la pause « rafraichissement » au milieu de la première période, alors que les températures ne semblent pas insurmontables. Henrique en profite pour se faire soigner de nouveau le menton, alors que Francis Gillot apporte de nouvelles consignes à ses joueurs.

 

 

Le jeu reprend ! Mais le match ne s’emballe pas à cause d’offensives timorées de part et d’autre. Tout d’abord, un coup-franc corse sur le côté droit de la défense girondine, qui file directement en sortie de but à la 27ème minute, mais aussi une frappe lointaine de Gregory Sertic, bien captée par Guillermo Ochoa à la 30ème minute. Deux minutes plus tard, Mariano crochète son adversaire, et s’incruste dans la surface corse et place un centre en retrait, repoussé par la défense. Le premier carton jaune corse est adressé à Samuel Bouhours, pour une faute peu évidente sur Ludovic Obraniak à la 34ème. Dans la minute qui suit, Mariano récupère un ballon proche de son but, et amorce une contre-attaque en plaçant un petit-pont sur Benjamin André. Le redoublement de passe avec Ludovic Obraniak ne donnera rien. Cédric Carrasso devance in-extremis l’appel de l’attaquant corse Eduardo, et détourne le ballon de la tête. Ne trouvant pas la faille, les joueurs bordelais s’en remettent à des tentatives lointaines, par l’intermédiaire de Yoan Gouffran, contrée, et Carlos Henrique, captée par Ochoa, le gardien de but d’Ajaccio. Sur une nouvelle contre-attaque corse à la 41ème, Johan Cavalli trouve Eduardo dans la profondeur, mais ne parvient pas à ajuster sa frappe. La dernière tentative est l’œuvre de Sigamary Diarra dans le temps additionnel, mais n’inquiète pas Carrasso.

 

Retour aux vestiaires pour les vingt-deux acteurs sur ce score vierge, et une rencontre plutôt timorée pour les bordelais.

 

 

 

 

 

 

Dès le retour des vestiaires, l’arbitre de la rencontre sort le carton de sa poche sur une nouvelle faute peu évidente de Gregory Sertic. Un avertissement qui coûtera cher au milieu bordelais, suspendu pour le match face au Stade Brestois. A la 50ème minute, Benoit Tremoulinas profite du travail d’Obraniak pour placer un centre à l’opposé pour Yoan Gouffran, qui prend le temps de contrôler, et placer une frappe du coin de la surface de réparation corse, mais ne trouve pas le cadre. Dommage. Dans la minute qui suit, les corses mettent en danger la défense girondine, et Marc Planus se voit obliger de contrer la frappe de Diarra, intenable dans ce match, et concède un corner. 53ème minute, Yoan Gouffran se bat sur le côté gauche, et réussit à obtenir un nouveau corner. Jaroslav Plasil se charge de le tirer et trouve la tête d’Henrique, lâché de tout marquage, qui place une magnifique tête décroisée dans la lucarne de Guillermo Ochoa. 1-0 pour les Girondins de Bordeaux, qui inscrivent leur troisième but sur corner cette saison.

 

 

Il faut attendre la 60ème minute de jeu pour observer une nouvelle tentative bordelaise. Repiquant dans l’axe du terrain, Benoit Tremoulinas essaye de tromper Ochoa d’une frappe du droit. Mais cette dernière passe largement au dessus du but. Bordeaux poursuit sa domination, et aurait pu corser l’addition à la 63ème minute. Henri Saivet crochète son adversaire, et place une frappe enroulée du droit, qui trouve le poteau d’Ochoa, mais n’entre pas dans le but … Dommage pour l’attaquant bordelais, qui réalise un geste de classe sur cette occasion, qui aurait mérité un meilleur sort. Dans la foulée, Ricardo Faty corrige Bordeaux, en inscrivant le but de l’égalisation sur un corner mal renvoyé par la défense girondine. C’est la douche froide pour Bordeaux, qui se devait de prendre l’avantage quelques instants auparavant.

 

 

 

 

Francis Gillot apporte donc du changement sur la pelouse, et remplace le capitaine Jaroslav Plasil et Jussiê par Cheick Diabaté, et le revenant Adbou Traoré. Ce dernier disputait aujourd’hui ses premières minutes de la saison. Au terme de la seconde pause « hydratation », Ludovic Obraniak place une demi-volée suite à une déviation de Cheick Diabaté, mais ne trompe pas Ochoa. À la 73ème minute de jeu, Cédric Carrasso ne passe pas loin de la catastrophe, réalisant une sortie « autoritaire » sur Eduardo près de la ligne de touche. Il reçoit un simple avertissement (carton jaune) de la part de M. Gautier. Sigamary Diarra se montre de nouveau opportuniste et tente une volée qui retombe non loin de la lucarne de Cédric Carrasso. Voyant le portier bordelais très avancé, son coéquipier Eduardo l’imite à la 77ème minute, et place un lob depuis le milieu de la pelouse du stade Chaban-Delmas, mais termine largement à côté. A la 78ème minute, le coaching de Francis Gillot porte ses fruits, puisque Cheick Diabaté se bat pour conserver un ballon aux abords de la surface. Ce dernier écarte vers Benoit Tremoulinas, esseulé sur le côté gauche, et place un magnifique centre sur la tête de Yoan Gouffran, qui inscrit le second but des bordelais.

 

 

 

 

En conséquence de ce but, Gillot procède à son dernier changement, et fait entrer Florian Marange à la place d’Henri Saivet, obligeant Benoit Tremoulinas à monter d’un cran et évoluer au poste de milieu gauche. Pensant avoir retenu la leçon du match face à l’OGC Nice, les bordelais s’évertuent à conserver le ballon, à l’image de Yoan Gouffran et Abdou Traoré, qui combinent à l’approche du poteau de corner corse. Ils finissent toutefois par perdre le ballon sur un râteau du malien. Marc Planus est également mis à l’épreuve par Eduardo et se retrouve sanctionné pour un bras qui traîne. Il se reprend ensuite, et réalise une excellente intervention sur un long ballon corse. Alors que nous pensions que le plus dur est fait, les joueurs bordelais relâchent leur attention, et se font surprendre par Chahir Belghazouani dans le temps additionnel. Bien placé dans la surface, le franco-marocain contrôle un long ballon de la poitrine et place une frappe croisée imparable pour Cédric Carrasso. C’est un véritable coup de massue … Le joueur corse aurait pu doubler la mise dans la foulée, mais frappe de peu à côté du but de Carrasso. Le dernier coup-franc obtenu par Bordeaux ne changera rien au score. L’arbitre siffle la fin de cette rencontre.

 

 

Quatre matchs nuls consécutifs pour les Girondins de Bordeaux en championnat (Paris Saint-Germain, OGC Nice, Valenciennes FC et AC Ajaccio), qui stagnent à la sixième place de la Ligue 1 avec 10 points, et montrent encore des signes de faiblesse en fin de rencontre, en encaissant ce but dans le temps additionnel. Les joueurs bordelais devront se reprendre dès le week prochain, et une confrontation face à l’Olympique Lyonnais, placé sur le podium, avant de se confronter à Newcastle en Europa League.

 

 

 

 

Les joueurs :

 

 

Du bon et du moins bon pour Cédric Carrasso. Il réalise une intervention décisive dès les premières minutes, mais se montre également très approximatif dans une sortie hasardeuse face à Eduardo le long de la ligne de touche. Très peu de travail finalement pour le portier bordelais, qui encaisse toutefois deux buts, sans pouvoir intervenir.

 

Prestation convaincante pour Marc Planus en défense centrale. Il réalise un match sérieux, s’appliquant pour écarter le danger, et n’a pas été pris en défaut par les attaquants corses, mis à part cette faute sur Eduardo en fin de match.Constat similaire pour son acolyte de la défense, Carlos Henrique, auteur pour sa part de l’ouverture du score bordelaise. Il a de nouveau montré son état d’esprit irréprochable. Il était difficile pour Mariano de réaliser une performance à la hauteur de son match face à Bruges. Le latéral brésilien est toutefois resté sérieux, mais n’a pas eu l’impact offensif espéré. De son côté, Benoit Tremoulinas n’a pas ménagé ses efforts. Il est d’ailleurs récompensé par le but de Gouffran, réalisant un centre parfait pour l’attaquant.

 

 

 

 

Replacé à la récupération, Gregory Sertic a peiné pour prendre ses marques dans ce match, subissant la pression corse au milieu du terrain. Son impact à la récupération n’a pas été suffisant pour prendre l’ascendant. Toutefois, Greg’ a joué proprement, ne perdant que très peu de ballons. Associé au franco-croate, le capitaine Jaroslav Plasil retrouve peu à peu son rythme dans cette équipe. Il lui a fallu toutefois plusieurs minutes pour prendre la pleine mesure de ce match. Il délivre une passe décisive pour Carlos Henrique sur corner. Henri Saivet confirme match après match ses progrès et réalise une nouvelle prestation convaincante. Sa frappe sur le poteau aurait mérité un meilleur sort. Match sérieux pour Ludovic Obraniak, dans ce rôle de pierre angulaire du jeu bordelais. Il est toujours présent pour offrir une solution à ses coéquipiers. Peu en réussite cependant.

 

Buteur jeudi face aux belges, Jussiê a complètement disparu de ce match, se retrouvant constamment à contre-temps. Très peu de ballons touchés par le brésilien au final, et un impact quasi nul sur le jeu girondin. Yoan Gouffran inscrit son deuxième but de la saison en championnat, plaçant sa tête sur le centre parfait de Tremoulinas. Beaucoup d’activité pour l’attaquant à la pointe de l’attaque.

 

 

Les remplaçants :

 

Inaugurant sa saison, Abdou Traoré a réalisé une entrée mitigée. Il a démontré certaines qualités de conservation du ballon, nécessaires en cette fin de rencontre, mais également des pertes de balle aussi dangereuses que stupides. Contraste saisissant concernant Cheick Diabaté, auteur d’une prestation indigeste jeudi. L’attaquant malien réalise une excellente entrée en jeu, usant de ses qualités de conservation, pour amener notamment le second but girondin. Très peu de ballons pour Florian Marange, prenant place sur le côté gauche de la défense en fin de match.

 

 

 

 

Feuille de match :

 

Ligue 1

6ème journée

Dimanche 23 Septembre 2012 à 14h00

Stade Jacques Chaban-Delmas

 

Arbitre : M. Gautier

 

Bordeaux 2 – 2 AC Ajaccio

Buts : Henrique (54ème), Gouffran (78ème) – Faty (64ème), Belghazouani (92ème)

 

Cartons jaunes : Henrique (22ème), Sertic (47ème), Carrasso (72ème) – Bouhours (34ème)

 

Bordeaux : Carrasso – Tremoulinas , Mariano, Henrique, Planus – Sertic, Plasil (Traoré, 66ème), Saivet (Marange, 80ème), Obraniak – Jussiê (Diabaté, 66ème), Gouffran.

 

Ajaccio : Ochoa – F. Diawara, Medjani, Poulard, Bouhours (Tiberi, 89e) – Mostefa (Belghazouani, 82e), R. Faty, B. André (Pierazzi, 89e), Cavalli (cap), S. Diarra – Eduardo.

 

 

 

 

Les stats du match :

 

 

Bordeaux – Ajaccio

Possession : 47 – 53

Nombre de tirs : 13 – 11

Nombre de tirs cadrés : 7 –3

Corners : 2 – 7

Centres: 16 – 23

Hors-jeu : 0 – 7

Fautes commises : 10 – 11

Passes réussies (%) : 83 – 85

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever :

 

Carrasso : 5

Planus : 6

Henrique : 7

Mariano : 6

Tremoulinas : 7

Sertic : 5

Plasil : 6

Saivet : 7

Obraniak : 6

Jussiê : 4

Gouffran : 7

 

 

 

Crédits photos : Foot01, L’Equipe, FranceTV, Girondins.com et Le Monde