Jean-Pierre Papin : “Bordeaux nous a permis de finir honorablement ma carrière mais aussi de pouvoir traiter Emily de la manière dont on le voulait”

    emily papin
    (Photo by Pool APESTEGUY/SAMPERS/Gamma-Rapho via Getty Images)

    Dans Sud Ouest, l’ancien attaquant des Girondins de Bordeaux, Jean-Pierre Papin, s’est remémoré son retour en France après sa grande et longue carrière. Il choisit une région qu’il ne connaissait pas, la Gironde, où il trouva également tout ce qu’il fallait pour sa fille Emily, atteinte de lésion cérébrales dès sa naissance (retrouvez d’ailleurs le site de l’association Neuf de Coeur, ICI, aidant les familles connaissant les mêmes soucis).

    “D’abord, j’étais en fin de carrière et il fallait en tenir compte. Et on avait Emily, il fallait trouver la meilleure chose pour elle et qu’elle puisse s’épanouir. Bordeaux nous a permis de finir honorablement ma carrière mais aussi de pouvoir traiter Emily de la manière dont on le voulait. On ne connaissait pas du tout la région. J’y suis toujours donc c’était un coup de foudre. Il fallait qu’on se loge très vite donc on a habité Gradignan puis on est allé le week-end deux fois sur le Bassin et on s’est dit que c’était là qu’il fallait qu’on habite. C’est juste magnifique et on y est toujours. Pour le Haillan ? À l’époque, il n’y avait pas d’autoroute, il avait encore la voie unique à partir de Facture. c’était très compliqué sauf que par rapport à nos horaires d’entrainement et de match, c’était toujours un peu décalé. On n’avait pas trop de soucis à part le dimanche quand on revenait de l’entrainement car il y avait beaucoup de monde. Le seul inconvénient, c’était le dimanche dans la semaine donc ce n’était pas très grave”.

    Retranscription Girondins4Ever