Karim Djaziri : “Avec Hatem Ben Arfa, c’est une des plus grosses déceptions que j’ai eues sur les vingt dernières années de ce métier”

    Gabriel Obertan entrainement Bordeaux

    Karim Djaziri a été l’agent de l’ancien grand espoir des Girondins de Bordeaux, Gabriel Obertan. Il revient que ce qui est pour lui l’un de ses plus grands échecs. 

    « Actuellement je m’occupe du petit jeune Johann Lepenant et de Wylan Cyprien. Et auparavant Darcheville, Piquionne, un ancien bordelais Gabriel Obertan. Qui avait un très grand avenir et à un moment donné, ça ne suivait plus donc on a arrêté. Je ne voulais pas l’emmener au fin fond de la Russie et il a fait le choix d’aller dans ces clubs-là en Turquie, en Russie. Mais c’était un joueur phénoménal qui ne jouait pas beaucoup à Bordeaux, prêté à Lorient, ça n’a pas marché. J’ai réussi à le transférer à Manchester United, ça n’a pas marché. Et ensuite à Newcastle, ça n’a toujours pas marché. Il n’a pas eu de chance parce qu’il a souvent été blessé. Avec Hatem Ben Arfa, c’est une des plus grosses déceptions que j’ai eues sur les vingt dernières années de ce métier. Il est resté quatre ans à Newcastle, deux ans à Manchester. Ferguson le voyait comme Critiano. Au fond de moi, je me disais qu’il fallait que je l’aide à s’endurcir car ils ne venaient pas du même milieu. Cristiano venait du milieu défavorisé, sans papa très vite, donc c’est devenu un chien très vite dans le sens où il faut que je te mange pour réussir. Gabi c’était avec une mère bien éduquée, un niveau social assez au-dessus de la moyenne. Il était très intelligent, brillant. Il a eu le bac avec mention très bien. Il parlait déjà trois langues en terminale. Il a appris l’italien comme ça. Il parlait couramment l’anglais et à sa première conférence de presse à Manchester, Ferguson me dit ’s’il est aussi fort qu’intelligent, on va se faire plaisir’. Après, Laurent Blanc me dira qu’il est trop intelligent pour le foot. ‘Quand il sera remplaçant, il comprendra tout de suite avant les autres ce que je vais faire ou ne pas faire et je vois qu’il perd le moral’».

    Retranscription Girondins4Ever