Loïc Ravenel : “En tant qu’élu municipal, le club participe à la vie de la ville, c’est difficile de dire, je m’en fiche totalement”

    Pierre Hurmic

    Loïc Ravenel, co-fondateur du Centre International d’Etude du Sport (CIES), a répondu à LeeroSportNews sur la prise de position de Pierre Hurmic quant à la Présidence des Girondins de Bordeaux.

    “D’un point de vu historique, les maires ont validé au travers des budgets, les développements ou la faillite des équipes. Pourquoi ? Le club de football d’une ville véhicule son image. Regardez Auxerre, Saint Etienne, etc… Il y a ce sentiment qui est de dire que le club est un symbole de la ville. Si le club joue bien, gagne des titres, cela crée de l’animation, cela participe au bonheur de ses habitants. En tant qu’élu municipal, le club participe à la vie de la ville, c’est difficile de dire, je m’en fiche totalement. Après, c’est la question d’infrastructures. Exemple : votre stade à Bordeaux avec le partenariat public-privé. Au-delà du stade, c’est comment on y accède ? La puissance publique a son mot à dire, elle amène sa structure, son réseau, etc… C’est pour ces diverses raisons que le politique est imbriqué avec un club de football. Par contre, je pense que cela ne viendrait plus à l’idée pour un maire de dire qu’il prend sur le budget municipal 90 millions d’euros pour renflouer les dettes d’un club. Le contribuable n’a pas à payer les dettes d’un club. Votre club n’est pas hors sol, il a une réalité concrète spatialement parlant pour travailler et accueillir du public. C’est pour cette raison que les élus locaux ont leur rôle à jouer”.