Florian Brunet remercie chaleureusement tous les amoureux des Girondins et toutes les anciennes gloires qui ont participé à #NousLesGirondins

    supporters pey-berland

    Dans GirondinsAnalyse/RIGFlorian Brunet s’est exprimé longuement sur le rassemblement de samedi dernier. Il a tenu à remercier chaleureusement tous les amoureux du club qui ont participé, ainsi que tous les anciens joueurs… Voici l’intégralité de ses propos sur le sujet.

    “Avant de parler de la journée, il faut parler des 10 jours qui ont précédé. On a eu l’idée de lancer cette campagne #NouslesGirondins et on est tous, je pense, très satisfaits de ce qui s’est passé pendant les 10 jours qui ont précédé la manifestation de samedi dernier parce que le but était bien évidemment de manifester notre colère. Et le but premier de tout ce que l’on fait, c’est de valoriser notre club. Ça, on a réussi à le faire brillamment. Il y a eu un engouement qui nous a surpris, un engouement de toute la population, de tous les amoureux des Girondins et puis de toutes les anciennes gloires. Ça a été magnifique à voir. C’est hyper valorisant pour notre club. C’est là qu’on se rend compte, si parfois on l’oublie, que l’on est un grand club. Parce qu’un grand club, c’est un club qui a énormément de supporters à travers le monde et ça on en a eu la confirmation si on pouvait en douter. Parce que derrière ces pancartes, il y avait des gens de la terre entière. Et tous ces joueurs qui se sont manifestés ça a été magnifique à voir. Cette période, plus la journée de samedi, doit être la base du futur. Comme on l’a dit samedi dernier, ça doit être la première pierre de la reconstruction. Ça, c’est très positif. Sur les joueurs, puisqu’on en parle, je voudrais vraiment préciser qu’on a fait attention à une chose : on ne voulait pas que ce soit carnaval. On ne voulait pas que les joueurs tendent une pancarte sans savoir ce que ça voulait dire, puisque la première revendication de #NouslesGirondins, c’est « Longuépée Démission ». C’est le point de départ de tout. Tous les joueurs ont été contactés, informés. Il y a eu un énorme lobbying et on a tenu à ce que tous les joueurs sachent ce qu’ils faisaient. Et ça a été le cas, on entrait en contact avec tous ces joueurs-là et en tendant cette pancarte, ils revendiquaient avant tout le départ de Longuépée. On a été ravi de voir que dans la brillante interview que ce brillant homme a donné à Sud-Ouest qu’il rejoignait le mouvement. Donc à partir du moment où il rejoint au mouvement, il adhère à la première revendication qui est de démissionner. Nous attendons donc qu’il passe aux actes […] Je profite de votre antenne pour remercier avant tout, tous les amoureux des Girondins. C’est extraordinaire l’engouement qu’il y a eu. Pour remercier toutes les anciennes gloires, c’est magnifique de voir à quel point notre club – même si pour moi cette semaine, on l’a fait disparaître et c’est à nous de le refaire renaître – est grand. C’est avant tout ça, un grand club. C’est l’amour qu’ont les gens pour lui et ça, on a vraiment pu le ressentir. Après, la journée de samedi, c’était formidable franchement. C’était exceptionnel ! En aparté, ce qui est quand même ahurissant, puisque Longuépée dit sournoisement qu’il rejoint le mouvement, c’est quand même ahurissant qu’il n’y ait pas eu un mot de ce club, qui pour moi, n’est plus le nôtre, de ce formidable événement. C’était vraiment exceptionnel, faut vraiment s’en rendre compte. Les ultras, on a quand même pas mal bourlingué dans des pays dits de football et vous aussi, il faut vraiment se rendre compte du côté exceptionnel de cette journée. Ce n’est pas quelque chose de commun, ce n’est pas quelque chose qui se passe facilement, partout. Même en Italie, même en Allemagne, même dans les pays soit disant beaucoup plus football que la France, c’est rare de voir des choses comme ça. C’était vraiment révélateur de l’amour des gens pour leur club, pour leur tribune et de la colère des gens. Ces gens-là savaient pourquoi ils étaient là. Ils étaient là pour exprimer leur amour du club mais aussi pour exprimer leur colère et ça a été vraiment très touchant de voir ça, très beau, très valorisant pour notre club. Ça a été une réussite et merci infiniment à tous ceux qui sont venus. C’est là que l’on se rend compte du lien que l’on a créé entre nous. Quand on dit qu’on est une grande famille, ce n’est pas un mot en vain. On est une grande famille. Tous les gens que j’ai vu samedi dernier, c’est tous les gens que je vois depuis 20 ans, 25 ans, et ces gens-là se sont réunis et ont créé à travers les décennies, ce lien qui nous unis. Et ce jour-là, on l’a vraiment bien senti. Ces liens, on les a créé à travers les déplacements, à travers les émotions qu’on a connu. Samedi, c’est une grande réussite car le fond de tout ce qu’on fait, le but c’est de vivre des émotions ensemble. C’est ça le but. Aujourd’hui, pourquoi on se bat ? Pour que sportivement, on revive des émotions qui continue de nous lier. Et samedi dernier on a réussi à faire ça. On a créé une émotion tous ensemble et pour une fois il n’y avait pas d’équipe de foot derrière. On avait fait ça pour Adieu Lescure, là aussi c’était hors sportif, hors terrain. C’était pour quitter notre Parc Lescure. Et là, c’était pour exprimer autre chose, pour exprimer notre colère. En exprimant cette colère, on a suscité une magnifique émotion et quelque part, c’est le but de tout ce que nous faisons. Samedi dernier, on a atteint notre but. C’est terrible ce qui est en train de se passer. Pour moi, notre club est mort, depuis le cinéma du logo mardi. Notre club est mort. Le FCGB, les Girondins de Bordeaux, les Marine et Blanc malheureusement n’existe plus et il n’existe plus qu’à travers les gens qui étaient là samedi dernier, les gens qui n’ont pas pu venir et qui nous soutiennent. Maintenant c’est à nous de faire revivre ce club”.

    Retranscription Girondins4Ever