Guy Roux : “Les supporters on doit les écouter, les choyer, c’est la partie vivante du club. Ça a été loupé à Bordeaux, il n’a pas été habile”

    Frédéric Longuépée

    Alors que Bordeaux est réputé pour être un club plutôt calme où il ne se passe jamais grand chose, là en ce moment ça n’arrête pas. Mais est-ce que ça inspire le meilleur ou le pire pour l’avenir du club ? Voici la réponse de Guy Roux à cette question. “C’est le football moderne. Le football de Mr Bez était une direction d’un homme avec l’appui du maire, de Mr Chaban Delmas, c’est-à-dire de l’appui général du monde bordelais, ainsi que sûrement l’appui des maisons de vins. Aujourd’hui, l’arrivée d’un actionnaire américain, ou quel qu’il soit, c’est ça le football moderne, s’il est habile, il prend sur place des gens intelligents comme l’a fait les Qataris au PSG où ils ont pris des gens intelligents avec eux. On peut dire que les Qataris ont pris complètement leurs greffes et Bordeaux a raté la sienne. Je ne connais pas du tout le président. Il a certainement beaucoup de qualités mais il n’a pas été habile. C’est sûr qu’on doit avoir une forme de gentillesse avec les supporters, on ne doit pas leur donner plus de pouvoir qu’il n’en mérite statutairement. On doit les écouter, les choyer, c’est la partie vivante du club. Ca a été loupé à Bordeaux. Après pour moi, l’intervention du maire, 3000 personnes qui viennent sous ses fenêtres la veille du vote, il ne va pas se mettre contre eux. Ce n’est pas très bon à l’heure actuelle que la mairie se mêlent tellement de la gestion du football. S’il veut prendre du pouvoir, il faut qu’il amène des sous, une subvention gigantesque qui n’a pas la possibilité de faire sans doute. Dans la gestion moderne des villes, il n’y a plus la possibilité pour soutenir une société privée de sport”.

    Europe 1

    Retranscription Girondins4Ever