Florian Brunet : “King Street, je pense qu’ils découvrent l’ampleur du désastre depuis peu et qu’ils en prennent conscience de plus en plus”

    King Street 2

    Malgré les événements récents, qui sont d’ailleurs de plus en plus nombreux, King Street reste pour l’instant toujours silencieux, même avec Daniel Ehrmann qui est le représentant le plus présent au club. Cependant Florian Brunet, lors de son passage chez GirondinsAnalyse/RIG, pense savoir quand même que les oreilles commencent à siffler. “Je ne pense pas que King Street s’occupe tant que ça des Girondins. Il ne faut jamais oublier une chose, c’est 0,5% de leurs actifs. Que Ehrmann suive le dossier un peu plus que les autres, sans aucun doute. Mais je pense qu’ils ont été hypnotisés par Frédéric Longuépée et qu’ils l’ont laissé gérer la boutique. On peut le voir dans son assurance qu’il a bien l’impression d’avoir la confiance de ses supérieurs. Par contre, je pense que depuis quelques semaines, quelques mois, ils sont en train d’ouvrir les yeux de plus en plus. Je ne pense pas qu’ils apprécient la situation actuelle. Je pense qu’ils découvrent l’ampleur du désastre depuis peu et qu’ils en prennent conscience de plus en plus […] Nous, on essaie de les rencontrer. Je crois que la première fois où on a demandé clairement de voir les dirigeants de King Street, c’était fin-novembre, début décembre. On a une fin de non-recevoir puisque Frédéric Longuépée nous a dit que King Street, c’était lui et qu’à Bordeaux, c’était le seul interlocuteur. Nicolas Florian a rencontré Ehrmann très rapidement, en début d’année. Mais ce ne sont pas des gens qui ont une culture très communicative. Leur culture est d’être le plus discret possible. Maintenant, à Mr Hurmic d’arriver à interpeller ces gens et à participer à leur ouvrir les yeux”.

    Retranscription Girondins4Ever