Florian Brunet : “Il y a une chose qu’ils ne nous voleront pas, et on l’a vu samedi dernier, c’est notre âme et le lien que l’on a entre nous”

    Romain Manci

    Alors que la ville de Bordeaux est réputée pour être calme dans le milieu du football, le rassemblement des Ultramarines a prouvé encore une fois que ce n’était qu’une mauvaise image. Florian Brunet s’en félicite, toujours lors de son passage chez GirondinsAnalyse/RIG. “Ce qui a été exceptionnel, c’est que ça a été terriblement à notre image, de tout ce qu’on fait depuis des décennies. C’était classe, c’était digne, passionné. C’était vraiment Bordeaux, jusqu’au nettoyage de la place. On a toujours voulu à Bordeaux être une tribune réputée pour sa loyauté, pour son honneur, pour ses valeurs, pour sa mentalité. On est connu pour ça dans le monde entier, pour notre antiracisme, notre tolérance, pour tout un tas de valeurs que l’on développe depuis des décennies. Et samedi dernier, toutes ces valeurs-là, elles se sont vues. Des gens qui ont exprimé leur passion sans déborder. On a rendu cette place encore plus propre qu’elle ne l’était. Je pense que ça a du faire halluciner beaucoup de monde car c’est quand même rare de voir des manifestations qui se passent de cette façon-là. C’était extraordinaire”.

    Surtout que ce rassemblement a été relayé par tous les médias… “C’est historique. Encore une fois, on doit capitaliser là-dessus. C’est le début de la renaissance. On ne doit pas perdre confiance, on doit croire en nous. On est un peuple à part, on est une tribune à part, on est des supporters à part. On est les bordelais, on est les Girondins et on doit être fier de ça. Ce n’est pas une bande d’imposteurs qui vont continuer de nous voler notre club. Cette semaine, ils nous ont volé notre nom, notre couleur, notre emblème. Mais il y a une chose qu’ils ne nous voleront pas, et on l’a vu samedi dernier, c’est notre âme et le lien que l’on a entre nous. Ils peuvent l’occulter, comme ils le font, faire comme si ça n’existait pas. Ils peuvent même s’en moquer en disant qu’ils en font partie, mais ça ils ne nous l’enlèveront pas”.

    Retranscription Girondins4Ever