Comment les Girondins pourraient s’améliorer sur tous les plans ?

    groupe equipe ruben pardo
    (Photo by Fred Marvaux/Icon Sport)

    Terminant la saison dernière en milieu de tableau (12ème place) pour la seconde année consécutive, le FCGB aurait beaucoup à gagner de profiter de la trêve hivernale pour remettre en question ses méthodes actuelles. En dehors des mises au vert, des programmes physiques de reprises ou des habituelles sorties de cohésion d’équipe qui rythment l’année, plusieurs activités annexes pourraient être ajoutées au planning des Girondins pour les aider à améliorer certains points faibles exposés la saison dernière.

    Tenir le coup physiquement

    La déroute face à Reims est difficile à oublier. Lors de ce match pour le compte de la 15ème journée de Ligue 1, c’est l’état physique des joueurs qui leur aura fait défaut. Dominateurs durant la rencontre et gardant l’avantage au tableau d’affichage (0-1), les Girondins ont toutefois baissé la garde durant les ultimes secondes du match en laissant les locaux égaliser, perdant ainsi 2 points précieux. Paulo Sousa avait alors remis en cause la mentalité de son effectif ainsi que le manque de persévérance et de lucidité.

    Or, si Bordeaux veut s’améliorer sur ce point, il est nécessaire que le club s’inspire des meilleurs. L’exemple à suivre est celui de Cristiano Ronaldo. A 35 ans, le Portugais a conservé le top de sa forme en adoptant des habitudes saines et innovantes dans son quotidien. Il n’hésite pas à varier au maximum le type d’activité physiques qu’il exerce dans son temps libre. On l’a notamment vu s’entraîner aux côtés de boxers, d’athlètes, ou du tennisman numéro 1 mondial, Novak Djokovic.

    https://www.instagram.com/p/BIQvUvQgo7_

    Chacun de ces sports peut apporter un atout supplémentaire à un footballeur en améliorant un aspect important de son jeu. La boxe aide énormément à améliorer la prise d’appuis, alors que le tennis se concentre sur l’explosivité, les réflexes mais aussi la coordination. De même, la natation permet de travailler l’endurance sans agresser ses muscles, et d’améliorer sa respiration. Dans un autre registre, Gareth Bale et plusieurs joueurs du Real Madrid ont beaucoup fait parler d’eux en montrant leur amour pour le golf. Cette activité au rythme beaucoup plus lent que les autres sollicite des muscles différents, aide à la récupération active tout en faisant travailler la capacité de réflexion du joueur. Car si l’aspect physique est important pour s’améliorer en tant que footballeur, le mental l’est tout autant.

    Travailler sur le mental

    Le 8 décembre 2019 à Marseille (17ème journée de championnat), Yacine Adli avait donné l’avantage aux Girondins d’une belle frappe du droit en première période. L’équipe a finalement sombré en encaissant 3 buts de l’OM au retour des vestiaires (défaite 3-1). C’était l’un des exemples du manque de combativité et de concentration qui a sauté aux yeux des supporters la saison dernière. Autre fait marquant, celui du 16ème de finale de Coupe de France contre le Pau FC. Le modeste club de National avait montré plus d’envie en arrachant au FCGB une victoire inattendue en prolongations (score final 3-2). Un résultat qui symbolise une faille au niveau du mental des joueurs au sein d’un club qui, en 10 ans, s’est fait éliminer 5 fois de Coupe de France par des équipes évoluant dans des divisions inférieures.

    https://www.instagram.com/p/B50968oozw7

    Ces failles au niveau du mental et de la stratégie dans les prises de décisions des joueurs sur le terrain peuvent être travaillées par le biais de plusieurs activités. Les jeux de tables comme les échecs, ou les jeux de cartes tels que le blackjack en font partie. Ils s’avèrent être un bon entraînement pour la mémoire visuelle des joueurs. Durant une partie de blackjack en ligne, les joueurs peuvent aussi développer leur capacité de concentration sous pression et d’analyse de la situation. Des atouts indispensables pour avoir une vision du jeu intelligente sur le terrain.

    Dans une étude menée en 2015, le Dr. Hans-Dieter Hermann, travaillant à l’époque pour l’équipe nationale allemande (championne du monde en 2014), a démontré que les jeux vidéo pouvaient aussi contribuer à améliorer la vitesse du traitement de l’information par les footballeurs lors d’un match. En effet, les joueurs disposent d’un temps très réduit pour prendre une décision au moment où ils reçoivent le ballon, notamment depuis que le rythme des rencontres s’accélère d’année en année.

    Les Marine et Bleu ont donc besoin de ce genre de renouveau dans leurs activités pour parvenir à se réinventer et retrouver un rythme que le club a perdu depuis près de 10 ans. La dernière fois que le FCGB a remporté le moindre trophée était en 2002 (Coupe de la Ligue). Depuis, les Girondins ont été rattrapés puis dépassés par les autres clubs français. Seule une remise en question des techniques actuelles pourrait changer la donne.