Florian Brunet : “Recrutons des garçons qui vont être rattachés au club. On fait n’importe quoi avec la formation. On doit les chouchouter les clubs de la région, on nous parle de les faire payer, mais quelle honte !”

    logo girondins formation

    Florian Brunet a parlé un peu plus de sportif, mais en relation avec l’identité des Girondins de Bordeaux. Voici la vision du porte-parole des Ultramarines au niveau de la formation, mais également des professionnels que l’on recrute.

    “Il faut appréhender ce que sont les Girondins de Bordeaux. Si on ne peut pas aller chercher la Ligue des Champions, visons au moins l’Europe… mais recrutons des garçons qui vont être rattachés au club. On fait n’importe quoi avec la formation, il n’y a plus aucun lien avec le clubs de la région. Ca devrait être la base, on doit les chouchouter les clubs de la région, on nous parle de les faire payer, mais quelle honte ! On devrait les arroser d’invitations. Vous vous souvenez Alain (Bauderon, journaliste GOLD FM, NDLR) à Lescure avant on entendait ses chants aigus, et ça nous énervait parce que quelque fois ils étaient tellement forts qu’ils étaient sur les chants du Virage. Mais quelque part ça nous énervait mais qu’est-ce qu’on adorait ça… Car c’était tous ces gamins qui venaient au stade et qu’on ne voit plus car c’était peut-être quelques-uns des futurs joueurs mais surtout des futurs supporters. Aujourd’hui on vient nous dire que ça s’appelle de la charité alors que c’est la base, il y a 20 000 supporters payants à Gallice, il doit y avoir 15 000 invitations d’enfants, de jeunes du coin. Non seulement les faire venir au stade mais leurs ouvrir la pleine des sports. On me dit « mais oui mais on se fait piquer les meilleurs jeunes à 16-17 ans ». Et bah on doit les faire venir à 12 ans. Il faut être les premiers partenaires de tous les clubs de la région. Et c’est le contraire qui est fait. On va chercher des jeunes aux quatre coins de la planète mais à niveau égal, il faut un jeune de la région. Au final qu’est-ce qui va être important, c’est le supplément d’âme… Et on peut même se permettre qu’il soit un tout petit peu moins bon ce jeune-là, parce que lui il sera ce que veut dire Girondins de Bordeaux. Tous les jeunes qu’on recrute aux quatre coins de la planète, qu’ils soient à Lyon, Monaco ou Strasbourg, c’est pareil. Un jeune qui est issu de la région, comme Lizarazu ou Dugarry, ils l’apportent ce supplément d’âme. Nous on veut une équipe opérationnelle qui nous parle de ça, c’est ce qui nous permettra de remettre les choses en marche. Idem sur le recrutement des professionnels, il faut arrêter de ne recruter qu’au talent. Il faut arrêter de recruter à l’exotisme, je n’ai rien contre les brésiliens, les africains évidemment, mais allons un peu vers notre vivier local. Il faut créer de l’âme”.

    GoldFM

    Retranscription Girondins4Ever