Florian Brunet : “Tout est saccagé de la cave au grenier ! Le club continuellement est traîné dans la boue…”

    girondins

    Florian Brunet a répondu à la question de savoir si la crise actuelle entre les supporters des Girondins de Bordeaux et Frédéric Longuépée, pouvait impacter le domaine sportif et donc les joueurs bordelais.

    « Déjà on n’est pas au mois d’août, on n’a pas repris l’équipe mais moi je trouve toujours fort de café de nous demander ça à nous, quand on sait l’importance qu’a le Virage Sud dans l’environnement du club, vous dites ça à des personnes qui en semaine à Prague, à l’autre bout de l’Europe sont 400-500 et font rayonner la ville de Bordeaux, et finalement donnent plus de fierté ce jour-là que l’équipe sur le terrain. On parle de gens qui participent à faire venir les gens au stade. Combien de gens ne viendraient pas au stade s’il n’y avait pas le Virage Sud ! Donc à un moment donné on ne peut pas uniquement se comporter comme des moutons, on ne peut pas tout nous faire, et là on nous a tout fait : on nous a insultés, bafoués, volés, violentés… tout est saccagé de la cave au grenier ! Et on ne parle pas que du Virage Sud, aujourd’hui le logo… le club continuellement est traîné dans la boue. Vous voyez les affaires qui ont commencé à sortir et qui vont continuer. Là aussi depuis le début, nous, on a informé sur le pedigree de Varela, sur le pedigree de Macia, ça sent la magouille à plein nez. Nous, on ne va pas trop sur ce terrain-là car on n’est pas journaliste d’investigation, mais à un moment donné ça commence à faire beaucoup. Il y a urgence, comment on peut faire comme si de rien n’était et continuer de chanter gentiment pour surtout ne pas handicaper l’équipe ? Un club de foot, ce n’est pas qu’un club de foot, c’est une âme, c’est un lien entre une institution et une population, c’est quelque chose de très affectif, qui vous prend aux tripes, qui vous met de bonne ou de mauvaise humeur. On ne peut pas faire comme si de rien n’était. Je pense que l’année dernière, le match contre Nîmes est l’exemple parfait. Ce n’était pas notre volonté mais le match s’arrête parce que Monsieur Longuépée se prend pour un dictateur et nous empêche de rentrer des banderoles, ça ne nous a pas empêchés de gagner 6-0. L’année dernière, à chaque fois qu’il y avait une manifestation, l’équipe ne s’en est pas trop mal sortie sur le terrain. On les connait les joueurs, on va les voir, pour Marseille quand on va les voir à 500, qu’on leur fait passer ce supplément d’âme… ils n’ont jamais perdu. Soyons fiers d’avoir un public comme ça, d’avoir une tribune populaire qui défend l’histoire et les valeurs du club. Je pense que pour l’équipe, ça donne une force. Quand on joue pour un club qui a une vraie identité, des vrais supporters, ça donne ce supplément d’âme nécessaire. Il vaut mieux avoir un club comme ça qu’un club avec des gens qui sont des moutons. Non, c’est une fausse idée, notre intention n’a jamais été de pénaliser l’équipe ».

    GoldFM

    Retranscription Girondins4Ever