Bruno Fievet : “On mettra le prix qu’il faut. Si c’est 80M€, 100M€, pourquoi pas. Ce n’est pas ça qui va nous arrêter”

    Bruno Fievet
    Photo FCGB

    Bruno Fievet a évoqué sur L’Equipe 21 la valeur marchande des Girondins de Bordeaux. En cas de vente de la part de l’actionnaire King Street, il assure pouvoir mettre l’argent qu’il faut sur la table.

    A mon avis, le prix de Bordeaux est difficile à définir, parce qu’il faut tenir compte d’un certain nombre de paramètres. Le prix que vaut King Street mais aussi la dette, le déficit, et les contrats des joueurs. Ce prix va varier forcément en fonction d’un certain nombre de paramètres. L’un d’entre eux, c’est est-ce que Bordeaux aura la gestion de son stade, c’est une discussion en cours depuis quelques semaines, et clairement ça peut changer le prix d’achat. On ne s’est pas fixé un prix limite en bas ou en haut, ce n’est pas vraiment le problème. On est là sur un projet de très long terme. On voudrait juste pouvoir discuter déjà avec King Street, de voir comment il voit les choses, pour ensuite faire notre étude du marché. Et ensuite, on mettra le prix qu’il faut. Si c’est 80M€, 100M€, pourquoi pas. Ce n’est pas ça qui va nous arrêter. L’important, c’est déjà de rentrer en discussions. Mais je pense que les Girondins de Bordeaux, aujourd’hui, si on regarde bien l’effectif etc, ça ne vaut pas le prix qu’ils les ont acheté il y a deux ans. Tout le monde parle de 100M€, je crois qu’on était plus près des 70M€, puisque il y a une somme de la vente de Malcom. On peut imaginer, que sur une opération blanche à 70M€, le club pourrait être vendu, et là on pourrait se porter acquéreur à ce prix-là.

    Retranscription Girondins4Ever