Pierre Ducasse : “L’aisance technique de Denilson à l’entraînement. Le mec, il est relâché, il fait un peu ce qu’il veut. Mais même nous si on veut le faire on n’y arrive pas”

    Pierre Ducasse joueur Bordeaux

    Avec 15 ans de carrière professionnelle, Pierre Ducasse a croisé de nombreux joueurs. L’ancien milieu de terrain des Girondins de Bordeaux a énuméré les joueurs qui l’ont marqué le plus au cours de sa carrière.

    “Steven Gerrard. Quand j’étais titulaire contre Liverpool, on a pris la foudre. Déjà dans le tunnel, je regardais ses pieds et tout. Tu joues contre une légende comme ça, tu es un peu admiratif. Le rythme qu’il met dans ses passes, dans ses courses, aussi bien dans la surface adverse que dans sa surface, c’était incroyable. Un tel niveau dans chaque domaine… et contre Bordeaux. Parce qu’il faut remettre le contexte parce que Liverpool qui joue contre le Barça, ce n’est pas le Liverpool qui joue contre Bordeaux. Il n’y a pas la même motivation, c’est indéniable. Tu joues contre un petit club de Ligue des Champions quand tu joues contre Bordeaux car il n’y a pas eu beaucoup d’épopées, c’est un club un peu novice sur cette compétition. On n’est pas chevronné nous, alors que Liverpool l’a gagné je ne sais pas combien de fois, les mecs jouent les Coupes du Monde. Donc la motivation n’était pas forcément à 100% pour Liverpool. C’est un joueur hors norme, c’est celui qui m’a le plus impressionné quand j’ai joué contre lui. Après, à mes débuts, quand je jouais avec Ricardo contre Monaco, il y avait Yaya Touré. Là, c’était hard aussi. Déjà, il fait un pas, toi tu en fais trois. C’était un dribbleur, il est physique, il a la finition, il a une frappe, il sait enrouler. Il était complet et on voit la carrière qu’il a faite aussi. Je ne sais plus à quel poste il jouait à ce match mais je peux te dire qu’il était partout. Je me rappelle comme si c’était hier, il fait une course dans le dos de notre arrière droit, Franck Jurietti ou David Jemmali, moi je suis 6 donc je le suis. Il a le ballon, il se met sur son pied droit pour centrer vers le but et je vois qu’il va me faire une feinte. Il me fait une feinte et j’anticipe la feinte et je me mets entre lui et le ballon. Il me fait une faute en me percutant, mais laisse tomber c’est un 35 tonnes qui m’a poussé dans le dos. C’était un monstre, il était dur comme du béton. Je m’en rappellerais toujours. J’ai des flashs comme ça, parfois. Comme un peu Momo Sissoko quand on a joué contre lui face à Liverpool. Lui aussi, c’était un monstre physique et pas maladroit avec ses pieds. Un mec comme Momo Sissoko, tu parles de lui comme d’un joueur lambda mais c’est un joueur qui a joué à Liverpool, à la Juve, Valence. C’est dingue comme carrière. On est dans une génération où on a Messi et Ronaldo. Donc si tu n’es pas l’un des deux, tu es un bon joueur, tu as fait une grosse carrière… Mais tu imagines lui, il a joué dans ces grands clubs et il était titulaire, ce n’était pas un pion dans le club. Après je peux en citer plein de joueurs. L’aisance technique de Denilson à l’entraînement. Le mec, il est relâché, il fait un peu ce qu’il veut. Mais même nous si on veut le faire on n’y arrive pas. Lampard aussi. Je me rappelle dans le tunnel on regarde ses pieds aussi, ils étaient difformes. Il mettait des sacoches quand il frappait, c’était incroyable. Je me souviens de l’époque de Lyon avec au milieu Essien, Juninho, Mahamadou Diarra, Malouda, Wiltord, ils avaient une équipe de psychopathes”.

    Retranscription Girondins4Ever