Rolland Courbis : “Si tu as peu de temps, tu fais toujours des conneries. Ce qui m’emmerde le plus, c’est quand on se retrouve dans la situation de Noël Le Graët ou de Didier Deschamps, c’est compliqué de dire ‘merde, on a fait une connerie’ ?”

    Rolland Courbis

    L’ancien coach des Girondins de Bordeaux et désormais consultant RMC, Rolland Courbis, est revenu sur la décision trop rapide selon lui d’arrêter les compétitions de football en France, plutôt que d’attendre pour voir comment la situation évolue, ce qu’ont fait les autres pays.

    « On n’est pas d’une intelligence rare, même si on a quand même la prétention de ne pas être parmi les plus stupides. Mais si un Président, un Premier Ministre, appellent le Président de la Fédération, ce n’est quand même pas sorcier de leur dire d’attendre la fin mai… Quand j’écoute notre Premier Ministre, et alors qu’il est quand même très compétent et très intelligent, a du mal à s’exprimer, a du mal à dire pourquoi il ne peut pas prendre de décision à la place de la Ligue ou de la Fédération… Je ne me pinçais pas parce que j’avais compris… Il y avait quand même la possibilité de se dire que ce virus saisonnier ne soit plus là, ce qui se passe d’ailleurs de plus en plus tous les jours, à la fin du mois de mai. Et à ce moment-là, il n’y aurait plus eu l’histoire des tests, des masques, on aurait eu le temps de voir les allemands qui ont voulu gagner le championnat du monde de celui qui reprenait en premier… C’est ça qui m’ennuie le plus. Ce n’est pas de se dire ‘moi j’avais raison’. On avait tout simplement à cette époque-là la sagesse de se dire… Didier Deschamps disait que c’était une décision sage : non ! C’est une mauvaise décision prise parce qu’on a mal conseillé les personnes qui ont la responsabilité de les prendre […] En tant que représentant du football, je me suis pris dans la gueule ‘le football n’est pas une priorité’. Mais évidemment dans la période actuelle… On n’a jamais dit ça. Mais on peut répondre quand même en disant ‘ne nous faites pas plus petits que ce que l’on est quand même’. Est-ce qu’on ne mérite pas d’avoir la décision du gouvernement à la fin du mois de mai comme beaucoup d’organismes importants qui attendent ? Les bars, les hôtels, les plages… Quand on ne se presse pas, on évite de faire des conneries… Et quand on prend des décisions trop rapides, dans les affaires ou autres, si tu as peu de temps, tu fais toujours des conneries. Ce qui m’emmerde le plus, c’est quand on se retrouve dans la situation de Noël Le Graët ou de Didier Deschamps, c’est compliqué de dire ‘merde, on a fait une connerie, on a mal conseillé notre Premier Ministre et notre Président de la République’. Mais non, allons, tu es fou… ».

    RMC

    Retranscription Girondins4Ever