Loïc Prud’homme : “Il y a manière de faire avec les supporters, à faire autrement qu’avec des fonds de pension, ces gens sont vraiment là pour faire du business comme ils vendraient des boutons de chemise”

    king_street_3_2

    Loïc Prud’homme, député de la France Insoumise de Gironde, a donné quelques idées pour lutter sur la perte d’identité des clubs comme aux Girondins de Bordeaux, et surtout limiter l’actionnariat étranger.

     « Evidemment que le foot professionnel, qui n’est pas forcément mon idéal absolu, doit rester un sport populaire et je pense qu’il y a manière de faire autrement (qu’actuellement). Et notamment il y a manière de faire avec les supporters, à faire autrement qu’avec des fonds de pension et des financeurs qui n’ont rien à faire du sport, qui sont vraiment là pour faire du business comme ils vendraient des boutons de chemise. Ça, ce n’est vraiment pas acceptable. Il y a une autre voie possible, comme certains exemples du championnat allemand, où il y a cette règle du 50+1, où les grands financiers, les financeurs extérieurs, ne peuvent pas détenir plus de 49% d’un club, le reste appartement à leurs supporters, ce qui permet d’avoir une direction sportive et populaire qui est assurée par les supporters. Ça peut être une voie. Et je cite aussi l’exemple du Red Star qui est un club qui a su rester populaire, qui a su garder l’âme de ce que doit être le foot, en étant professionnel. Je précise aussi que si aujourd’hui on évolue dans un football qui est professionnel, celui-ci doit participer à financer le football amateur. Et là, on est en train d’inverser complètement la matrice, où les Girondins de Bordeaux aimeraient être financés par le championnat amateur et en plus des fonds de pension ».

    TV7

    Retranscription Girondins4Ever