Jules Koundé : “A la fin de l’entrainement, il est quand même venu me dire ‘demain je te reprends, mais je te laisse deux minutes pour te mettre dans l’entrainement sinon tu dégages’ (rires)”

    Jocelyn Gourvennec

    Jules Koundé a raconté une anecdote le concernant quand il était aux Girondins de Bordeaux, vacillant entre les pros et la réserve, à l’époque de Jocelyn Gourvennec.

    « C’était avec Jocelyn Gourvennec, on s’entrainait sur le terrain 8 au fond. On fait un entrainement, on commence, et dès le début de l’entrainement, je ne suis pas dedans. Je loupe des choses faciles, de passes… Une catastrophe. On change de jeu, et le coach adjoint donne les chasubles etc… Et une fois que c’est fini, je vois qu’il n’a pas dit mon nom. Je m’approche de lui, en lui disant qu’il n’a pas dit mon nom… Il me dit va voir le coach, Jocelyn Gourvennec, qui était sur le bord de la touche. Je vais le voir, je lui demande comment ça se passe, je n’ai pas de chasuble, on ne m’a pas appelé. Il me dit : ‘tu peux aller t’étirer’. Cela faisait 15 minutes qu’on avait commencé l’entrainement, et il m’envoie m’étirer. J’étais vraiment catastrophique ce jour-là. C’était particulier parce que quand on s’entraine sur le terrain 8, tu as tous les journalistes, toutes les caméras, qui sont là, et tu passes devant… J’ai fait le tour du terrain, et je suis allé m’étirer contre la barrière pendant… 40 minutes… J’ai fait genre que j’étais ménagé, qu’il y avait une petite douleur derrière la jambe… C’était dur, mais quand on regarde dans le rétro, c’était marrant. A la fin de l’entrainement, il est quand même venu me dire ‘demain je te reprends, mais je te laisse deux minutes pour te mettre dans l’entrainement sinon tu dégages’ (rires) ».

    Nandochachalana

    Retranscription Girondins4ever