Jocelyn Gourvennec : “Ils m’ont renforcé dans l’idée que j’ai d’un club : le sportif doit être au cœur du projet de développement”

    Christophe Urios

    Dans Le Télégramme, Jocelyn Gourvennec, l’ancien entraîneur des Girondins de Bordeaux, est revenu sur la formation qu’il suit actuellement, celle de Manager Sportif. “C’est une autre vision du haut niveau. Les dirigeants des autres sports font avec moins de moyens, cela les oblige à réfléchir encore plus. Aujourd’hui, on est à un carrefour. Les revenus des clubs, à part les droits télé, sont mis en sommeil. Il n’y a pas de billetterie, le sponsoring est à l’arrêt, la vente des joueurs est incertaine… Parmi les intervenants, nous avons eu Claude Onesta, Ugo Mola, Christophe Urios, Marc Lièvremont, Pierre Dréossi ou Grégory Ursule du club de Rodez. Ils m’ont renforcé dans l’idée que j’ai d’un club : le sportif doit être au cœur du projet de développement. C’est fondamental, il n’y a pas d’autre voie. Dans le rugby, l’entraîneur est plus manager, il a davantage de poids dans les décisions stratégiques. Cela manque dans le foot, où on le considère seulement comme un entraîneur d’équipe. De manière générale, on n’a pas non plus un très grand respect de la fonction d’éducateur, je parle même des éducateurs de jeunes. Or, pour moi, les prises de décisions devraient être collégiales. Après, il faut les bonnes personnes aux bons postes. Il ne faut pas se tromper sur l’humain et ne pas oublier l’aléa sportif”.