Jocelyn Gourvennec : « Juger les progrès d’un entraineur et d’une équipe, c’est sur trois ans minimum »

Jocelyn Gourvennec

Jocelyn Gourvennec a évoqué la période d’adaptation qu’il faut pour un coach arrivant dans un club pour définir son groupe et façonner son effectif. « Idéalement, il faut 5 mercatos pour impacter un groupe. Tu y vois plus clair au bout de trois ans. C’est difficile de construire un collectif en moins de temps. Les clubs font souvent signer des contrats de deux ans aux entraineurs car c’est ce qui est légal, mais pour la durée de vie d’un groupe, cela n’a pas de sens. Les mercatos te permettent de moduler ton effectif par rapport à tes idées, c’est ça le plus important. Tu peaufines, tu fais des réglages. Juger les progrès d’un entraineur et d’une équipe, c’est sur trois ans minimum. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut attendre trois ans pour avoir des résultats […] Ce que l’environnement médias et supporters ne comprennent pas, c’est qu’on ne peut pas tricher avec la montre. Les gens voudraient que ça aille vite, qu’on ait tout et tout de suite, et qu’on ait un collectif performant de suite, mais ce n’est pas possible. C’est un apprentissage à l’école, avant d’avoir les reins pour passer ton bac, il faut bien travailler avant. On ne peut pas devenir un super joueur de piano en un an ».

Onze Mondial

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des