Manu Lonjon : « Bordeaux se retrouve avec une masse salariale d’un club de top 5 mais avec une équipe qui n’a rien avoir avec le top 5 »

Paulo Sousa, Benoit Costil, Laurent Koscielny

Manu Lonjon a été questionné sur le regard qu’il porte à la direction des Girondins de Bordeaux. Il lui a été demandé si il avait notamment confiance en King Street. Voici sa réponse.

« J’ai autant confiance en King Street que j’avais confiance en GACP, donc c’est à dire à peu près aucune. Pour une raison assez simple : c’est que les gars sont assez dans la mentalité américaine et d’arriver et de dire ‘on va jouer, on veut être en Ligue des Champions’. Mais enfin, si vous suivez le foot, vous ne pouvez pas arriver… Si tu veux faire ça, il faut mettre 100 ou 200 millions dès que tu peux le faire. Mais là au départ, ils arrivent, et regarde le recrutement. Est-ce que tu te souviens de la première chose qu’a fait GACP après avoir racheter le club ? C’est de vendre Koundé 25 millions. Et là, tu te dis qu’il y a deux possibilités. Moi je trouvais déjà que le message il était nullissime parce que tu vends un enfant du club. Et alors que tu arrives et tu dit que tu as de l’ambition, la première chose que tu fais c’est de vendre le mec le plus bankable que tu as. Et là après où tu te poses la question, c’est que tu te dit ils mettent 25 millions. A la limite, tu les récupères et ça va te permettre d’investir. Mais quels sont les investissements qui ont été fait ? Moi par exemple je ne fais pas partie des gens qui trouvent que le trading est une insulte. Je comprends même que ça soit un modèle économique quand tu n’es pas richissime et que tu n’as pas des fonds et que tu sois obligé de contrôler tes dépenses. Mais tu as acheté qui ? Aujourd’hui, Bordeaux, tu me parles de profil, de potentiel, mais qui ? La masse salariale de Bordeaux, elle est énorme ! Et qui a les gros salaires ? C’est Benoit Costil, c’est Laurent Koscielny… Ne me dit pas que c’est là-dessus que tu comptes faire du trading. Alors que tu aies des joueurs comme ça, ce sont des bons joueurs, que tu les payes bien je l’entends, mais aujourd’hui Bordeaux se retrouve avec une masse salariale d’un club de top 5 mais avec une équipe qui n’a rien avoir avec le top 5 ».

ARL

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des