Florian Brunet : « Sans ces vrais problèmes philosophiques, on ne serait pas mécontents de ce qui se fait jusqu’à maintenant. C’est certainement le meilleur mercato depuis la Ligue des Champions »

Florian Brunet

Florian Brunet a livré son point de vue sur le rachat après une année pleine pour les Américains à la tête des Girondins.

« Nous, finalement, s’il n’y avait pas ces tensions et ces vrais problèmes philosophiques avec Frédéric Longuépée et Antony Thiodet et un rapport humain complètement désastreux, on ne serait pas mécontents de ce qui se fait jusqu’à maintenant. On a été les premiers à dire qu’on aurait aimé avoir ce mercato un peu plus complet mais objectivement c’est certainement le meilleur mercato depuis la Ligue des Champions. Paulo Sousa fait de l’excellent travail, le rapport humain là est très bon. Ce sentiment d’appartenance qui est très important pour nous, pour Sousa, il l’est aussi. Et si King Street imaginait faire du développement commercial sans le sportif, on a toujours eu l’impression qu’avec Varela, car DaGrosa ne connaît rien au football mais il a été cherché Varela pour qu’il incarne le sportif et le conseille au niveau sportif, on a toujours eu l’impression que Varela a parfaitement compris que le sportif était d’une importance capitale et que sans une vraie ambition sportive, on n’arriverait jamais à développer le club. Finalement, on était satisfaits de ces relations et on apprécie que ces relations puissent exister après une campagne à l’automne 2018 qui a été pour notre part très violente. On avait vraiment usé de toute les possibilités pour empêcher le rachat, jusqu’à décaler le vote au conseil municipal de la mairie, en étant reçus par Alain Juppé et en mettant en avant tout ce qui nous inquiétait dans ce rachat. Ce qui nous a plu c’est que DaGrosa, au lieu de se braquer, nous a écouté et nous a dit ‘je comprends vos inquiétudes, mais je vais vous prouver que l’on va y arriver et qu’on va faire avancer le club’. Il n’y a que ça qui nous intéresse, que le club avance. La seconde, c’est que la tribune populaire soit centrale dans la vie du club parce qu’on estime que les Girondins de Bordeaux, est un club particulier, qui a une histoire qui lui est propre et où les Ultramarines, le Virage Sud s’est développé à travers les décennies, en travaillant dans un partenariat très serré avec le club, notamment sur les 20 dernières années et avec à son apogée, l’organisation de l’adieu à Lescure qui a vraiment marqué une génération et qui a sacralisé réellement, l’importance des Ultramarines au sein du club. Voilà les deux conditions : une ambition sportive et que le Virage Sud soit respecté à sa juste valeur. Varela, DaGrosa, Sousa et Macia, nous ont donné les garanties de ces deux points et nous l’ont prouvé. Non pas en faisant venir deux têtes d’affiche mais en en faisant venir au moins une car un Koscielny avec le salaire qui va avec, on n’avait pas vu ça depuis la signature de Yoann Gourcuff. Ca faisait 9 ans que l’on n’avait pas vu un joueur d’un tel standing. Derrière, il y a un recrutement qui est pertinent, on l’aurait voulu plus complet mais il est quand même intéressant et ça se confirme sur le terrain ».

Revue Far Ouest

Retranscription Girondins4Ever

Le rachat des Girondins, quel bilan un an après ?

Publiée par Revue Far Ouest sur Samedi 16 novembre 2019

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des