Laurent Perpigna : « Qui dit dialogue avec la Préfecture dit dialogue avec la police, et ça, je ne connais pas un seul groupe ultra qui est prêt à le faire »

Laurent Perpigna

Toujours lors de la conférence organisée par Revue Far Ouest, Laurent Perpigna est revenu sur la relation des groupes de supporters avec les différentes Préfectures. « A Bordeaux on a des relations régulières avec la mairie par exemple. Au niveau de la Préfecture c’est beaucoup plus compliqué, ce n’est pas du tout le cas. Il n’empêche qu’ils connaissent notre manière de fonctionner, les ressors Ultras pour nous pratiquer depuis un moment. Il faut aussi dire qu’à Bordeaux, les Ultramarines font partie des groupes les plus engagés sur les questions des défenses des droits des supporters. Tout le monde nous connait là-dessus. Je pense qu’au niveau des vagues de répression qu’ont subi la France d’ailleurs ces derniers mois, il est intéressant de rappeler que les groupes les plus touchés ont été ceux qui ont été les plus véhéments face aux politiques répressives, et qu’on condamne les fumigènes ou la violence de la même façon qu’on condamne une contestation. Tout ça pour dire que sur la relation entre les supporters et les Instances, effectivement il y a un énorme travail à faire là-dessus. Mais qui dit dialogue avec la Préfecture dit dialogue avec la police, et ça, je ne connais pas un seul groupe ultra qui est prêt à le faire. Donc, c’est compliqué (sourire) ».

 

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des