Michaël Ciani : « Laurent Blanc ne m’avait pas promis d’être titulaire, c’était à moi de m’imposer, je n’avais pas peur de la concurrence »

Henrique et Planus, la charnière centrale des remplaçants.

Michaël Ciani est revenu sur les circonstances de son arrivée aux Girondins de Bordeaux, lui qui avait dans l’idée de partir en Angleterre. Laurent Blanc a finalement changé la donne et il explique comment il a gagné sa place, avec la concurrence à l’époque de Marc Planus et Carlos Henrique.

 

« En fait, je suis venu à Bordeaux mais au départ je voulais partir en Angleterre. Je m’étais dit que le seul club qui pourrait me faire rester en France, ce serait Bordeaux. Là, Laurent Blanc m’appelle et je sens qu’il a réellement le désir de me faire intégrer son groupe. En sachant qu’il y a Henrique et Marc Planus qui étaient titulaires et qui allaient jouer. Je n’avais pas peur de la concurrence, j’étais sur une bonne lancée. Il ne m’avait pas promis d’être titulaire, c’était à moi de m’imposer. Il m’a juste dit qu’on aurait un groupe solide, qu’il comptait sur moi. Je me suis vite imposé. Je me rappelle que le premier match après mon arrivée, contre Lens, on gagne 4-0 avec un festival de Yoann Gourcuff et même de l’équipe entière. C’était magnifique, je me disais que j’étais arrivé dans une équipe de fous. Et après, on joue à Sochaux où on gagne 2-1, on avait pris un but, ça n’avait pas plu à Laurent Blanc. Défensivement, on avait un peu galéré, on n’avait pas été hyper sereins, mais on gagne quand même. Après ce match, il a décidé de me faire titulaire avec Marc Planus. On mène 4-0 face à Nice à domicile, et je fais un très bon match. A partir de là, j’ai gagné ma place et c’est comme ça que ça s’est fait. J’ai joué toute la saison avec Marc Planus, et de temps en temps avec Henrique. Je crois que j’ai fait une saison à 50 matches quasiment tout compris […] Dans l’évolution de ma carrière, j’étais titulaire indiscutable à Lorient – même si je n’aime pas trop ce thème-là – et il fallait que je fasse la même chose à Bordeaux mais pour ça, il fallait prouver aussi. On connaissait Michaël Ciani de Lorient, on savait qu’il pouvait aider un club comme les Girondins, mais il fallait quand même le prouver sur le terrain. Et dès cette première rencontre face à Nice où on gagne 4-0, le coach est satisfait. Il fallait rester sur ce truc-là. Derrière, on a fait une superbe campagne européenne. Ça a conforté les pensées du staff. C’est comme ça que je me suis imposé. Mais il ne m’avait rien promis, je savais à quoi m’attendre ».

ARL

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des