Hervé Bugnet : « Nous sommes les Girondins de Bordeaux avec une histoire et j’ai peur que ces nouveaux investisseurs nous tuent un peu le club »

stade matmut atlantique

Hervé Bugnet est revenu sur les évènements qui se sont passés en tribune lors du match entre Bordeaux et Saint-Etienne où les Ultramarines ont déserté le Virage Sud pour faire passer un message à la direction et plus particulièrement à Frédéric Longuépée et Antony Thiodet.

« J’étais au match et j’étais très agacé. Quand j’ai vu que notre emblématique Virage Sud n’allait pas supporter nos Girondins, je me suis dit qu’il y a gourbi. Et quand j’ai vu les banderoles, j’étais un peu agacé car on n’est pas le QSG. Nous sommes les Girondins de Bordeaux avec une histoire et j’ai peur que ces nouveaux investisseurs nous tuent un peu le club. Les Girondins de Bordeaux ont des valeurs. Nos supporters sont là pour encourager notre équipe, et on l’a vu contre Saint-Etienne on n’entendait que les Stéphanois. Je serai même pour que les mecs qui se décarcassent et qui viennent encourager les Girondins de Bordeaux, limite ne payent pas leur place car ils viennent se casser le cul, pardonnez-moi l’expression, pour venir au stade quand il pleut, quand il fait beau soleil, quand il neige… J’aimerais bien que ce club se pérennise. Il y a eu encore quelques incidents à l’intérieur du club où ils ont dû virer des gens. Ils ne se préoccupent même pas de… Ils bousillent des familles. Ça commence sérieusement à m’agacer. Maintenant, on va voir dans l’avenir. S’ils veulent mettre de l’oseille, qu’ils en mettent mais qu’ils fassent venir les joueurs adéquats comme par exemple notre défenseur central Laurent Koscielny, qui vient d’arriver. C’est une marque certes de progression. Maintenant, tout ce qui est autre objet financier du club, ça m’agace car on vit aujourd’hui dans un monde où il n’y a que l’oseille qui compte et les valeurs on les oublie un petit peu ».

ARL

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des