Florian Brunet : « Il faut quand même être sacrément culotté dans cette ambiance-là, pour faire un tel communiqué. En 32 ans d’histoire, depuis Claude Bez on n’avait pas été attaqués de la sorte » »

Florian Brunet

Pour Le Point.G, Florian Brunet, est revenu sur le communiqué publié par le club juste avant la rencontre Bordeaux/Saint-Etienne, visant indirectement les Ultramarines et qui n’a pas été du goût du Virage Sud, qui l’a montré en désertant la tribune lors de la dernière rencontre.

« Le communiqué, c’est un affront sans nom. En 32 ans d’histoire, depuis Claude Bez on n’avait pas été attaqués de la sorte. Il faut lire entre les lignes, le mot Ultramarines n’est jamais cité. Jamais. Nous sommes ‘un des groupes de supporters’. Enfin, il faudrait quand même informer ces deux messieurs, sans du tout mépriser les Irréductibles, les Marine & Blanc Ile de France, ou les autres associations de supporters, mais enfin bon, toutes raisons gardées… A Bordeaux, il y a une association principale, ce sont les Ultramarines. ‘Une association de supporters’, c’est une insulte à ce que représentent les Ultramarines au sein des Girondins de Bordeaux. Et la façon dont ils ont utilisé tous nos termes, comme s’ils les avaient découvert avant-hier… Jamais ils n’ont employé ces termes. Pourquoi n’ont-ils pas parlé de marque dans ce communiqué ? Tout d’un coup, le mot marque a disparu. Et là on parle de ‘football populaire’. C’est quoi ces techniques de com’ de bas étage… Le communiqué de samedi matin, c’est une nouvelle insulte. Non seulement c’est une nouvelle insulte, mais il est un peu tête brûlée Frédéric Longuépée, enfin pas assez pour venir nous faire face dans la tribune comme l’avait fait Jean-Louis Triaud… Il avait même des difficultés à m’appeler donc il ne déborde pas de courage… Mais enfin samedi matin, il faut quand même être sacrément culotté dans cette ambiance-là, pour faire un tel communiqué. Donc visiblement, il veut le conflit. Nous, il n’y a pas de problème, on va continuer. Et de toute façon, et c’était déjà le cas avant samedi, mais là vraiment ce communiqué empêche toute possibilité de réconciliation à l’avenir avec ces deux individus. Nous ne leur reparlerons plus jamais, c’est une évidence. Aujourd’hui, nos interlocuteurs au club sont avant tout Joe DaGrosa, Hugo Varela, Eduardo Macia, et Paulo Sousa. Aujourd’hui, la direction du FCGB, ce sont ces quatre personnes-là. Et aucune autre. On ne reconnaît personne d’autre comme représentant des Girondins de Bordeaux ».

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des