Marc Planus : « Finir ma carrière dans un autre club en France, je n’en avais pas envie. Je pense que j’ai arrêté de la bonne manière, en n’ayant connu qu’un seul maillot »

Marc PLANUS et Henri Saivet

A la question de savoir s’il avait failli quitter un jour les Girondins de Bordeaux, Marc Planus répondit par l’affirmative, sans pour autant forcément donner les clubs.

« J’ai failli changer d’air que deux ou trois fois sur les douze ou treize ans. J’ai toujours trouvé qu’à Paris, au Parc des Princes, il y avait une ambiance exceptionnelle. C’est vrai qu’on avait poussé les discussions loin pour y aller. Mes deux frères vivaient à Paris, et j’étais autant passionné d’architecture que de football. Paris est la capitale pour ça donc je m’étais dit que de joindre les deux passions en même temps, ça pouvait le faire. Ca ne s’est pas fait. Il y a eu aussi, juste avant l’arrivée de Laurent blanc, avec Ricardo, on avait fait notre histoire. Je m’étais mis d’accord avec un autre club français (Auxerre ?!), et quand Laurent Blanc est arrivé c’était une de mes idoles. Il m’a convoqué dans un bureau une heure après avoir atterri à Bordeaux en me disant qu’il avait un projet, et il voulait que j’en fasse partie. On avait le même agent à l’époque. Il m’a dit qu’il avait une colonne vertébrale, que j’étais dedans, qu’il avait besoin de moi pour son projet. J’avais Laurent Blanc en face de moi, j’aurais signé les yeux fermés. La vie a été comme ça. Finir ma carrière dans un autre club en France, je n’en avais pas envie. J’étais arrivé, je pense, au bout du chemin, et quand la tête ne suit plus, je pense qu’il faut arrêter. Je pense que j’ai arrêté de la bonne manière, en n’ayant connu qu’un seul maillot ».

ARL

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des