Paulo Sousa : « Pauleta, si tu jouais dans ses pieds, tu lui enlevais son essence. Un entraîneur doit reconnaître les caractéristiques individuelles, créer un puzzle et un modèle »

Pauleta Paulo Sousa

(Photo by Michael Steele/EMPICS via Getty Images)

Paulo Sousa, l’entraineur des Girondins de Bordeaux, a expliqué ce que le fait de jouer avec des joueurs comme Crespo, Buffon, Cannavaro, ou Thuram, entre autres, avait influencé sa carrière de coach.

« D’abord, ils m’ont influencé en tant que joueur, sans parler des Portugais que sont Figo, Rui Costa, Fernando Couto, Pauleta. Quand je parle de l’entraînement et de comment j’aime voir mes équipes, c’est aussi très important ce que représentent les coéquipiers pour l’identité commune. J’ai commencé à jouer en tant qu’ailier droit ou gauche, ou deuxième attaquant, et rapidement je suis passé au milieu de terrain, et puis j’ai subi une transformation énorme quand je suis arrivé en Italie. Ce n’est pas seulement ce que les entraîneurs te demandent, mais aussi la qualité de tes coéquipiers. Vous avez une base qui est dirigée par votre entraîneur, mais ensuite, il y a le temps et l’espace pour exécuter et la meilleure décision pour vous, c’est la profondeur, parce que l’espace est là, mais vous avez quelqu’un comme Luis Figo et vous reconnaissez que, vu ses caractéristiques et ses décisions qui aident l’équipe à gagner, si vous jouez dans l’espace, il n’y arrivera probablement pas. Alors, vous aurez une résonance négative de votre propre public, parce que c’est une passe perdue au final. Luis était un joueur pour jouer dans les pieds, pour qu’il puisse aller faire la différence, être explosif, donner une passe décisive ou lui-même finir, tout cela importe beaucoup. Pauleta, par exemple, était un joueur en deux temps, dont le meilleur parti était de faire de la place pour lui-même et attaquer la profondeur. Si tu jouais dans ses pieds, tu lui enlevais son essence. Par conséquent, un entraîneur doit reconnaître les caractéristiques individuelles, créer un puzzle et un modèle, qui prend du temps, pour arriver à une identité commune. Mais aussi, il doit encourager toute la créativité de l’entraînement, pour faire en sorte que ses joueurs reconnaissent le potentiel de chacun et qu’ensuite ils puissent prendre les bonnes décisions. Tout cela, face à l’intelligence individuelle, prend plus ou moins de temps. Donc, et pour vous répondre, avez-vous vu la complexité de tout cela (rires) ? ».

Tribuna Expresso

Traduction Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des