Laurent Perpigna : « On est en perpétuelle opposition avec un monde du football qui nous renie et nous rejette, clairement »

ultramarines

Laurent Perpigna, questionné par Le Point.G sur les nombreuses interdictions de déplacement, a expliqué comment les choses pouvaient bouger, ou du moins ce qui est mis en place pour que cela change.

« C’est un challenge, c’est quelque chose d’extrêmement difficile. Mais, encore une fois, il y a des axes de progrès qui ont été fait, notamment ces dernières années sous l’impulsion des supporters bordelais, particulièrement, et en toute modestie, notamment après le déplacement à Strasbourg, qui s’est ponctué par une soixantaine de personnes en garde à vue. Nos actions ont fait bouger les lignes, comme d’autres groupes font bouger les lignes sur d’autres questions. On est en perpétuelle opposition avec un monde du football qui nous renie et nous rejette, clairement. Et ce, bien qu’on lui soit indispensable de par l’apport qu’on lui fournit, notamment en termes d’ambiance. On est toujours un petit peu sur la brèche, en effet. C’est une époque difficile pour les jeunes aujourd’hui qui vivent leur passion d’Ultra, parce qu’ils la vivent sous escorte. Nous, on a eu la chance d’avoir des espaces de liberté conséquents dans nos tribunes. On pouvait dresser et porter les messages qu’on voulait, on pouvait sortir les banderoles qu’on voulait, on pouvait se déplacer en toute liberté, profiter des centres-villes en déplacement… On a bénéficié, notamment dans les années 2000, d’une grande liberté d’expression. Aujourd’hui, elle s’est largement réduite et pour les jeunes Ultras, c’est difficile parce que c’est une passion qui se vit sous escorte. Maintenant, abandonner serait se rendre, et se rendre serait tuer les stades. Donc il ne faut pas compter sur nous pour que la jeunesse abandonne le combat, et cesse d’être une jeunesse ultra ».

Le Point.G

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des