Luc Dayan : “Quand on ne connaît pas grand-chose, on se fait abuser par la valeur de l’actif joueur et par la rentabilité qu’on pense pouvoir obtenir”

    Joe DaGrosa

    Luc Dayan, spécialiste des restructurations et ventes de clubs, a commenté le manque d’investissement des nombreux investisseurs étrangers qui ont racheté les clubs de Ligue 1 récemment. « La réalité rattrape tout le monde. Les clubs sont quasiment tous en perte d’exploitation, hors ventes de joueurs. Quand on ne connaît pas grand-chose, on se fait abuser par la valeur de l’actif joueur et par la rentabilité qu’on pense pouvoir obtenir. Il ne faut pas oublier que, sauf intérêts indirects (NDLR : en termes d’image, comme le Qatar avec le PSG, par exemple), les investisseurs sont dans une logique de profit […] Il ne faut pas se planter, il n’y a pas de corrélation automatique entre l’argent que vous mettez et le retour économique. Surtout dans un pays où le PSG est intouchable et auquel il faut ajouter une belle machine comme Lyon et quelques rivaux pas trop mauvais. Ce qui fait la rentabilité, c’est la Ligue des champions […] Les investisseurs qui approfondissent les dossiers se rendent compte que ce n’est pas rentable ».

    Le Parisien