Laurent Perpigna : « Les dialogues qu’on a eus avec la Ligue de Football ont été des enfumages assez extraordinaires »

ultras

A la question de savoir si le dialogue était rompu avec les instances menant une répression aux supporters (interdictions de stade, de déplacement, etc), Laurent Perpigna, pour Le Point.G, a répondu.

« Il y a plusieurs axes. Le premier, il y a quand même une coordination nationale ; à savoir l’Association Nationale des Supporters, dont on est sympathisants, sans être membre actif, qui dialogue donc avec un certain nombre d’instances. Ils mènent un dialogue perpétuel tout au long de l’année et essayent de faire avancer certains points. Ils travaillent énormément sur le volet juridique ; interdictions de stade, de déplacements, en les contestant devant le tribunal. Ils font un travail qui est excellent, il faut le dire. Maintenant, le dialogue qui devrait se positionner en amont de ces contestations, n’existe plus. Ou alors, il n’amène à rien… Nous, on a un petit peu l’habitude de ça parce qu’on a été assez investis au début des années 2010 au sein de la CNU (Coordination Nationale des Ultras), qui nous a amené jusqu’au bureau de Rama Yade à l’époque, qui était secrétaire d’Etat. Là, on a tenté de faire bouger les lignes, d’instaurer un dialogue. Clairement de dire que la répression n’était pas une solution, tout le monde s’accorde à la dire, et qu’il fallait discuter en amont pour trouver une base de travail et un sens commun à ce qu’on voudrait effectuer dans les tribunes de football. Rien n’a abouti. Les dialogues qu’on a eus avec la Ligue de Football ont été des enfumages assez extraordinaires où on nous disait, le mardi, qu’ils étaient ouverts sur certaines questions comme les fumigènes, si c’était fait dans les règles de l’art, s’il y avait la présence des pompiers, si le club était investi là-dedans. Et, le samedi, ils mettaient des amendes de plusieurs milliers d’euros sur des animations organisées selon des préconisations. Donc le dialogue avec la Ligue, aujourd’hui, pour nous, Ultramarines, il n’y en a pas. Et on n’en veut même pas. Tant qu’il y aura des personnes à sa tête, encore aujourd’hui, comme celles qui étaient présentes hier, qui sont dans la même dynamique, on n’a rien à attendre d’elles ».

Le Point.G

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des